share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Derniers Jours de la classe ouvrière

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Derniers Jours de la classe ouvrière

Les Derniers Jours de la classe ouvrière

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Derniers Jours de la classe ouvrière"

Deux enfants dansaient et sautaient dans la cour déserte de l?école primaire. Deux petites filles surprises et ravies par la joie de la cité. Personne ne les avait vues sortir. Elles ne comprenaient pas pourquoi c?était si surprenant que la gauche eût gagné. Elles vivaient au milieu de militants communistes, parfois socialistes. La droite, ça devait bien exister, puisqu?on en parlait, mais c?étaient les patrons, c?était loin. Il y avait donc de vraies gens qui ne votaient pas communiste ? Elles ne se posèrent pas longtemps la question. Qu?importe la raison, c?était un soir de fête. Elles se sentaient un peu ridicules, mais il fallait marquer le coup. Elles grimpèrent sur le mur de l?école, levèrent leur visage vers la voûte constellée d?étoiles et crièrent du plus fort de leur souffle de huit ans : « On a gagné ! On a gagnééé ! »

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 157  pages
  • Dimensions :  1.2cmx10.6cmx17.6cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253108596
  • EAN13 :  9782253108597
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Aurelie Filippetti

Les Derniers Jours de la classe ouvrière

Deux enfants dansaient et sautaient dans la cour déserte de l'école primaire. Deux petites filles surprises et ravies par la joie de la cité. Personne ne les avait vues sortir. Elles ne comprenaient pas pourquoi c'était si surprenant que la gauche ait gagné. Elles vivaient au milieu de militant...

Un homme dans la poche

Il est plus âgé qu'elle, marié, père de famille, installé, sûr de lui. Elle l'aime passionnément. Pourtant il ne renoncera pas à sa vie confortable ; ils ne partiront pas ensemble. Mais elle gardera toujours cet homme - "son amour", comme elle l'appelle encore après tant d'années - dans sa...

Un homme dans la poche

" Si tu avais été médecin, tu aurais pu m'ausculter sans laisser rien transparaître. Si tu avais été prof, tu m'aurais rendu des copies détestables sans un mot. Avocat tu aurais plaidé contre moi, procureur tu m'aurais fait condamner, DRH, virer. Tu n'étais rien de tout cela, heureusement, ...

Voir tous les livres de Aurelie Filippetti

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Deux enfants dansaient et sautaient dans la cour déserte de l?école primaire. Deux petites filles surprises et ravies par la joie de la cité. Personne ne les avait vues sortir. Elles ne comprenaient pas pourquoi c?était si surprenant que la gauche eût gagné. Elles vivaient au milieu de militants communistes, parfois socialistes. La droite, ça devait bien exister, puisqu?on en parlait, mais c?étaient les patrons, c?était loin. Il y avait donc de vraies gens qui ne votaient pas communiste ? Elles ne se posèrent pas longtemps la question. Qu?importe la raison, c?était un soir de fête. Elles se sentaient un peu ridicules, mais il fallait marquer le coup. Elles grimpèrent sur le mur de l?école, levèrent leur visage vers la voûte constellée d?étoiles et crièrent du plus fort de leur souffle de huit ans : « On a gagné ! On a gagnééé ! »