share_book
Envoyer cet article par e-mail

Hymnes à la haine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Hymnes à la haine

Hymnes à la haine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Hymnes à la haine"

Ecrites en vers libres, les ritournelles de la chère Dorothy encensent (à sa manière, polissonne) la vie de bureau, les résidences d'été, le théâtre, les films et les livres : « Je hais les livres, ils me fatiguent les yeux... » Elle fracasse le roman d'amour : « L'intrigue est toujours la même, ils [l'homme et la femme] n'arrivent jamais à s'entendre ! », et met en miettes le « roman réaliste, un étouffe-chrétien de cinq cents pages [qui] offre un tableau du train-train de la vie de famille. La petite Rosemary veut poignarder grand-père, papa souhaite que maman soit bientôt raide dans sa tombe, et Bobby veut épouser son grand frère... ». Grande tendre à la langue de vipère, la Parker, née en 1893 et décédée en 1967, défie le temps. Impossible de ne pas y reconnaître quelques zozos d'aujourd'hui, impossible de ne pas s'y reconnaître... --Martine Laval --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 106  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.8cmx17.4cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Phébus Paru le
  • Collection : Libretto
  • ISBN :  2752904843
  • EAN13 :  9782752904843
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Dorothy Parker

Mauvaise journée demain

Dorothy Parker devait avoir un sérieux mal de crâne, quand elle a écrit ces courtes nouvelles. Il faut dire que ses personnages ne lésinent pas sur la bouteille. Malgré la prohibition du New York des années 30, un trait commun caractérise les mondains de ses récits : [....]...

La vie à deux

Célébrée pour son humour et son extraordinaire sens de l'observation, Dorothy Parker a laissé une oeuvre dans laquelle les petits ratés de la vie de couple prennent souvent l'allure d'une comédie désopilante. Qu'il s'agisse de cette amoureuse, tremblante à côté d'un téléphone qui ne sonn...

La vie à deux

Célébrée pour son humour et son extraordinaire sens de l'observation, Dorothy Parker a laissé une œuvre dans laquelle les petits ratés de la vie de couple prennent souvent l'allure d'une comédie désopilante. Qu'il s'agisse de cette amoureuse, tremblante à côté d'un téléphone qui ne sonn...

Voir tous les livres de Dorothy Parker

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ecrites en vers libres, les ritournelles de la chère Dorothy encensent (à sa manière, polissonne) la vie de bureau, les résidences d'été, le théâtre, les films et les livres : « Je hais les livres, ils me fatiguent les yeux... » Elle fracasse le roman d'amour : « L'intrigue est toujours la même, ils [l'homme et la femme] n'arrivent jamais à s'entendre ! », et met en miettes le « roman réaliste, un étouffe-chrétien de cinq cents pages [qui] offre un tableau du train-train de la vie de famille. La petite Rosemary veut poignarder grand-père, papa souhaite que maman soit bientôt raide dans sa tombe, et Bobby veut épouser son grand frère... ». Grande tendre à la langue de vipère, la Parker, née en 1893 et décédée en 1967, défie le temps. Impossible de ne pas y reconnaître quelques zozos d'aujourd'hui, impossible de ne pas s'y reconnaître... --Martine Laval --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.