share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pont-l'Evêque et ses campagnes au XVIIIe et XIXe siècles : Des veaux et des hommes, un exemple d'oliganthropie anticipatrice

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pont-l'Evêque et ses campagnes au XVIIIe et XIXe siècles : Des veaux et des hommes, un exemple d'oliganthropie anticipatrice

Pont-l'Evêque et ses campagnes au XVIIIe et XIXe siècles : Des veaux et des hommes, un exemple d'oliganthropie anticipatrice

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pont-l'Evêque et ses campagnes au XVIIIe et XIXe siècles : Des veaux et des..."

Pierre Chaunu, dans ses réflexions sur la démographie normande, constatait " l'extrême maturité de cette province" qui dès la seconde moitié du XVIIIe siècle adopte des comportements contraceptifs efficaces. Les effets sont très sensibles dans certaines sous-régions, et particulièrement dans le Pays d'Auge, où, de Deauville à Honfleur, de Pont l'Evêque à Lisieux, la population stagne. et parfois baisse, au cours du XVIIIe siècle. Le Pays d'Auge fut le champ d'expérience d'une mutation agricole d'un type particulier : Le couchage en herbe. Il s'agissait pour les paysans de permettre ainsi le développement de l'élevage bovin pour alimenter le marché parisien en viande. Ces transformations agricoles ont bouleversé le paysage du Pays d'Auge. La généralisation de la mise en herbe au détriment des labours représente assurément une des clés explicatives des mutations démographiques observées. Il est clair qu'elle réduit l'optimum de peuplement car elle requiert une main-d'oeuvre beaucoup moins nombreuse. L'élevage aurait, en somme, chassé la main-d'oeuvre. Les paysans ont alors tout tenté pour rétablir l'équilibre : hausse de l'âge moyen au mariage, émigration, mais cela n'était pas suffisant. La réponse la plus significative fut la limitation volontaire des naissances. Les motivations étaient essentiellement économiques mais on ne peut méconnaître d'autres facteurs comme par exemple les turbulences religieuses qui ont conduit à une déchristianisation progressive des campagnes augeronnes, favorisant ainsi la diffusion des funestes secrets. La propagation des pratiques contraceptives prit une telle ampleur que la génération née à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, déjà amoindrie par les saignées de la Révolution et de l'Empire, ne fut plus en mesure d'assurer son renouvellement. D'une contraception de nécessité liée aux nouvelles données économiques. on serait passé à une contraception de " confort ". Il s'agirait alors de limiter la descendance pour éviter la dispersion d'un patrimoine qui augmentait dans ce " pays " en pleine croissance économique. L'enrichissement incontestable des Augerons et leur éloignement progressif de l'Eglise représentent sans doute les principaux facteurs explicatifs des changements intervenus dans cette région.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 286  pages
  • Dimensions :  2.0cmx16.0cmx24.0cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Spm-Lettrage Paru le
  • Collection : Kronos
  • ISBN :  2901952798
  • EAN13 :  9782901952794
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Renard

Théorie et pratique de l'audit interne

La fonction d'audit interne, pour s'adapter à des secteurs d'activité de plus en plus nombreux, affine et développe ses techniques et méthodes. Cette 7e édition prend en compte les innovations les plus récentes, en particulier : la mise à jour des Normes professionnelles (édition 2009) et ...

Prix : 563 DH
Un pavé dans la culture : L'urgence d'un nouveau souffle de la politique culturelle - la controverse de Monum

Faut-il accueillir dans le patrimoine exceptionnel de notre pays la création d'aujourd'hui et ses audaces, ouvrir ses lieux à la modernité tout en préservant leur intégrité, et respecter ces monuments légués par l'histoire tout en leur insufflant une nouvelle vie ? Tels sont les objectifs mo...

Voir tous les livres de Jacques Renard

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pierre Chaunu, dans ses réflexions sur la démographie normande, constatait " l'extrême maturité de cette province" qui dès la seconde moitié du XVIIIe siècle adopte des comportements contraceptifs efficaces. Les effets sont très sensibles dans certaines sous-régions, et particulièrement dans le Pays d'Auge, où, de Deauville à Honfleur, de Pont l'Evêque à Lisieux, la population stagne. et parfois baisse, au cours du XVIIIe siècle. Le Pays d'Auge fut le champ d'expérience d'une mutation agricole d'un type particulier : Le couchage en herbe. Il s'agissait pour les paysans de permettre ainsi le développement de l'élevage bovin pour alimenter le marché parisien en viande. Ces transformations agricoles ont bouleversé le paysage du Pays d'Auge. La généralisation de la mise en herbe au détriment des labours représente assurément une des clés explicatives des mutations démographiques observées. Il est clair qu'elle réduit l'optimum de peuplement car elle requiert une main-d'oeuvre beaucoup moins nombreuse. L'élevage aurait, en somme, chassé la main-d'oeuvre. Les paysans ont alors tout tenté pour rétablir l'équilibre : hausse de l'âge moyen au mariage, émigration, mais cela n'était pas suffisant. La réponse la plus significative fut la limitation volontaire des naissances. Les motivations étaient essentiellement économiques mais on ne peut méconnaître d'autres facteurs comme par exemple les turbulences religieuses qui ont conduit à une déchristianisation progressive des campagnes augeronnes, favorisant ainsi la diffusion des funestes secrets. La propagation des pratiques contraceptives prit une telle ampleur que la génération née à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, déjà amoindrie par les saignées de la Révolution et de l'Empire, ne fut plus en mesure d'assurer son renouvellement. D'une contraception de nécessité liée aux nouvelles données économiques. on serait passé à une contraception de " confort ". Il s'agirait alors de limiter la descendance pour éviter la dispersion d'un patrimoine qui augmentait dans ce " pays " en pleine croissance économique. L'enrichissement incontestable des Augerons et leur éloignement progressif de l'Eglise représentent sans doute les principaux facteurs explicatifs des changements intervenus dans cette région.