share_book
Envoyer cet article par e-mail

Paris, capitale du relief : Une photographie de la ville au quotidien en 1860

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Paris, capitale du relief : Une photographie de la ville au quotidien en 1860

Paris, capitale du relief : Une photographie de la ville au quotidien en 1860

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Paris, capitale du relief : Une photographie de la ville au quotidien en 1860"

    Lorsque vers 1850 le physicien David Brewster propose aux opticiens britanniques - qui le refusent - une boîte pour visionner des images en trois dimensions, nul n'est à même d'imaginer le succès que va remporter le stéréoscope durant une vingtaine d'années. Adoubé par la reine Victoria lors de l'Exposition universelle de 1851, le procédé devient la folie du jour :" Des milliers d'yeux avides se penchaient sur les trous du stéréoscope comme sur les lucarnes de l'infini ",écrira d'ailleurs Baudelaire. Au début du second Empire, l'affaire se présente comme un nouvel Eldorado et les opérateurs se mettent à photographier Paris - comme Rome, Venise ou l'Egypte - sous toutes les coutures. Grands monuments ou construction des Halles, petits métiers de la rue, lavandières, foule sur les boulevards ou bourgeois dans les parcs de la capitale ou de la proche banlieue, voitures hippomobiles, canotiers de la Seine, jeux enfantins, tout est propice à être saisi. La connaissance des documents stéréoscopiques est souvent restée limitée au cercle des collectionneurs. Après un long purgatoire dans les greniers, ces documents ouvrent des perspectives nouvelles et parfois insolites sur le Paris transfiguré de Napoléon III. Ils en restituent l'empreinte visuelle, l'inimitable singularité, comme le révèle la très riche iconographie de cet ouvrage. A travers les volumes ou les reliefs qu'ils ont laissés, écrivains et photographes du second Empire nous font découvrir leur ville telle qu'ils la percevaient.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 264  pages
    • Dimensions :  2.8cmx23.6cmx26.6cm
    • Poids : 1501.4g
    • Editeur :   Editions De L'amateur Paru le
    • Collection : COLLECTION 2010
    • ISBN :  2859175083
    • EAN13 :  9782859175085
    • Classe Dewey :  944
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Lorsque vers 1850 le physicien David Brewster propose aux opticiens britanniques - qui le refusent - une boîte pour visionner des images en trois dimensions, nul n'est à même d'imaginer le succès que va remporter le stéréoscope durant une vingtaine d'années. Adoubé par la reine Victoria lors de l'Exposition universelle de 1851, le procédé devient la folie du jour :" Des milliers d'yeux avides se penchaient sur les trous du stéréoscope comme sur les lucarnes de l'infini ",écrira d'ailleurs Baudelaire. Au début du second Empire, l'affaire se présente comme un nouvel Eldorado et les opérateurs se mettent à photographier Paris - comme Rome, Venise ou l'Egypte - sous toutes les coutures. Grands monuments ou construction des Halles, petits métiers de la rue, lavandières, foule sur les boulevards ou bourgeois dans les parcs de la capitale ou de la proche banlieue, voitures hippomobiles, canotiers de la Seine, jeux enfantins, tout est propice à être saisi. La connaissance des documents stéréoscopiques est souvent restée limitée au cercle des collectionneurs. Après un long purgatoire dans les greniers, ces documents ouvrent des perspectives nouvelles et parfois insolites sur le Paris transfiguré de Napoléon III. Ils en restituent l'empreinte visuelle, l'inimitable singularité, comme le révèle la très riche iconographie de cet ouvrage. A travers les volumes ou les reliefs qu'ils ont laissés, écrivains et photographes du second Empire nous font découvrir leur ville telle qu'ils la percevaient.