share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mimi

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mimi

Mimi

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mimi"

      À l’école, JP ne pige rien; à la maison, il traîne son ennui en évitant les claques de son père ou les vannes de ses cinq frères; dans son lit, la nuit, il ressasse ses frustrations, ses peurs, son envie d’en découdre avec la terre entière. Chez lui, cité des 4000 à La Courneuve, il a parfois l’impression que seul le vacarme peut venir à bout de sa solitude.       C’est avec ses potes que JP se sent enfi n exister. Toujours ensemble, toujours dans la surenchère, toujours plus aveuglés par un sentiment d’impunité, ils aiment jouer les durs, et surtout martyriser le premier de la classe: Barthélémy, un blondinet avec une tête de vainqueur.       La bande grandit, se disloque, les copains s’en sortent plus ou moins, trouvent du boulot, tombent amoureux. JP est à la traîne. Du boulot, il en a, mais minable. Quant à tomber amoureux, impossible: JP ne connait des femmes que les mères exténuées ou les actrices des pornos. Alors rien ne l’apaise. Ses terreurs d’enfant dégénèrent en obsessions, la cruauté mentale et la tyrannie sexuelle occultent la misère affective. Il faut que JP se défoule. Ça tombe bien, Barthélémy repasse par là. Sébastien Marnier a grandi en banlieue parisienne. Scénariste et réalisateur, il commencera à l’automne 2011 le tournage de son premier long-métrage, après avoir, entre autres, participé à l’élaboration de Polissons et galipettes, un documentaire sur la pornographie des années vingt. Avec Mimi, il signe un premier roman qui donne corps aux pires hantises imposées par l’époque.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 464  pages
  • Dimensions :  4.6cmx15.6cmx23.8cm
  • Poids : 798.3g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Littérature Française
  • ISBN :  2213665893
  • EAN13 :  9782213665894
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

      À l’école, JP ne pige rien; à la maison, il traîne son ennui en évitant les claques de son père ou les vannes de ses cinq frères; dans son lit, la nuit, il ressasse ses frustrations, ses peurs, son envie d’en découdre avec la terre entière. Chez lui, cité des 4000 à La Courneuve, il a parfois l’impression que seul le vacarme peut venir à bout de sa solitude.       C’est avec ses potes que JP se sent enfi n exister. Toujours ensemble, toujours dans la surenchère, toujours plus aveuglés par un sentiment d’impunité, ils aiment jouer les durs, et surtout martyriser le premier de la classe: Barthélémy, un blondinet avec une tête de vainqueur.       La bande grandit, se disloque, les copains s’en sortent plus ou moins, trouvent du boulot, tombent amoureux. JP est à la traîne. Du boulot, il en a, mais minable. Quant à tomber amoureux, impossible: JP ne connait des femmes que les mères exténuées ou les actrices des pornos. Alors rien ne l’apaise. Ses terreurs d’enfant dégénèrent en obsessions, la cruauté mentale et la tyrannie sexuelle occultent la misère affective. Il faut que JP se défoule. Ça tombe bien, Barthélémy repasse par là. Sébastien Marnier a grandi en banlieue parisienne. Scénariste et réalisateur, il commencera à l’automne 2011 le tournage de son premier long-métrage, après avoir, entre autres, participé à l’élaboration de Polissons et galipettes, un documentaire sur la pornographie des années vingt. Avec Mimi, il signe un premier roman qui donne corps aux pires hantises imposées par l’époque.