share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nos bébés-pélicans

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nos bébés-pélicans

Nos bébés-pélicans

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nos bébés-pélicans"

Les bébés-pélicans ressemblent à des ptérodactyles chauves avec des yeux étonnés et de petites pattes palmées un peu roses et grisâtres. On en voit de plus en plus dans le quartier de Bobby Potemkine. Ils restent plantés là, dans les rues, les magasins ou les maisons, toujours tranquilles et immobiles, à attendre on ne sait quoi. Même les caresses ne leur font ni chaud ni froid. Ils ne mangent ni ne fientent. Ils sont si peu encombrants que les habitants de la ville ont pris l'habitude de les emmener partout avec eux, accrochés autour du cou avec un morceau de ficelle. Jusqu'au jour où leur nombre devient si inquiétant que Lili Nebraska charge Bobby Potemkine de retrouver leurs mères-pélicans. Il doit leur dire que c'est à elles de s'occuper de leurs bébés, et pas aux habitants du quartier. Mais cette fois-ci l'enquête s'avère difficile. Car personne ne sait à quoi ressemble une mère-pélican. D'ailleurs, on ne sait même pas si ça existe...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 58  pages
  • Dimensions :  0.8cmx12.2cmx18.0cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   L'ecole Des Loisirs Paru le
  • Collection : Médium
  • ISBN :  2211070027
  • EAN13 :  9782211070027
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Manuela Draeger

Belle-Méduse

Tout est calme, pour une fois. La pluie de météorites a cessé, les incendies se sont éteints, Big Katz, le crabe laineux, flotte doucement sous les nuages, en suivant les conseils de son professeur de lune. C'est la nuit noire et, sous sa couette, Bobby Potemkine aimerait goûter un repos bien m...

Un oeuf dans la foule

Les Josette sont des écolières qui portent toutes le même prénom : Josette. Jusqu'ici, rien de grave. Mais voilà : depuis un mois, les Josette ont cessé d'aller à l'école. Elles préfèrent errer dans les rues, se rassembler sur les bords de l'estuaire, et grignoter des œufs durs. Elles son...

Le radeau de la sardine

Bobby Potemkine s'était roulé sur le trottoir en compagnie de ses trompettistes préférées, deux louves arctiques au pelage immaculé. Lili Nebraska s'était mise en tenue de gala : bracelet de coquillages roses à la cheville, foulard vermillon autour du cou, et rien d'autre. Volgone Krof avait...

La Course au kwak

Seul le kwak peut gagner la course au kwak, c'est inscrit en toutes lettres dans le règlement. Pourtant, chaque année, plusieurs concurrents nagent avec vigueur à sa poursuite dans l'espoir d'arriver avant lui. Un seul d'entre eux est parvenu à le devancer et à remporter cette course : un certa...

Voir tous les livres de Manuela Draeger

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les bébés-pélicans ressemblent à des ptérodactyles chauves avec des yeux étonnés et de petites pattes palmées un peu roses et grisâtres. On en voit de plus en plus dans le quartier de Bobby Potemkine. Ils restent plantés là, dans les rues, les magasins ou les maisons, toujours tranquilles et immobiles, à attendre on ne sait quoi. Même les caresses ne leur font ni chaud ni froid. Ils ne mangent ni ne fientent. Ils sont si peu encombrants que les habitants de la ville ont pris l'habitude de les emmener partout avec eux, accrochés autour du cou avec un morceau de ficelle. Jusqu'au jour où leur nombre devient si inquiétant que Lili Nebraska charge Bobby Potemkine de retrouver leurs mères-pélicans. Il doit leur dire que c'est à elles de s'occuper de leurs bébés, et pas aux habitants du quartier. Mais cette fois-ci l'enquête s'avère difficile. Car personne ne sait à quoi ressemble une mère-pélican. D'ailleurs, on ne sait même pas si ça existe...