share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Phalène

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Phalène

La Phalène

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Phalène"

Revenue récemment au roman avec La Sorcière d'Exmoor (Phébus, 2002), Margaret Drabble, dent toujours dure mais coeur ouvert à toutes les compassions, persiste et signe avec ce livre, largement salué par la critique outre-Manche. L'héroïne de La Phalène est clairement donnée comme un double de la propre mère de l'auteur. Occasion pour Mrs Drabble de lancer quelques cruels coups de sonde dans l'histoire de ce XXe siècle qui a vu, dit-on, les femmes s'émanciper - mais dans une culpabilité qui laissait une place bien étroite à leur épanouissement intime. Occasion surtout de brosser le portrait d'un être violemment partagé, une sorte d'Emma Bovary des Midlands, intelligente et bridée pourtant par la convention provinciale, égoïste, odieuse même, et touchante dans la mesure où elle ne peut faire autrement que de refuser toutes les issues qui pourraient s'offrir à elle. Une insatisfaite qui s'accomplirait non dans la transgression mais dans la dépression chronique - dont elle tire au reste de réelles voluptés. Enfin, toutes faiblesses confondues, l'un de ces êtres têtus, indestructibles, qui sont à eux seuls des condensés du mystère humain

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 400  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.2cmx20.4cm
  • Poids : 458.1g
  • Editeur :   Phébus Paru le
  • Collection : Littérature étrangère
  • ISBN :  2859409300
  • EAN13 :  9782859409302
  • Classe Dewey :  823.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Margaret Drabble

La sorcière d'Exmoor

Frieda Haxby, romancière et excentrique vieille dame, a du mal à supporter la normalité de ses contemporains. Déçue par les méfaits et une société qu'elle rejette en bloc, elle a tout quitté pour s'installer dans une demeure délabrée, totalement isolée et accrochée à la falaise au bout...

La Voix radieuse

Publié en 1987 (et l`année suivante en traduction française). La Voie radieuse est sans doute le roman le plus ambitieux de Margaret Drabble -celui en tout cas qui a conquis le plus large public. La descente aux enfers d'une femme à qui tout jusque-là semble avoir réussi. Un classique de la qu...

La voie radieuse

Publié en 1987 (et l`année suivante en traduction française). La Voie radieuse est sans doute le roman le plus ambitieux de Margaret Drabble -celui en tout cas qui a conquis le plus large public. La descente aux enfers d'une femme à qui tout jusque-là semble avoir réussi. Un classique de la qu...

Voir tous les livres de Margaret Drabble

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Revenue récemment au roman avec La Sorcière d'Exmoor (Phébus, 2002), Margaret Drabble, dent toujours dure mais coeur ouvert à toutes les compassions, persiste et signe avec ce livre, largement salué par la critique outre-Manche. L'héroïne de La Phalène est clairement donnée comme un double de la propre mère de l'auteur. Occasion pour Mrs Drabble de lancer quelques cruels coups de sonde dans l'histoire de ce XXe siècle qui a vu, dit-on, les femmes s'émanciper - mais dans une culpabilité qui laissait une place bien étroite à leur épanouissement intime. Occasion surtout de brosser le portrait d'un être violemment partagé, une sorte d'Emma Bovary des Midlands, intelligente et bridée pourtant par la convention provinciale, égoïste, odieuse même, et touchante dans la mesure où elle ne peut faire autrement que de refuser toutes les issues qui pourraient s'offrir à elle. Une insatisfaite qui s'accomplirait non dans la transgression mais dans la dépression chronique - dont elle tire au reste de réelles voluptés. Enfin, toutes faiblesses confondues, l'un de ces êtres têtus, indestructibles, qui sont à eux seuls des condensés du mystère humain