share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le nu dans l'Art : L'apothéose des corps

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le nu dans l'Art : L'apothéose des corps

Le nu dans l'Art : L'apothéose des corps

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le nu dans l'Art : L'apothéose des corps"

    Le représenter, une de ses manières d'exister. Cette activité a de lourdes influences sur l'évolution de la société, qu'elle accompagne ou contrecarre. Sur celle de l'artiste aussi. Et l'art rend possible ce que la vie étouffe. La manière qu'il a, de cabosser la réalité - touffeur des chairs, cuisses écarquillées, vulves ombrées, vastes seins -, réjouit notre inépuisable vampirisme. Ces corps, leurs lignes, qui dansent, rêvent ou meurent, leurs couleurs, par elles encloses, sont néanmoins les caractères de l'oeuvre. Les artistes, dans leurs mises à nu, se confrontent aux thèmes qui toujours ont préoccupé l'homme: le temps, l'angoisse, la mort et la sexualité, les idéaux, les obsessions; et c'est le corps nu qui exprime le mieux tout ce que nous convoitons et tout ce que nous craignons. Aussi le nu fait-il fonction d'abyme, dans lequel le spectateur peut et doit affronter sa ressemblance, épineuse ou non... Le nu perce à jour, montre ce qu'il cache. Souligne les frustrations. Fait grésiller le désir. Le nu contraint à l'immédiate confrontation avec l'oeuvre d'art - dans la voluptueuse complicité de notre regard. Aujourd'hui, n'était la bouillie nauséeuse d'images de corps déshabillés, de beaux cadavres peroxydés que déversent publicités et médias, la pornographie en ligne, le nu peut encore, suivant le goût, les croyances religieuses, le milieu culturel ou l'identité sexuelle de l'observateur, briser des tabous. Il ne fait aucun doute que l'homme du XXIe siècle trouvera dans cette histoire du nu dans l'art occidental - des épaisses Vénus préhistoriques aux femmes-épingles de Giacometti -, la permanence de son identité. Ce vers quoi il tend désespérément.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 205  pages
    • Dimensions :  2.6cmx24.6cmx31.6cm
    • Poids : 1741.8g
    • Editeur :   Solar Paru le
    • ISBN :  226304390X
    • EAN13 :  9782263043901
    • Classe Dewey :  750
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Le représenter, une de ses manières d'exister. Cette activité a de lourdes influences sur l'évolution de la société, qu'elle accompagne ou contrecarre. Sur celle de l'artiste aussi. Et l'art rend possible ce que la vie étouffe. La manière qu'il a, de cabosser la réalité - touffeur des chairs, cuisses écarquillées, vulves ombrées, vastes seins -, réjouit notre inépuisable vampirisme. Ces corps, leurs lignes, qui dansent, rêvent ou meurent, leurs couleurs, par elles encloses, sont néanmoins les caractères de l'oeuvre. Les artistes, dans leurs mises à nu, se confrontent aux thèmes qui toujours ont préoccupé l'homme: le temps, l'angoisse, la mort et la sexualité, les idéaux, les obsessions; et c'est le corps nu qui exprime le mieux tout ce que nous convoitons et tout ce que nous craignons. Aussi le nu fait-il fonction d'abyme, dans lequel le spectateur peut et doit affronter sa ressemblance, épineuse ou non... Le nu perce à jour, montre ce qu'il cache. Souligne les frustrations. Fait grésiller le désir. Le nu contraint à l'immédiate confrontation avec l'oeuvre d'art - dans la voluptueuse complicité de notre regard. Aujourd'hui, n'était la bouillie nauséeuse d'images de corps déshabillés, de beaux cadavres peroxydés que déversent publicités et médias, la pornographie en ligne, le nu peut encore, suivant le goût, les croyances religieuses, le milieu culturel ou l'identité sexuelle de l'observateur, briser des tabous. Il ne fait aucun doute que l'homme du XXIe siècle trouvera dans cette histoire du nu dans l'art occidental - des épaisses Vénus préhistoriques aux femmes-épingles de Giacometti -, la permanence de son identité. Ce vers quoi il tend désespérément.