share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le héron de Guernica

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le héron de Guernica

Le héron de Guernica

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le héron de Guernica"

Avril 1937, Guernica. Quand il ne donne pas un coup de main à la ferme du vieux Julian, Basilio passe son temps à peindre des hérons cendrés dans les marais, près du pont de la Renteria. Ce matin du 26, alors que nombre d'habitants ont déjà fuit la ville dans la crainte de l'arrivée des Nationalistes, le jeune homme rejoint son poste d'observation au bord de l'eau. Amoureux d'une jeune ouvrière de la confiserie, il veut lui peindre un héron de la plus belle élégance, lui prouver sa virtuosité et son adresse de coloriste, alors que, déjà, les premiers bombardiers allemands sillonnent le ciel. Ce n'est pas que Basilio se sente extérieur au conflit, il a même tenté de s'enrôler chez les Républicains, mais on n'a pas voulu de lui. En ville, on dit de lui qu'il a un sacré coup de pinceau. Mais qui peut comprendre sa fascination pour ces oiseaux, l'énigme de leur regard, leur élégance hiératique, mais aussi leur vulnérabilité ? Peintre naïf, peut-être que ce Basilio, mais surtout artiste qui interroge la question de la représentation. Comment faire pour rendre par le pinceau la vie qui s'exprime dans le frémissement des plumes ? Questionnement peut-être plus essentiel encore dans ces temps de cruauté. Car sitôt les premières bombes incendiaires tombées sur Guernica, Basilio rejoint la ville pour voir, de ses propres yeux, l'horreur à l'oeuvre. Avec l'aide d'Eusebio, son ami prêtre, il photographie les avions allemands, pour témoigner de ce massacre. Mais comment rendre la vérité de ce qu'ils sont en train de vivre, ceux de Guernica, dans ce cadre limité de la plaque photo ? « Ce qui se voit ne compte pas plus que ce qui est invisible » dit-il.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 158  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Editions Du Rouergue Paru le
  • Collection : La brune
  • ISBN :  2812602481
  • EAN13 :  9782812602481
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Antoine Choplin

L'impasse

Parmi les décombres d'une ville détruite par la guerre, des soldats continuent à traquer un ennemi sans visage. Quatre d'entre eux entreprennent le nettoyage d'une impasse. Parmi eux, il y a Oleg Youssov, le géant chauve lanceur de poids. Au bout de l'impasse, Timour et sa famille ont trouvé re...

Radeau

1940, un camion bâché sur les routes de France. Au volant, Louis connaît l'importance de sa mission. Avec d'autres employés du Louvre, il est chargé de convoyer les chefs-d'œuvre du musée vers une retraite sûre. Les consignes: ne jamais s'arrêter, ni quitter son véhicule des yeux. Mais com...

Radeau

En pleine débâcle, Louis, au volant d'un camion, fuit devant l'arrivée prochaine des Allemands. Sa cargaison est précieuse. Il transporte des tableaux du Louvre qu'il faut mettre à l'abri. Sur la route, il dépasse une femme. Les consignes du plan " Hirondelle " sont strictes. Il ne doit pas s'...

Cour Nord

Cela se passe au début des années 80. Cela pourrait se passer aujourd'hui. Dans une petite ville du Nord, le personnel d'une usine menacée de fermeture est en grève. Le jour, Léo participe mollement à la lutte, aux côtés de son père, leader syndical. La nuit, il répète dans un quartet de ...

Voir tous les livres de Antoine Choplin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avril 1937, Guernica. Quand il ne donne pas un coup de main à la ferme du vieux Julian, Basilio passe son temps à peindre des hérons cendrés dans les marais, près du pont de la Renteria. Ce matin du 26, alors que nombre d'habitants ont déjà fuit la ville dans la crainte de l'arrivée des Nationalistes, le jeune homme rejoint son poste d'observation au bord de l'eau. Amoureux d'une jeune ouvrière de la confiserie, il veut lui peindre un héron de la plus belle élégance, lui prouver sa virtuosité et son adresse de coloriste, alors que, déjà, les premiers bombardiers allemands sillonnent le ciel. Ce n'est pas que Basilio se sente extérieur au conflit, il a même tenté de s'enrôler chez les Républicains, mais on n'a pas voulu de lui. En ville, on dit de lui qu'il a un sacré coup de pinceau. Mais qui peut comprendre sa fascination pour ces oiseaux, l'énigme de leur regard, leur élégance hiératique, mais aussi leur vulnérabilité ? Peintre naïf, peut-être que ce Basilio, mais surtout artiste qui interroge la question de la représentation. Comment faire pour rendre par le pinceau la vie qui s'exprime dans le frémissement des plumes ? Questionnement peut-être plus essentiel encore dans ces temps de cruauté. Car sitôt les premières bombes incendiaires tombées sur Guernica, Basilio rejoint la ville pour voir, de ses propres yeux, l'horreur à l'oeuvre. Avec l'aide d'Eusebio, son ami prêtre, il photographie les avions allemands, pour témoigner de ce massacre. Mais comment rendre la vérité de ce qu'ils sont en train de vivre, ceux de Guernica, dans ce cadre limité de la plaque photo ? « Ce qui se voit ne compte pas plus que ce qui est invisible » dit-il.