share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nouvel éloge de la folie : Essais édits & inédits

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nouvel éloge de la folie : Essais édits & inédits

Nouvel éloge de la folie : Essais édits & inédits

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nouvel éloge de la folie : Essais édits & inédits"

“La plupart des lecteurs perspicaces en conviendront, le caractère distinctif du monde des humains est sa folie”, tel est l'un des postulats sur lequel repose la réflexion qui se poursuit à différents propos et sous diverses formes dans les essais qui composent ce Nouvel éloge de la folie* (paru en anglais sous le titre A Reader on Reading, chez Yale University Press). Contrairement aux animaux, y déplore Alberto Manguel, seuls les hommes vivent en sachant consciemment qu'ils le font et possèdent la capacité de réfléchir à leurs actes, si contradictoires ou inexplicables soient-ils. Pourtant, ils agissent de manière irrationnelle, amassent sans autre raison que l'avidité, font délibérément souffrir autrui, empoisonnent l'eau et l'air dont ils ont besoin pour vivre et, finalement, amènent, ces temps-ci, leur planète au seuil de la destruction. La littérature ne cesse de refléter ce paradoxe. Que penser des actions donquichottesques de Don Quichotte ? D'Hercule Poirot assassinant un assassin afin de prévenir d'autres assassinats ? D'Enée pour avoir abandonné à ses larmes l'hospitalière Didon au nom de la gloire du futur Empire romain ? De Lady Macbeth : est-elle monstre ou victime ? Du portrait tragi-comique qu'il brosse progressivement de l'humanité dans son Histoire comme dans les oeuvres de son imagination, Manguel conclut à maintes reprises que seule la littérature, si elle n'offre pas de réponses, sait substituer aux vaines questions de “bonnes” et fécondes énigmes. C'est ainsi qu'il est possible grâce à Cent ans de solitude, de mieux comprendre le destin de Carthage, de même que le personnage de Shakespeare de Goneril dans le Roi Lear peut aider à traduire le douteux dilemme éthique du général Paul Aussaresses, le bourreau d'Alger...De même, seule la lecture possède la faculté d'empêcher la folie du monde de prendre totalement possession de nous, ainsi que le montrent l'expérience de Joseph Brodsky, prisonnier en Sibérie, “sauvé” de la folie concentrationnaire par les vers de Q. H. Auden. De Reinaldo Arenas, “oubliant” l'horreur des prisons cubaines au fil de sa lecture des chants de l'Enéide, d'Oscar Wilde libéré des tourments de la geôle de Reading en méditant sur les paroles du Christ, ou d'Haroldo Conti transcendant les affres de la torture à laquelle le soumet, en Argentine, la dictature militaire par sa fréquentation assidue de l'oeuvre de Dickens. Même s'il n'est pas certain qu'un écrit, aussi brillant et émouvant soit-il, soit en mesure de supprimer la douleur du monde ou de mettre un terme à l'injustice, il se peut cependant que tout livre, même mineur, puisse constituer une consolation, un appel aux armes, une épiphanie. Sans doute parce que, sans profondeurs et sans limites de la part de la société, la lecture substitue un temps libéré, précisément, par les limites mêmes de la page (réelle ou virtuelle), nous conduisant à faire l'expérience d'une mutation qui nous rend agissants, vivants, fertiles. Dans un monde où les valeurs économiques sont la mesure de toute chose et où certains livres se contentent de répondre à un “besoin” spirituel préfabriqué, l'individu ne sait pas toujours suffisamment qu'il a “besoin” des Aventures d'Alice au pays des merveilles pour briser le miroir, et devenir capable de définir la vérité de son existence en tant qu'être humain comme en tant que citoyen. Essentielle, indispensable, parce qu'elle prête à notre folie une sorte de rationalité éclairée suffisamment transparente pour clarifier nos comportements et suffisamment ambiguë pour nous aider à accepter l'indéfinissable, la lecture, par le jeu des métamorphoses auquel elle nous convie, contribue à nous faire réintégrer notre responsabilité de vivants. * où le lecteur français retrouvera un certain nombre de textes précédemment parus chez Actes Sud sous le titre Dans la forêt du miroir (2003 ; Babel n° 610)

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 400  pages
  • Dimensions :  3.2cmx13.0cmx23.8cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Actes Sud Editions Paru le
  • Collection : Lettres anglo-américaines
  • ISBN :  2330001592
  • EAN13 :  9782330001599
  • Classe Dewey :  844
  • Langue : Français

D'autres livres de Alberto Manguel

Un retour

A Rome, Néstor Fabris reçoit une invitation qui vient perturber sa paisible existence d'antiquaire. Taraudé par les démons du passé, il embarque en direction de Buenos Aires pour une brève visite sur les terres de sa jeunesse. L'Enée argentin parcourt, sitôt arrivé, le chemin périlleux ...

