share_book
Envoyer cet article par e-mail

Traité des larmes : Fragilité de Dieu, fragilité de l'âme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Traité des larmes : Fragilité de Dieu, fragilité de l'âme

Traité des larmes : Fragilité de Dieu, fragilité de l'âme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Traité des larmes : Fragilité de Dieu, fragilité de l'âme"

Philosophe attentive à la source hébraïque de notre culture, Catherine Chalier s'intéresse ici à un thème négligé en philosophie : les larmes. Les pleurs de Jacob, d'Esaü ou de Joseph, ceux des prophètes ou du psalmiste incitent à réfléchir à toute une gamme d'émotions. Mais la question essentielle qu'ils soulèvent est celle de la nature de l'homme, porteur de l'image de Dieu, et dont on peut se demander quelle fragilité constitutive le rend capable de pleurer. Plus profondément encore, la tradition orale du judaïsme (Talmud et Midrach) n'hésite pas à évoquer les larmes de Dieu. Sur qui et sur quoi l'Eternel pleure-t-il ? Que nous disent ses larmes de sa relation aux hommes ? Catherine Chalier, en analysant les réponses multiples de la tradition hébraïque, montre comment elles relèvent d'une pensée sans cesse tournée vers la vie partagée.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 219  pages
  • Dimensions :  1.4cmx11.0cmx18.2cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Editions Albin Michel Paru le
  • Collection : Spiritualités vivantes
  • ISBN :  2226178600
  • EAN13 :  9782226178602
  • Classe Dewey :  194
  • Langue : Français

D'autres livres de Catherine Chalier

Le désir de conversion

Catherine Chalier est philosophe, spécialiste du judaïsme. Elle a notamment publié : Spinoza lecteur de Maimonide, la question théologico-politique (Cerf, 2006), Des anges et des hommes (Albin Michel, 2007), Transmettre, de génération en génération (Buchet-Chastel, 2008) et La Nuit, le [....

Spinoza, lecteur de Maïmonide

Spinoza (1632-1677) parle toujours de Maïmonide (1135-1204) avec une extrême sévérité : sa propre certitude que la Bible ne contient aucune vérité d'ordre philosophique, mais seulement un contenu moral à destination des ignorants, se révèle incompatible avec l'œuvre d'un prédécesseur...

Voir tous les livres de Catherine Chalier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Philosophe attentive à la source hébraïque de notre culture, Catherine Chalier s'intéresse ici à un thème négligé en philosophie : les larmes. Les pleurs de Jacob, d'Esaü ou de Joseph, ceux des prophètes ou du psalmiste incitent à réfléchir à toute une gamme d'émotions. Mais la question essentielle qu'ils soulèvent est celle de la nature de l'homme, porteur de l'image de Dieu, et dont on peut se demander quelle fragilité constitutive le rend capable de pleurer. Plus profondément encore, la tradition orale du judaïsme (Talmud et Midrach) n'hésite pas à évoquer les larmes de Dieu. Sur qui et sur quoi l'Eternel pleure-t-il ? Que nous disent ses larmes de sa relation aux hommes ? Catherine Chalier, en analysant les réponses multiples de la tradition hébraïque, montre comment elles relèvent d'une pensée sans cesse tournée vers la vie partagée.