share_book
Envoyer cet article par e-mail

On m'a demandé de vous virer

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
On m'a demandé de vous virer

On m'a demandé de vous virer

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "On m'a demandé de vous virer"

2009. « On m’a demandé de vous calmer », lâche lors d’une entrevue à Stéphane Guillon Jean-Paul Cluzel, prédécesseur de Jean-Luc Hees à la présidence de Radio France. La fin de la récré semble avoir sonné pour l’humoriste. Pourtant, n’épargnant ni le ouvernement ni l’opposition, le trublion des ondes ne se calme pas et continue, du lundi au mercredi, à 7h55, de captiver 2 millions d’auditeurs. 23 juin 2010. Aux alentours de 8 heures, il y a ces mots qui résonnent aux 4 millions d’oreilles des fidèles de la matinale de France Inter : « Merci à tous, du fond du coeur, vous allez me manquer. » Suivis d’une salve d’applaudissements en studio. « France Inter. Fini de rire », titre en une dès le lendemain le quotidien Libération : Stéphane Guillon et Didier Porte, deux des animateurs phare de la station, ont été remerciés. D’abord par l’élégante voix de la presse, puis par un recommandé signé de la main de Philippe Val.« France Inter : une radio de gauche qui licencie comme la pire des entreprises de droite », lance Guillon. Comment expliquer, si ce n’est en invoquant le spectre gouvernemental, l’éviction d’un homme qui, à lui seul, a fédéré deux ans durant plus de 2 millions d’auditeurs chaque jour ? La France est outrée et ses acteurs politiques (François Bayrou et Martine Aubry, pour ne citer qu’eux) s’insurgent et dénoncent une volonté de briser le débat démocratique, une atteinte violente à la liberté d’expression. Dans ce second volume réunissant les chroniques de Stéphane Guillon diffusées entre septembre 2009 et juin 2010, on retrouve l’écriture affûtée et ce brillant sens de la formule par lesquels Stéphane Guillon s’est fait connaître, haïr et célébrer. Sur le ton de l’animateur de supermarché, il criera à la cantonade, en prélude à son ultime chronique, « Tout doit disparaître ! », « Liquidation totale des humoristes ! ». On sait pourtant à quel point, plus que jamais, l’époque et la nation ne se passeront plus du génie doublé d’humour qu’il incarne.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 364  pages
  • Dimensions :  2.3cmx13.5cmx21.5cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • Collection : Essais - Documents
  • ISBN :  2234069319
  • EAN13 :  9782234069312
  • Classe Dewey :  847
  • Langue : Français

D'autres livres de Stéphane Guillon

On m'a demandé de vous calmer

Le patron de Radio France me propose un thé vert. Je décline son offre. " Vraiment, vous ne voulez rien boire ? " S'ensuit une longue discussion sur l'humour, ses limites, ce qui est drôle, ce qui ne l'est pas... Bizarrement ma tête bourdonne... Et puis j'entends cette phrase étrangement [.....

Jusque-là... tout allait bien !

Armé de son irrésistible ironie, Stéphane Guillon prend pour ligne de mire notre " société du spectacle ". Tout y passe : les fausses stars et les vraies divas, les scandales de la télé-réalité et les mensonges des politiques... Avec un sens redoutable de la formule, une audace à toute ...

Guillon aggrave son cas

Stéphane Guillon dévoile et raconte pour la première fois les coulisses de son métier. L'écriture du portrait, les pressions exercées, sa peur et celle de ses victimes, le face-à-face avec l'invité et ses répercussions. Un travail sans complaisance où l'humoriste prend ses [....]...

On m'a demandé de vous virer

« On m'a demandé de vous calmer », lâche le président de Radio France à Stéphane Guillon en2009. L'humoriste n'en fait rien et continue à jouer les trublions dans la matinale de France Inter.23 juin 2010 : Licencié par Philippe Val, Guillon fait ses adieux à l'antenne. Dans ce [....]...

Voir tous les livres de Stéphane Guillon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

2009. « On m’a demandé de vous calmer », lâche lors d’une entrevue à Stéphane Guillon Jean-Paul Cluzel, prédécesseur de Jean-Luc Hees à la présidence de Radio France. La fin de la récré semble avoir sonné pour l’humoriste. Pourtant, n’épargnant ni le ouvernement ni l’opposition, le trublion des ondes ne se calme pas et continue, du lundi au mercredi, à 7h55, de captiver 2 millions d’auditeurs. 23 juin 2010. Aux alentours de 8 heures, il y a ces mots qui résonnent aux 4 millions d’oreilles des fidèles de la matinale de France Inter : « Merci à tous, du fond du coeur, vous allez me manquer. » Suivis d’une salve d’applaudissements en studio. « France Inter. Fini de rire », titre en une dès le lendemain le quotidien Libération : Stéphane Guillon et Didier Porte, deux des animateurs phare de la station, ont été remerciés. D’abord par l’élégante voix de la presse, puis par un recommandé signé de la main de Philippe Val.« France Inter : une radio de gauche qui licencie comme la pire des entreprises de droite », lance Guillon. Comment expliquer, si ce n’est en invoquant le spectre gouvernemental, l’éviction d’un homme qui, à lui seul, a fédéré deux ans durant plus de 2 millions d’auditeurs chaque jour ? La France est outrée et ses acteurs politiques (François Bayrou et Martine Aubry, pour ne citer qu’eux) s’insurgent et dénoncent une volonté de briser le débat démocratique, une atteinte violente à la liberté d’expression. Dans ce second volume réunissant les chroniques de Stéphane Guillon diffusées entre septembre 2009 et juin 2010, on retrouve l’écriture affûtée et ce brillant sens de la formule par lesquels Stéphane Guillon s’est fait connaître, haïr et célébrer. Sur le ton de l’animateur de supermarché, il criera à la cantonade, en prélude à son ultime chronique, « Tout doit disparaître ! », « Liquidation totale des humoristes ! ». On sait pourtant à quel point, plus que jamais, l’époque et la nation ne se passeront plus du génie doublé d’humour qu’il incarne.