share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Shanghai ouvrier des années trente: Coolies, gangsters et syndicalistes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Shanghai ouvrier des années trente: Coolies, gangsters et syndicalistes

Le Shanghai ouvrier des années trente: Coolies, gangsters et syndicalistes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Shanghai ouvrier des années trente: Coolies, gangsters et syndicalistes"

Ce livre présente les ouvriers et les ouvrières de Shanghai, tels qu'ils étaient et non pas tels que les avaient idéalisés Malraux dans sa Condition Humaine. Il les décrit lors de leurs grèves. Il les montre au travail. Il les suit dans leurs misérables logements. Ils apparaissent désunis, hétérogènes, mal organisés dans des syndicats officiels tenus souvent par des personnages troubles, liés à la pègre de la Triade et aux gangsters qui, tel Du Yuesheng, contrôlent la ville. L'immensité de l'océan paysan entoure ce petit noyau extraordinaire de modernité qu'était le Shanghai des années trente. Toutefois on rencontre ici ou là, au hasard de ces venelles et de ces ateliers, des militants et des militantes dont la soif de dignité, le sens de la solidarité, la fierté nationale, la capacité d'organisation tranchent dans cette grisaille. " Ils construisent ainsi les bases fragiles d'une société civile et ont désespérément besoin d'un soutien politique que ne leur donnent ni le Guomindang, autoritaire et policier, ni le Parti Communiste Chinois, enfermé dans son autisme politique d'alors. Plus que le désastre du 12 avril 1927, cet échec constitue sans doute la véritable Tragédie de la Révolution chinoise. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 334  pages
  • Dimensions :  2.6cmx16.0cmx23.2cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   L'harmattan Paru le
  • Collection : Chemins de la mémoire
  • ISBN :  2738415768
  • EAN13 :  9782738415769
  • Classe Dewey :  950
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain Roux

La Chine contemporaine

1. Quelques clés pour aborder l’histoire de la Chine 2. La chute de l’empire Qing : 1898-1911 3. L’étouffement de la Chine profonde : 1912-1927 4. L’effervescence de la Chine littorale : 1912-1927 5. La révolution avortée : 1927-1937 6. L’épreuve des armes : 1937-1949 7. Les ...

Voir tous les livres de Alain Roux

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce livre présente les ouvriers et les ouvrières de Shanghai, tels qu'ils étaient et non pas tels que les avaient idéalisés Malraux dans sa Condition Humaine. Il les décrit lors de leurs grèves. Il les montre au travail. Il les suit dans leurs misérables logements. Ils apparaissent désunis, hétérogènes, mal organisés dans des syndicats officiels tenus souvent par des personnages troubles, liés à la pègre de la Triade et aux gangsters qui, tel Du Yuesheng, contrôlent la ville. L'immensité de l'océan paysan entoure ce petit noyau extraordinaire de modernité qu'était le Shanghai des années trente. Toutefois on rencontre ici ou là, au hasard de ces venelles et de ces ateliers, des militants et des militantes dont la soif de dignité, le sens de la solidarité, la fierté nationale, la capacité d'organisation tranchent dans cette grisaille. " Ils construisent ainsi les bases fragiles d'une société civile et ont désespérément besoin d'un soutien politique que ne leur donnent ni le Guomindang, autoritaire et policier, ni le Parti Communiste Chinois, enfermé dans son autisme politique d'alors. Plus que le désastre du 12 avril 1927, cet échec constitue sans doute la véritable Tragédie de la Révolution chinoise. "