share_book
Envoyer cet article par e-mail

Juillet au pays : Chroniques d'un retour à Madagascar

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Juillet au pays : Chroniques d'un retour à Madagascar

Juillet au pays : Chroniques d'un retour à Madagascar

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Juillet au pays : Chroniques d'un retour à Madagascar"

"Poussière rouge qui envahit tout dès que la carlingue s'ouvre, rouge qui saute aux yeux, partout sur le béton, sur les carcasses des camions abandonnés un peu plus loin dans les hangars, sur les immeubles qui auraient bien voulu imiter ceux de l'Occident, sur les vêtements, latérite couleur locale. Le rouge m'envahit aussi jusqu'au corps, au coeur, rouge brique ou rouge sang. Dans ce pays-ci on déterre les morts pour leur donner une nouvelle vie, mais comment déterrer ceux que l'on porte en soi ? Pourquoi les airs qui me reviennent en tête n'ont-ils plus de paroles ?" Michèle Rakotoson revient au pays après des années d'absence. Madagascar et sa capitale Antananarivo s'offrent au regard de celle qui vit an-dafin-dranomasina, de l'autre côté de la mer. L'armoire des souvenirs s'ouvre lentement, exhalant peu à peu "la tendresse pour ce peuple qui est ma dignité". Tout au long de ce récit se trouve un chant en soubassement ; puisse le lecteur y retrouver le silence des collines et le rythme de la langue malgache.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 203  pages
  • Dimensions :  0.6cmx16.6cmx24.0cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Elytis Paru le
  • ISBN :  2914659881
  • EAN13 :  9782914659888
  • Classe Dewey :  969
  • Langue : Français

D'autres livres de Michèle Rakotoson

Tovonay, l'enfant du sud

On parle beaucoup des enfants des rues, avec pitié et commisération et on occulte le courage de ces petits que la vie livre à eux-mêmes et qui luttent comme ils peuvent contre les violences qui leur sont faites. Tovonay est l'un d'entre eux, petit paysan victime de l'exode rural et qui va devoir...

Elle, au printemps

A son arrivée à Paris, Sahondra, jeune étudiante malgache de vingt ans, n'a en poche que mille francs et l'adresse d'une amie, Marie, qui doit l'héberger. Mais Marie ne vient pas......

Voir tous les livres de Michèle Rakotoson

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

"Poussière rouge qui envahit tout dès que la carlingue s'ouvre, rouge qui saute aux yeux, partout sur le béton, sur les carcasses des camions abandonnés un peu plus loin dans les hangars, sur les immeubles qui auraient bien voulu imiter ceux de l'Occident, sur les vêtements, latérite couleur locale. Le rouge m'envahit aussi jusqu'au corps, au coeur, rouge brique ou rouge sang. Dans ce pays-ci on déterre les morts pour leur donner une nouvelle vie, mais comment déterrer ceux que l'on porte en soi ? Pourquoi les airs qui me reviennent en tête n'ont-ils plus de paroles ?" Michèle Rakotoson revient au pays après des années d'absence. Madagascar et sa capitale Antananarivo s'offrent au regard de celle qui vit an-dafin-dranomasina, de l'autre côté de la mer. L'armoire des souvenirs s'ouvre lentement, exhalant peu à peu "la tendresse pour ce peuple qui est ma dignité". Tout au long de ce récit se trouve un chant en soubassement ; puisse le lecteur y retrouver le silence des collines et le rythme de la langue malgache.