share_book
Envoyer cet article par e-mail

La soie et l'orient

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La soie et l'orient

La soie et l'orient

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La soie et l'orient"

Une civilisation textile, tel fut le monde musulman. Au coeur de cet écheveau, la soie fut la plus précieuse des étoffes. Amoncelée dans les palais comme de l'or, pillée par les croisés et gardée dans leurs églises comme un trésor, la soie eut ses passeurs (une impératrice chinoise, un juste, deux moines itinérants), elle a désormais ses gardiens. Florence Ollivry nous fait rencontrer les hommes de soie qui préservent les gestes des artisans des tiraz. L'histoire de la soie commence sur les rivages de la mer de Chine pour gagner, le temps de deux millénaires, le Moyen Orient. L'axe de propagation de la sériciculture coïncide avec le quarantième parallèle de l'hémisphère boréal. Il est affaire de climat et de soins humains. Il faut en effet des « âmes de soie » pour transformer une fibre enroulée sur elle-même en un fil que l'on dévide, que l'on tisse sur un métier pour fnalement s'en vêtir. Longtemps en Syrie furent tissées des soies précieuses. Ces tissus, accumulés à la manière d'un trésor, faisaient la fortune des califes. C'est dans un linceul de soie que les riches musulmans partaient vers un paradis où ils seraient vêtus de la sompteuse étoffe. Certaines de ces soieries islamiques, parvenues en Occident, furent conservées dans les trésors des églises. Les tisserands syriens, presque toujours juifs ou chrétiens, se transmettent depuis des générations un métier d'une perfection extrême. Longtemps étroitement liés aux soyeux lyonnais, ils représentent aujourd'hui une corporation en survivance, que la fibre artifcielle a ruinée. Florence Ollivry nous raconte leur histoire et comment on peut vivre, encore aujourd'hui, d'un fil échafaudé par une chenille.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 192  pages
  • Dimensions :  2.2cmx23.6cmx30.6cm
  • Poids : 1301.8g
  • Editeur :   Editions Du Rouergue Paru le
  • Collection : ROUERGUE LITTER
  • ISBN :  2812602465
  • EAN13 :  9782812602467
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Florence Ollivry

Les secrets d'Alep : Une grande ville arabe révélée par sa cuisine

La tradition culinaire alépine compte incontestablement parmi les plus sophistiquées du monde arabe, à l'égal de celle de Fès au Maroc. Cet ouvrage, le premier qui lui soit entièrement consacré, est fondé d'une part sur les sources écrites disponibles en langue arabe et, d'autre part, sur u...

Voir tous les livres de Florence Ollivry

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Une civilisation textile, tel fut le monde musulman. Au coeur de cet écheveau, la soie fut la plus précieuse des étoffes. Amoncelée dans les palais comme de l'or, pillée par les croisés et gardée dans leurs églises comme un trésor, la soie eut ses passeurs (une impératrice chinoise, un juste, deux moines itinérants), elle a désormais ses gardiens. Florence Ollivry nous fait rencontrer les hommes de soie qui préservent les gestes des artisans des tiraz. L'histoire de la soie commence sur les rivages de la mer de Chine pour gagner, le temps de deux millénaires, le Moyen Orient. L'axe de propagation de la sériciculture coïncide avec le quarantième parallèle de l'hémisphère boréal. Il est affaire de climat et de soins humains. Il faut en effet des « âmes de soie » pour transformer une fibre enroulée sur elle-même en un fil que l'on dévide, que l'on tisse sur un métier pour fnalement s'en vêtir. Longtemps en Syrie furent tissées des soies précieuses. Ces tissus, accumulés à la manière d'un trésor, faisaient la fortune des califes. C'est dans un linceul de soie que les riches musulmans partaient vers un paradis où ils seraient vêtus de la sompteuse étoffe. Certaines de ces soieries islamiques, parvenues en Occident, furent conservées dans les trésors des églises. Les tisserands syriens, presque toujours juifs ou chrétiens, se transmettent depuis des générations un métier d'une perfection extrême. Longtemps étroitement liés aux soyeux lyonnais, ils représentent aujourd'hui une corporation en survivance, que la fibre artifcielle a ruinée. Florence Ollivry nous raconte leur histoire et comment on peut vivre, encore aujourd'hui, d'un fil échafaudé par une chenille.