share_book
Envoyer cet article par e-mail

Sous l'ombre des pommiers

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Sous l'ombre des pommiers

Sous l'ombre des pommiers

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Sous l'ombre des pommiers"

Engrenage criminel dans la campagne normande. 1891. Dans le hameau de Troussebourg au cœur du pays d’Auge, la vie s’écoule paisiblement. Même l’ivrognerie de Cœur de chiffon, une chiffonnière qui sillonne le canton en compagnie de son fils simplet, Hyppolite, trouve grâce aux yeux des paysans.  Léonard, cacochyme et avare, maltraite sa femme Modeste. Il héberge dans une dépendance de sa ferme, adossée à la porcherie et à l’écurie, une cousine, la jolie Alphonsine, et son vigoureux mari, Victor. Elle est employée comme servante. Lui travaille comme ouvrier agricole.  En plus du gîte, le jeune couple a droit au couvert mais l’atmosphère à table est tendue car Victor est irascible. Pour venger un affront, il a égorgé l’âne d’un rival et écopé d’une semaine de prison. L’air devient irrespirable quand Léonard accueille à demeure sa mère, une octogénaire invalide, dont l’unique occupation est d’exaspérer son entourage…

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 272  pages
  • Dimensions :  2.4cmx15.0cmx22.4cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
  • Collection : Cal-Lévy-France de toujours et d'aujourd'hui
  • ISBN :  2702141862
  • EAN13 :  9782702141861
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Yves Jacob

Les blés seront coupés

Le tocsin qui retentit en ce 4 août 1914 va déclencher la guerre la plus meurtrière des Temps modernes et bouleverser l'ordre séculaire des provinces françaises. Fille de paysans du bocage normand, Hélène Lettellier a épousé Louis, un " horsain ", un étranger, instituteur de surcroît, ...

Le fils du Terre-Neuvas

Pour la première fois dans Terres de France, le récit romanesque de la vie des terre-neuvas, ces marins de l'extrême, du quotidien des familles restées à terre et de leur douloureuse attente. 1939. A bord de la Valeureuse avec ses compagnons, Gildas Le Morvan, originaire de Cancale, brave le fr...

Marie sans terre

S'attachant à retrouver la mémoire des gens simples d'autrefois, Yves Jacob s'inspire de la vie authentique d'une petite paysanne normande du début du XXe siècle dont le destin s'annonçait misérable entre tous. Marie a existé. Enfant, elle vagabonde en haillons sur les plages du Bessin au cô...

Une mère en partage

En 2001, la belle demeure normande d'Héloïse devient maison d'accueil pour enfants en difficulté. A tout prix, Héloïse veut sauver les petits Raphaël et Justine, porteurs d'un douloureux secret... A la suite d'un drame familial, Héloïse Le Meur devient assistante maternelle pour la Protectio...

Voir tous les livres de Yves Jacob

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Engrenage criminel dans la campagne normande. 1891. Dans le hameau de Troussebourg au cœur du pays d’Auge, la vie s’écoule paisiblement. Même l’ivrognerie de Cœur de chiffon, une chiffonnière qui sillonne le canton en compagnie de son fils simplet, Hyppolite, trouve grâce aux yeux des paysans.  Léonard, cacochyme et avare, maltraite sa femme Modeste. Il héberge dans une dépendance de sa ferme, adossée à la porcherie et à l’écurie, une cousine, la jolie Alphonsine, et son vigoureux mari, Victor. Elle est employée comme servante. Lui travaille comme ouvrier agricole.  En plus du gîte, le jeune couple a droit au couvert mais l’atmosphère à table est tendue car Victor est irascible. Pour venger un affront, il a égorgé l’âne d’un rival et écopé d’une semaine de prison. L’air devient irrespirable quand Léonard accueille à demeure sa mère, une octogénaire invalide, dont l’unique occupation est d’exaspérer son entourage…