share_book
Envoyer cet article par e-mail

Journaux d'un théologien, 1946-1956

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Journaux d'un théologien, 1946-1956

Journaux d'un théologien, 1946-1956

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Journaux d'un théologien, 1946-1956"

Les récents déboires du théologien Eugen Drewermann et de Mgr Jacques Gaillot avec la hiérarchie romaine nous montrent que les relations sont toujours aussi tendues entre le pouvoir pontifical et certains francs-tireurs de la pensée ou de la pratique religieuse, vite soupçonnés de novations risquées ou de pente hérétique. La publication du journal du père dominicain Yves Congar, un des plus grands théologien du XXe siècle, mort cardinal, en témoigne plus que jamais. Courant de 1946 à 1956, ce document de première main, remarquablement édité par Étienne Fouilloux, témoigne de l'atmosphère de suspicion et de chasse aux sorcières qui fut celle des derniers temps du pontificat de Pie XII, époque d'une papauté crépusculaire où le rigorisme disciplinaire bornait la dévotion chrétienne. On y voit le père Congar convoqué devant l'Inquisition, cette "Gestapo suprême", sans savoir vraiment pourquoi. Condamné, interdit d'enseignement, Congar trouvera asile à Jérusalem ou Cambridge ; peu ébranlé dans ses convictions, il s'avouera malgré tout "détruit psychologiquement". Au-delà de l'histoire de l'Église et de la théologie, ce livre témoigne de ce que peut être le combat quotidien d'un intellectuel croyant contre les raideurs bureaucratiques et l'ultraconservatisme religieux. Un grand livre sur la liberté de penser et de croire. --François Angelier

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 462  pages
  • Dimensions :  3.2cmx14.6cmx22.6cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Le Cerf Paru le
  • Collection : Théologie
  • ISBN :  2204065315
  • EAN13 :  9782204065313
  • Classe Dewey :  200
  • Langue : Français

D'autres livres de Yves Congar

La parole et le souffle / jjc n20

En partant de l Écriture, de la documentation patristique et historique, avec une ouverture cuménique l auteur revient sur le rôle de l Esprit Saint. Le dernier livre d un auteur influent. Une collection de qualité, reconnue, de près de 100 tomes, dirigée par Mgr Doré....

Voir tous les livres de Yves Congar

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les récents déboires du théologien Eugen Drewermann et de Mgr Jacques Gaillot avec la hiérarchie romaine nous montrent que les relations sont toujours aussi tendues entre le pouvoir pontifical et certains francs-tireurs de la pensée ou de la pratique religieuse, vite soupçonnés de novations risquées ou de pente hérétique. La publication du journal du père dominicain Yves Congar, un des plus grands théologien du XXe siècle, mort cardinal, en témoigne plus que jamais. Courant de 1946 à 1956, ce document de première main, remarquablement édité par Étienne Fouilloux, témoigne de l'atmosphère de suspicion et de chasse aux sorcières qui fut celle des derniers temps du pontificat de Pie XII, époque d'une papauté crépusculaire où le rigorisme disciplinaire bornait la dévotion chrétienne. On y voit le père Congar convoqué devant l'Inquisition, cette "Gestapo suprême", sans savoir vraiment pourquoi. Condamné, interdit d'enseignement, Congar trouvera asile à Jérusalem ou Cambridge ; peu ébranlé dans ses convictions, il s'avouera malgré tout "détruit psychologiquement". Au-delà de l'histoire de l'Église et de la théologie, ce livre témoigne de ce que peut être le combat quotidien d'un intellectuel croyant contre les raideurs bureaucratiques et l'ultraconservatisme religieux. Un grand livre sur la liberté de penser et de croire. --François Angelier