L'Iliade et l'Odyssée

" Homère est une énigme. Puisqu'il n'a pas d'identité démontrée et que ses livres ne révèlent aucun indice clair concernant leur composition, il peut supporter, à l'instar de son Iliade et de son Odyssée, un nombre infini de lectures ". C'est cette très longue histoire des lectures et [...

La bibliothèque, la nuit

Qu'elle soit constituée de quelques livres ou de volumes par milliers, qu'elle obéisse à une classification rigoureuse ou aléatoire, que les livres qui la composent soient alignés sur des étagères ou rangés dans des cartons, qu'est-ce qu'une bibliothèque, sinon l'éternelle compagne de [...

Prix : 72 DH

Voir tous les livres de Alberto Manguel

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

“La plupart des lecteurs perspicaces en conviendront, le caractère distinctif du monde des humains est sa folie”, tel est l'un des postulats sur lequel repose la réflexion qui se poursuit à différents propos et sous diverses formes dans les essais qui composent ce Nouvel éloge de la folie* (paru en anglais sous le titre A Reader on Reading, chez Yale University Press). Contrairement aux animaux, y déplore Alberto Manguel, seuls les hommes vivent en sachant consciemment qu'ils le font et possèdent la capacité de réfléchir à leurs actes, si contradictoires ou inexplicables soient-ils. Pourtant, ils agissent de manière irrationnelle, amassent sans autre raison que l'avidité, font délibérément souffrir autrui, empoisonnent l'eau et l'air dont ils ont besoin pour vivre et, finalement, amènent, ces temps-ci, leur planète au seuil de la destruction. La littérature ne cesse de refléter ce paradoxe. Que penser des actions donquichottesques de Don Quichotte ? D'Hercule Poirot assassinant un assassin afin de prévenir d'autres assassinats ? D'Enée pour avoir abandonné à ses larmes l'hospitalière Didon au nom de la gloire du futur Empire romain ? De Lady Macbeth : est-elle monstre ou victime ? Du portrait tragi-comique qu'il brosse progressivement de l'humanité dans son Histoire comme dans les oeuvres de son imagination, Manguel conclut à maintes reprises que seule la littérature, si elle n'offre pas de réponses, sait substituer aux vaines questions de “bonnes” et fécondes énigmes. C'est ainsi qu'il est possible grâce à Cent ans de solitude, de mieux comprendre le destin de Carthage, de même que le personnage de Shakespeare de Goneril dans le Roi Lear peut aider à traduire le douteux dilemme éthique du général Paul Aussaresses, le bourreau d'Alger...De même, seule la lecture possède la faculté d'empêcher la folie du monde de prendre totalement possession de nous, ainsi que le montrent l'expérience de Joseph Brodsky, prisonnier en Sibérie, “sauvé” de la folie concentrationnaire par les vers de Q. H. Auden. De Reinaldo Arenas, “oubliant” l'horreur des prisons cubaines au fil de sa lecture des chants de l'Enéide, d'Oscar Wilde libéré des tourments de la geôle de Reading en méditant sur les paroles du Christ, ou d'Haroldo Conti transcendant les affres de la torture à laquelle le soumet, en Argentine, la dictature militaire par sa fréquentation assidue de l'oeuvre de Dickens. Même s'il n'est pas certain qu'un écrit, aussi brillant et émouvant soit-il, soit en mesure de supprimer la douleur du monde ou de mettre un terme à l'injustice, il se peut cependant que tout livre, même mineur, puisse constituer une consolation, un appel aux armes, une épiphanie. Sans doute parce que, sans profondeurs et sans limites de la part de la société, la lecture substitue un temps libéré, précisément, par les limites mêmes de la page (réelle ou virtuelle), nous conduisant à faire l'expérience d'une mutation qui nous rend agissants, vivants, fertiles. Dans un monde où les valeurs économiques sont la mesure de toute chose et où certains livres se contentent de répondre à un “besoin” spirituel préfabriqué, l'individu ne sait pas toujours suffisamment qu'il a “besoin” des Aventures d'Alice au pays des merveilles pour briser le miroir, et devenir capable de définir la vérité de son existence en tant qu'être humain comme en tant que citoyen. Essentielle, indispensable, parce qu'elle prête à notre folie une sorte de rationalité éclairée suffisamment transparente pour clarifier nos comportements et suffisamment ambiguë pour nous aider à accepter l'indéfinissable, la lecture, par le jeu des métamorphoses auquel elle nous convie, contribue à nous faire réintégrer notre responsabilité de vivants. * où le lecteur français retrouvera un certain nombre de textes précédemment parus chez Actes Sud sous le titre Dans la forêt du miroir (2003 ; Babel n° 610)