share_book
Envoyer cet article par e-mail

Hellfire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Hellfire

Hellfire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Hellfire"

Une anecdote en guise de préliminaire : le garçon (une douzaine d'années) en a sa claque de sa soeur, il prend la poussette et l'emmène en virée. Arrivé à un ravin, il balance tout naturellement la fillette dans le vide... Elle va s'en tirer avec quelques écorchures. Le gosse s'appelle Jerry. Jerry Lee Lewis. Surnommé le Killer, alias le Poulidor du rock'n'roll blanc. En face, pour lui tailler le portrait : Nick Tosches, pointure de la rock-critic (il collabora à Playboy, Vanity Fair, Rolling Stones...) et polardeux émérite ; à cet égard, Hellfire est aussi une rencontre au sommet entre deux ego. Il fallait au moins ce genre de biographe, impassible - Clint Eastwood qui aurait chevauché dans la contrée littéraire - pour ne pas se laisser submerger par la furia du chanteur en costume rose criard et amateur de Rolls blanche qui, un beau matin, vint défoncer la grille de Graceland pour aller dire son fait à Elvis, celui dont il devait être l'éternel outsider. Expert en jeux du cirque, et roots yankee, Tosches remonte donc aux sources infernales du succès : les disques Sun (qui découvrirent Le King), la famille pentecôtiste de Jerry, sa quête effrénée d'une musique de feu, la chute suite à sa tournée anglaise, alors qu'il est près de se saisir de la couronne... Nous voilà embarqués en plein dans ce que Greil Marcus - autre spécialiste de l'olympe Rock et de ses gladiateurs - appelle l'usine à mythes du Pop. Avec Dino (lien hypertertexte) (bio de Dean Martin, publiée chez Rivages), Tosches avait tendance à noyer le poisson en nous gratifiant d'une foultitude de détails ; ici, il produit un récit nerveux, centré, objectivement terrifiant. Loin de la célébration du pantin à chevelure d'or, ou même de la veine «blouson noir/poète maudit» forcément complaisante, Hellfire a tout d'une séance d'équarrissage, narrant la plongée, raide, verticale et âpre d'un homme, dans les forges de la gloire. --Stéphane Malterre

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 235  pages
  • Dimensions :  1.6cmx17.0cmx21.2cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Allia Paru le
  • ISBN :  2844850766
  • EAN13 :  9782844850768
  • Classe Dewey :  782.42166092
  • Langue : Français

D'autres livres de Nick Tosches

Dino. : La belle vie dans la sale industrie du rêve

"La belle vie dans la sale industrie du rêve". Ainsi est sous-titrée cette extraordinaire biographie non autorisée de Dean Martin, chanteur, acteur, star, incarnation mythique du rêve américain, jouisseur invétéré... mais aussi petite frappe plus douée pour les mauvais coups que pour les é...

Héros oubliés du rock'n'roll

Finalement, Nick Tosches a toujours su dompter son principal défaut. Car vénérer systématiquement les héros de la marge, les loosers flamboyants et autres oubliés magnifiques peut rapidement lasser. Jerry Lee plutôt qu'Elvis, Sonny Liston plutôt que Muhammad Ali, Dino plutôt que Franky, Spa...

Blackface. Au confluent des voix mortes

"Je pense qu'Emmett Miller est maléfique", m'a dit ma bonne copine Carol il n'y a pas si longtemps. Je lui ai demandé ce qu'elle entendait par là, et elle m'a répondu qu'elle pensait qu'Emmett Miller était en train de dévorer ma vie. Elle a peut-être raison. Au moment où j'écris, il fait un...

Voir tous les livres de Nick Tosches

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Une anecdote en guise de préliminaire : le garçon (une douzaine d'années) en a sa claque de sa soeur, il prend la poussette et l'emmène en virée. Arrivé à un ravin, il balance tout naturellement la fillette dans le vide... Elle va s'en tirer avec quelques écorchures. Le gosse s'appelle Jerry. Jerry Lee Lewis. Surnommé le Killer, alias le Poulidor du rock'n'roll blanc. En face, pour lui tailler le portrait : Nick Tosches, pointure de la rock-critic (il collabora à Playboy, Vanity Fair, Rolling Stones...) et polardeux émérite ; à cet égard, Hellfire est aussi une rencontre au sommet entre deux ego. Il fallait au moins ce genre de biographe, impassible - Clint Eastwood qui aurait chevauché dans la contrée littéraire - pour ne pas se laisser submerger par la furia du chanteur en costume rose criard et amateur de Rolls blanche qui, un beau matin, vint défoncer la grille de Graceland pour aller dire son fait à Elvis, celui dont il devait être l'éternel outsider. Expert en jeux du cirque, et roots yankee, Tosches remonte donc aux sources infernales du succès : les disques Sun (qui découvrirent Le King), la famille pentecôtiste de Jerry, sa quête effrénée d'une musique de feu, la chute suite à sa tournée anglaise, alors qu'il est près de se saisir de la couronne... Nous voilà embarqués en plein dans ce que Greil Marcus - autre spécialiste de l'olympe Rock et de ses gladiateurs - appelle l'usine à mythes du Pop. Avec Dino (lien hypertertexte) (bio de Dean Martin, publiée chez Rivages), Tosches avait tendance à noyer le poisson en nous gratifiant d'une foultitude de détails ; ici, il produit un récit nerveux, centré, objectivement terrifiant. Loin de la célébration du pantin à chevelure d'or, ou même de la veine «blouson noir/poète maudit» forcément complaisante, Hellfire a tout d'une séance d'équarrissage, narrant la plongée, raide, verticale et âpre d'un homme, dans les forges de la gloire. --Stéphane Malterre