share_book
Envoyer cet article par e-mail

La religion, la liberté, la justice : Un commentaire des Lettres écrites de la montagne de Jean-Jacques Rousseau

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La religion, la liberté, la justice : Un commentaire des Lettres écrites de la montagne de Jean-Jacques Rousseau

La religion, la liberté, la justice : Un commentaire des Lettres écrites de la montagne de Jean-Jacques Rousseau

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La religion, la liberté, la justice : Un commentaire des Lettres écrites de la..."

La publication de l'Emile et du Contrat social a dressé les autorités de l'Europe entière contre Rousseau. A Genève, les deux ouvrages - condamnés comme " tendant à détruire la religion chrétienne et tous les gouvernements " - sont brûlés le 18 juin 1762. Rousseau abdique sa citoyenneté pour protester contre le traitement qui lui a été infligé. Les Citoyens et Bourgeois portent alors des " représentations " au Petit Conseil qui riposte par la plume de Jean-Robert Tronchin : ce sont les Lettres de la campagne. C'est sur cette longue crise que reviennent les Lettres écrites de la montagne, publiées à la fin 1764. Cette double inscription dans le temps et dans l'espace fait-elle des Lettres une oeuvre de circonstances ? C'est ce qu'on a le plus souvent cru : leur prise en compte dans l'interprétation de la pensée de Rousseau reste bien limitée. Pourtant, celui-ci en avait clairement averti : sa personne et la ville de Genève étaient de " petits objets " mais : " la religion, la liberté, la justice ! voilà, qui que vous soyez, ce qui n'est pas au-dessous de vous ". Tels sont bien les enjeux de ce texte doublement exceptionnel : Rousseau y propose une mise au point conjuguée de sa pensée sur la religion et la politique (ce qu'il ne fait nulle part de façon si circonstanciée et équilibrée) et s'y exprime de façon toute nouvelle sur les conditions juridiques de la liberté. Ce volume s'emploie à restituer aux Lettres de la montagne leur place parmi les oeuvres majeures de Rousseau.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 320  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.4cmx22.2cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Librairie Philosophique Vrin Paru le
  • Collection : Etudes et commentaires
  • ISBN :  2711617327
  • EAN13 :  9782711617326
  • Classe Dewey :  194
  • Langue : Français

D'autres livres de Bruno Bernardi

Qu'est-ce qu'une décision politique ?

Qu'est-ce qu'une décision politique ? Une décision dont l'objet est politique ? Le fruit d'un processus politique de décision ? Le pouvoir politique, est-ce le pouvoir de décider ? Commandement et délibération : deux modèles de la décision ? Pouvoir, vouloir, choisir ? Décider de la ...

Le Principe d'obligation

En faisant du consentement la marque de la souveraineté et du libre examen le fondement du devoir moral, la modernité met l'individu à la source de sa propre obligation. C'est devoir le délier pour qu'il puisse se lier. L'obligation apparaît ainsi comme le principe et le problème constitutif d...

Voir tous les livres de Bruno Bernardi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La publication de l'Emile et du Contrat social a dressé les autorités de l'Europe entière contre Rousseau. A Genève, les deux ouvrages - condamnés comme " tendant à détruire la religion chrétienne et tous les gouvernements " - sont brûlés le 18 juin 1762. Rousseau abdique sa citoyenneté pour protester contre le traitement qui lui a été infligé. Les Citoyens et Bourgeois portent alors des " représentations " au Petit Conseil qui riposte par la plume de Jean-Robert Tronchin : ce sont les Lettres de la campagne. C'est sur cette longue crise que reviennent les Lettres écrites de la montagne, publiées à la fin 1764. Cette double inscription dans le temps et dans l'espace fait-elle des Lettres une oeuvre de circonstances ? C'est ce qu'on a le plus souvent cru : leur prise en compte dans l'interprétation de la pensée de Rousseau reste bien limitée. Pourtant, celui-ci en avait clairement averti : sa personne et la ville de Genève étaient de " petits objets " mais : " la religion, la liberté, la justice ! voilà, qui que vous soyez, ce qui n'est pas au-dessous de vous ". Tels sont bien les enjeux de ce texte doublement exceptionnel : Rousseau y propose une mise au point conjuguée de sa pensée sur la religion et la politique (ce qu'il ne fait nulle part de façon si circonstanciée et équilibrée) et s'y exprime de façon toute nouvelle sur les conditions juridiques de la liberté. Ce volume s'emploie à restituer aux Lettres de la montagne leur place parmi les oeuvres majeures de Rousseau.