share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ambassades à Paris

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ambassades à Paris

Ambassades à Paris

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ambassades à Paris"

L'ancien régime fut l'âge d'or des ambassades extraordinaires, de leur train fastueux, de leurs réceptions solennelles. On logeait ces émissaires de royaumes lointains où l'on pouvait, selon le prix qu'on attachait à leurs bonnes grâces. Mais au XIXe siècle, avec l'amplification du « concert des nations », apparut la nécessité d'une représentation permanente. La révolution avait vidé nombre de demeures aristocratiques. Les grandes puissances, celles du congrès de Vienne tout d'abord, les investirent au profit de leur ambassadeur, bientôt suivies de celles issues du grand mouvement d'émancipation nationale que, finalement, consacra le dénouement des conflits coloniaux. Les plus beaux hôtels des « nobles faubourgs », Saint-Germain et Saint-Honoré, comme les palais rococos de la plaine monceau, véritables morceaux détachés des états qu'ils représentent, restent habituellement fermés au public. On sait peu de leurs ors, de leurs lambris, de leurs trésors... Ces chancelleries et ces résidences demeurent aussi secrètes que les codes du ballet diplomatique. Pour la première fois, l'auteur, Elisabeth Martin de Clausonne, et la photographe Hermine Cleret nous en ouvrent les portes et nous dévoilent leur histoire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  2.2cmx24.8cmx33.8cm
  • Poids : 1578.5g
  • Editeur :   Nicolas Chaudun Paru le
  • Collection : EDITIONS NICOLA
  • ISBN :  2350390764
  • EAN13 :  9782350390765
  • Classe Dewey :  725.17
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'ancien régime fut l'âge d'or des ambassades extraordinaires, de leur train fastueux, de leurs réceptions solennelles. On logeait ces émissaires de royaumes lointains où l'on pouvait, selon le prix qu'on attachait à leurs bonnes grâces. Mais au XIXe siècle, avec l'amplification du « concert des nations », apparut la nécessité d'une représentation permanente. La révolution avait vidé nombre de demeures aristocratiques. Les grandes puissances, celles du congrès de Vienne tout d'abord, les investirent au profit de leur ambassadeur, bientôt suivies de celles issues du grand mouvement d'émancipation nationale que, finalement, consacra le dénouement des conflits coloniaux. Les plus beaux hôtels des « nobles faubourgs », Saint-Germain et Saint-Honoré, comme les palais rococos de la plaine monceau, véritables morceaux détachés des états qu'ils représentent, restent habituellement fermés au public. On sait peu de leurs ors, de leurs lambris, de leurs trésors... Ces chancelleries et ces résidences demeurent aussi secrètes que les codes du ballet diplomatique. Pour la première fois, l'auteur, Elisabeth Martin de Clausonne, et la photographe Hermine Cleret nous en ouvrent les portes et nous dévoilent leur histoire.