share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Voyageur enchanté. Précédé de Le raconteur

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Voyageur enchanté. Précédé de Le raconteur

Le Voyageur enchanté. Précédé de Le raconteur

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Voyageur enchanté. Précédé de Le raconteur"

Ce volume réunit pour la première fois le récit de l’écrivain russe Nicolas Leskov (1831-1895), Le Voyageur enchanté, et Le Narrateur : réflexions sur l’œuvre de Nicolas Leskov, l’article que Walter Benjamin lui a consacré en 1936, l’un de ses textes les plus importants. Leur compréhension s’en trouve mutuellement enrichie. Ivan Sévérianitch Flaguine, colosse en habit de moine, traverse le lac Ladoga et raconte à ses compagnons les aventures qui l’ont amené à s’engager dans les ordres... Walter Benjamin voyait en Leskov l’une des dernières figures de cet art de raconter, appelé à disparaître. Il explore ici le sens et le destin de l’art immémorial du récit, dont la modernité entraînerait la fin. Le thème du déclin de l’expérience qu’accompagne l’effacement de la narration est au cœur de sa philosophie. Que signifie raconter une histoire ? Pourquoi cela devient-il si rare, si difficile ? Préserver le fil de la tradition du récit, n’est-ce pas résister à l’appauvrissement progressif de l’existence ? Telles sont les interrogations qui guident le texte de Benjamin, à la recherche d’une essence de l’art de raconter, en deçà des formes et des genres littéraires institués. « L’art de raconter touche à son terme. De plus en plus rarement nous rencontrons des gens qui savent raconter quelque chose, au sens propre du terme. De plus en plus souvent un embarras se fait sentir à la ronde, lorsqu’on exprime le souhait d’entendre quelqu’un raconter une histoire. Tout se passe comme si une faculté qui semblait nous être inaliénable, évidente entre toutes, nous était désormais retirée. Je veux parler de la faculté d’échanger des expériences. » L’étude de Benjamin s’étend certes bien au-delà du récit de Leskov, et c’est pourquoi sa portée en est si grande. Elle y reste pourtant profondément ancrée et l’on ne peut que mieux en saisir la richesse en ne la séparant pas de son point de départ. Quant au récit de Leskov, il vaut d’être lu et redécouvert à la lumière des analyses de Benjamin, mais également pour lui-même, pour sa singularité, l’expression profonde de la civilisation russe, sa tonalité ancestrale, « à la frontière du conte et de l’histoire vraie », comme le disait Gorki ; dans des termes dont Benjamin s’inspire d’ailleurs pour conduire son analyse.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 260  pages
  • Dimensions :  1.6cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages poche
  • ISBN :  2743622776
  • EAN13 :  9782743622770
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce volume réunit pour la première fois le récit de l’écrivain russe Nicolas Leskov (1831-1895), Le Voyageur enchanté, et Le Narrateur : réflexions sur l’œuvre de Nicolas Leskov, l’article que Walter Benjamin lui a consacré en 1936, l’un de ses textes les plus importants. Leur compréhension s’en trouve mutuellement enrichie. Ivan Sévérianitch Flaguine, colosse en habit de moine, traverse le lac Ladoga et raconte à ses compagnons les aventures qui l’ont amené à s’engager dans les ordres... Walter Benjamin voyait en Leskov l’une des dernières figures de cet art de raconter, appelé à disparaître. Il explore ici le sens et le destin de l’art immémorial du récit, dont la modernité entraînerait la fin. Le thème du déclin de l’expérience qu’accompagne l’effacement de la narration est au cœur de sa philosophie. Que signifie raconter une histoire ? Pourquoi cela devient-il si rare, si difficile ? Préserver le fil de la tradition du récit, n’est-ce pas résister à l’appauvrissement progressif de l’existence ? Telles sont les interrogations qui guident le texte de Benjamin, à la recherche d’une essence de l’art de raconter, en deçà des formes et des genres littéraires institués. « L’art de raconter touche à son terme. De plus en plus rarement nous rencontrons des gens qui savent raconter quelque chose, au sens propre du terme. De plus en plus souvent un embarras se fait sentir à la ronde, lorsqu’on exprime le souhait d’entendre quelqu’un raconter une histoire. Tout se passe comme si une faculté qui semblait nous être inaliénable, évidente entre toutes, nous était désormais retirée. Je veux parler de la faculté d’échanger des expériences. » L’étude de Benjamin s’étend certes bien au-delà du récit de Leskov, et c’est pourquoi sa portée en est si grande. Elle y reste pourtant profondément ancrée et l’on ne peut que mieux en saisir la richesse en ne la séparant pas de son point de départ. Quant au récit de Leskov, il vaut d’être lu et redécouvert à la lumière des analyses de Benjamin, mais également pour lui-même, pour sa singularité, l’expression profonde de la civilisation russe, sa tonalité ancestrale, « à la frontière du conte et de l’histoire vraie », comme le disait Gorki ; dans des termes dont Benjamin s’inspire d’ailleurs pour conduire son analyse.