share_book
Envoyer cet article par e-mail

La grande foire des dattes : Adrar mauritanien

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La grande foire des dattes : Adrar mauritanien

La grande foire des dattes : Adrar mauritanien

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : 147,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La grande foire des dattes : Adrar mauritanien"

    Une fois de plus, après avoir couru " pieds nus à travers la Mauritanie ", Mlle Odette du Puigaudeau et son " double ", Marion Sénones, avaient donné rendez-vous à l'Aventure dans l'Adrar mauritanien où la grande foire des dattes attire les nomades. Elles l'ont rencontrée, telle qu'elles la souhaitaient, " avec son visage dur, ses menaces et ses dons ". Température de fournaise, " fumée d'incendie craquant sous les dents " des vents de sable, dunes en folie, où se perd la piste ; menace du rezzou qui peut à tout instant surgir, de l'insolation qui foudroie, de la fièvre qui anéantit ; supplice de la soif qui lentement vous vide et fait trouver une enviable saveur à n'importe quelle mare au " goût pittoresque de cadavre ". Ces jeunes fanatiques du libre espace n'ont pas cru payer trop cher la merveilleuse liberté qui monte des horizons vides, l'allégresse de la vie intense, d'indépendance totale, la frénétique jouissance de la lutte et l'ivresse de la difficulté vaincue qui font l'envoûtement du désert. Si vous lisez ce livre, vous y admirerez des pages d'ardentes couleurs, des traits de moeurs curieux ou savoureux, de belles histoires (pas toutes pour jouvencelles), des types amusants ou peu rassurants; " un aspect ou un autre, fugitif, peut-être illusoire, de l'âme maure ", et ces femmes " douces, gaies, charmantes et puériles ", regrettées " comme une seule amie aux mille visages ".

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 254  pages
    • Dimensions :  1.6cmx13.6cmx21.8cm
    • Poids : 499.0g
    • Editeur :   Ibis Press Paru le
    • ISBN :  2910728714
    • EAN13 :  9782910728717
    • Classe Dewey :  916.61043
    • Langue : Français

    D'autres livres de Odette Du Puigaudeau

    Le sel du désert

    Le désert, et le Sahara en particulier, a inspiré une littérature riche en chefs-d'œuvre, et les femmes, Isabelle Eberhardt en tête, ont apporté une contribution majeure à cette bibliothèque des sables. Mais Odette Du Puigaudeau se démarque de tous ses devanciers par un aspect qui peut sem...

    Tagant : Au coeur du pays maure (1936-1938)

    En 1936, l'aventurière Odette du Puigaudeau (1894-1991) se voit confier une mission d'exploration au Sahara occidental. Son itinéraire : les pistes du Grand Sud en direction de l'Adar mauritanien ; la découverte du Tagant, bastion mythique de la civilisation maure, aux portes du Grand Désert ; p...

    Pieds nus à travers la Mauritanie, 1933-1934

    Mauritanie 1933. Deux jeunes femmes du meilleur monde, parties à bord d'un langoustier breton à voiles rousses, se laissent volontairement débarquer sur la grève de Port-Étienne (aujourd'hui Nouadibhou) pour se perdre dans les sables. Ni mission officielle, ni subventions, peu d'argent, presque...

    Voir tous les livres de Odette Du Puigaudeau

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Une fois de plus, après avoir couru " pieds nus à travers la Mauritanie ", Mlle Odette du Puigaudeau et son " double ", Marion Sénones, avaient donné rendez-vous à l'Aventure dans l'Adrar mauritanien où la grande foire des dattes attire les nomades. Elles l'ont rencontrée, telle qu'elles la souhaitaient, " avec son visage dur, ses menaces et ses dons ". Température de fournaise, " fumée d'incendie craquant sous les dents " des vents de sable, dunes en folie, où se perd la piste ; menace du rezzou qui peut à tout instant surgir, de l'insolation qui foudroie, de la fièvre qui anéantit ; supplice de la soif qui lentement vous vide et fait trouver une enviable saveur à n'importe quelle mare au " goût pittoresque de cadavre ". Ces jeunes fanatiques du libre espace n'ont pas cru payer trop cher la merveilleuse liberté qui monte des horizons vides, l'allégresse de la vie intense, d'indépendance totale, la frénétique jouissance de la lutte et l'ivresse de la difficulté vaincue qui font l'envoûtement du désert. Si vous lisez ce livre, vous y admirerez des pages d'ardentes couleurs, des traits de moeurs curieux ou savoureux, de belles histoires (pas toutes pour jouvencelles), des types amusants ou peu rassurants; " un aspect ou un autre, fugitif, peut-être illusoire, de l'âme maure ", et ces femmes " douces, gaies, charmantes et puériles ", regrettées " comme une seule amie aux mille visages ".