share_book
Envoyer cet article par e-mail

Paris ouvrier : Des sublimes aux camarades

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Paris ouvrier : Des sublimes aux camarades

Paris ouvrier : Des sublimes aux camarades

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Paris ouvrier : Des sublimes aux camarades"

Paris, ville ouvrière ? L'expression n'a pas toujours été incongrue : au milieu du XIXe siècle, les prolétaires sont près de 40 % de sa population. Leur domination sociologique - jusqu'au coeur de la capitale et pas seulement dans ses faubourgs - se double d'une suprématie politique. L'ouvrier tutoie l'histoire et la liberté au long d'une chaîne ininterrompue : les quarante-huitards ont été bercés par les récits des témoins oculaires de la Grande Révolution, les premiers communistes se font raconter la Commune par ses vétérans et les FTP portent sur leur brassard le bonnet phrygien. L'ouvrier a fait Paris comme il en a écrit l'histoire : il l'a - au sens propre - bâtie mais en a aussi, entre Gavroche et Gabin façonné "l'atmosphère". Être ouvrier, c'était aller vêtu différemment, parler différemment, aimer différemment... Le parcours commence avec le "sublime", ce type ouvrier du second Empire, forte tête refusant la discipline de l'usine et prêt à en claquer la porte à chaque instant ; il s'achève avec les derniers camarades, membres d'une contre-société globale soudée par ses rites d'appartenance. Il reste des heures glorieuses quelques lieux où l'Histoire s'est emballée, et une moisson d'adresses correspondant à autant de sièges de partis ou de syndicats, de journaux, de coopératives, de domiciles de militants, d'usines... ultimes témoins d'un monde englouti

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 364  pages
  • Dimensions :  3.0cmx16.8cmx20.4cm
  • Poids : 1161.2g
  • Editeur :   Parigramme Paru le
  • Collection : Beaux-livres
  • ISBN :  2840963450
  • EAN13 :  9782840963455
  • Classe Dewey :  944.081
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain Rustenholz

Les grandes luttes de la France ouvrière

Michelin à Clermont, le Joint français à Saint-Brieuc, Renault à Billancourt, Lip à Besançon, les mines aux quatre coins du tréfonds, les hauts-fourneaux de Lorraine et les chantiers de Saint-Nazaire sont autant d'étapes de la longue marche ouvrière en France. La grève, à laquelle répond...

Maquillage

Ce livre est un miroir dont chaque page reflète un visage qui se masque ou, au contraire, qui s'exprime, se révèle, au mieux de soi, au comble de sa beauté. Un miroir que l'on promène par les chemins, en tous temps et en tous lieux, où se mirent Cléopâtre et Marylin, l'oeil biblique et les c...

Voyages en France

Relié sous coffret, 21 x 27 cm. 310 illustrations (quadrichromie). Périple à travers ce temps où l'on voyageait en France pour son plaisir, ce livre propose un voyage en images et en littérature à travers la France des vapeurs sur les fleuves, celle des premiers chemins de fer et des débuts d...

Voir tous les livres de Alain Rustenholz

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Paris, ville ouvrière ? L'expression n'a pas toujours été incongrue : au milieu du XIXe siècle, les prolétaires sont près de 40 % de sa population. Leur domination sociologique - jusqu'au coeur de la capitale et pas seulement dans ses faubourgs - se double d'une suprématie politique. L'ouvrier tutoie l'histoire et la liberté au long d'une chaîne ininterrompue : les quarante-huitards ont été bercés par les récits des témoins oculaires de la Grande Révolution, les premiers communistes se font raconter la Commune par ses vétérans et les FTP portent sur leur brassard le bonnet phrygien. L'ouvrier a fait Paris comme il en a écrit l'histoire : il l'a - au sens propre - bâtie mais en a aussi, entre Gavroche et Gabin façonné "l'atmosphère". Être ouvrier, c'était aller vêtu différemment, parler différemment, aimer différemment... Le parcours commence avec le "sublime", ce type ouvrier du second Empire, forte tête refusant la discipline de l'usine et prêt à en claquer la porte à chaque instant ; il s'achève avec les derniers camarades, membres d'une contre-société globale soudée par ses rites d'appartenance. Il reste des heures glorieuses quelques lieux où l'Histoire s'est emballée, et une moisson d'adresses correspondant à autant de sièges de partis ou de syndicats, de journaux, de coopératives, de domiciles de militants, d'usines... ultimes témoins d'un monde englouti