share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Martinière : Chirurgien de Louis XV

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Martinière : Chirurgien de Louis XV

La Martinière : Chirurgien de Louis XV

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Martinière : Chirurgien de Louis XV"

" Sire, c'est à Versailles qu'il faut être malade ! " C'est par cette rude injonction que, le 29 avril 1774, Louis XV, chambré au Petit Trianon, est rappelé à ses devoirs par le chirurgien La Martinière. Le médecin restera aux côtés du souverain jusqu'à sa mort, quinze jours plus tard. A la Cour, " premier chirurgien de Sa Majesté " est un titre prestigieux. Son titulaire n'est jamais loin du roi, prévenant le moindre incident de santé. Il est de tous les secrets de famille... François Iselin retrace ici l'extraordinaire aventure de Germain Pichault de La Martinière, qui fit ses débuts de chirurgien-barbier au service de Charles de Lorraine, grand écuyer de France. Fait La Martinière, il occupe la fonction de premier chirurgien du Roi auprès de Louis XV pendant trente ans. Il sert ensuite Louis XVI pendant les neuf premières années de son règne. Cette intimité avec les rois ne doit pas occulter le réformateur qu'il fut. Sous sa férule, la chirurgie deviendra une spécialité à part entière, exercée par des docteurs de l'Université. Les traces de son oeuvre sont encore présentes: il est à l'origine de la création de l'Académie de chirurgie et de l'Ecole de chirurgie; on lui doit également des réformes du Service de santé des Armées, toujours en vigueur.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 203  pages
  • Dimensions :  2.2cmx16.2cmx21.4cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Librairie Académique Perrin Paru le
  • Collection : Les metiers de versailles
  • ISBN :  2262032653
  • EAN13 :  9782262032654
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Sire, c'est à Versailles qu'il faut être malade ! " C'est par cette rude injonction que, le 29 avril 1774, Louis XV, chambré au Petit Trianon, est rappelé à ses devoirs par le chirurgien La Martinière. Le médecin restera aux côtés du souverain jusqu'à sa mort, quinze jours plus tard. A la Cour, " premier chirurgien de Sa Majesté " est un titre prestigieux. Son titulaire n'est jamais loin du roi, prévenant le moindre incident de santé. Il est de tous les secrets de famille... François Iselin retrace ici l'extraordinaire aventure de Germain Pichault de La Martinière, qui fit ses débuts de chirurgien-barbier au service de Charles de Lorraine, grand écuyer de France. Fait La Martinière, il occupe la fonction de premier chirurgien du Roi auprès de Louis XV pendant trente ans. Il sert ensuite Louis XVI pendant les neuf premières années de son règne. Cette intimité avec les rois ne doit pas occulter le réformateur qu'il fut. Sous sa férule, la chirurgie deviendra une spécialité à part entière, exercée par des docteurs de l'Université. Les traces de son oeuvre sont encore présentes: il est à l'origine de la création de l'Académie de chirurgie et de l'Ecole de chirurgie; on lui doit également des réformes du Service de santé des Armées, toujours en vigueur.