share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Noces de Marie-Victoire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Noces de Marie-Victoire

Les Noces de Marie-Victoire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Noces de Marie-Victoire"

 Le bouleversant destin d’une couturière lorraine au pied de la Colline de Sion au lendemain de la guerre de 1870. « Ne crois-tu pas que Marie-Victoire a assez souffert du qu’en dira-t-on ? Une fille mère montrée du doigt qui a accouché dans la solitude et a dû fermer son atelier... »     1919, en Lorraine. Quand Henri, électricien à la brasserie de Vézelise, annonce son désir d’épouser Marguerite, la réaction hostile de son oncle Charles surprend tout le monde. Que Marguerite soit un peu plus âgée que lui ne saurait constituer un obstacle sérieux à la réussite de leur couple. Sa mère, Marie-Victoire, sœur de Charles, est morte alors qu’il avait quatre ans. Il est né de père inconnu. Plus encore que sa grand-mère, c’est Charles qui l’a élevé avec un amour paternel. Pourquoi s’oppose-t-il soudain à son bonheur ?      Cette question lancinante ne trouvera de réponse que bien des années après, lorsqu’ Henri découvrira les circonstances de sa naissance dans le journal intime de sa mère, petite couturière entreprenante et courageuse, prise au piège de sa sincérité et victime de l’opprobre dont les filles mères en ces temps-là étaient accablées.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 304  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.0cmx22.4cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
  • Collection : Cal-Lévy-France de toujours et d'aujourd'hui
  • ISBN :  2702141234
  • EAN13 :  9782702141236
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Elise Fischer

Les cigognes savaient

L'Alsace est chère au coeur de Clémence. A l'aube de la trentaine, la jeune femme y a ses racines, et une promesse à tenir. Sa mère, Louise, sur son lit de mort, lui a demandé de faire la lumière sur la tragédie qui a anéanti les siens. A Muhlzwiller, près de Strasbourg, Clémence s'install...

Appelez-moi Jeanne

" Ecris, Jeanne, écris pour toutes les femmes qui n'ont jamais pu s'exprimer. Grâce à toi, elles seront reconnues ", supplie Elise Fischer, en s'adressant à sa mère mourante qui, sur son lit d'hôpital, ose enfin lui ouvrir son coeur. Car Jeanne, d'origine alsacienne, a beaucoup à dire sur sa ...

Les cigognes savaient

Près de Strasbourg, une jeune femme enquête sur le passé complexe de sa famille, les Bergklauss une généalogie en terre alsacienne. Afin de connaître la vérité sur les circonstances de la mort énigmatique d'une de ses tantes, à Muhlzwiller, sur les bords de l'Ill, Clémence vient restaurer...

Le roman de la place Stanislas

" Ma place Stanislas, c'est la plus belle place du monde. On le dit. Combien d'écrivains ont pris la plume pour laisser la trace de leur émerveillement ? Forcément, cette place qui fait rimer Héré, son architecte, avec Lamour, son décorateur, et marie royalement Louis XV avec Stanislas n'en fi...

Voir tous les livres de Elise Fischer

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

 Le bouleversant destin d’une couturière lorraine au pied de la Colline de Sion au lendemain de la guerre de 1870. « Ne crois-tu pas que Marie-Victoire a assez souffert du qu’en dira-t-on ? Une fille mère montrée du doigt qui a accouché dans la solitude et a dû fermer son atelier... »     1919, en Lorraine. Quand Henri, électricien à la brasserie de Vézelise, annonce son désir d’épouser Marguerite, la réaction hostile de son oncle Charles surprend tout le monde. Que Marguerite soit un peu plus âgée que lui ne saurait constituer un obstacle sérieux à la réussite de leur couple. Sa mère, Marie-Victoire, sœur de Charles, est morte alors qu’il avait quatre ans. Il est né de père inconnu. Plus encore que sa grand-mère, c’est Charles qui l’a élevé avec un amour paternel. Pourquoi s’oppose-t-il soudain à son bonheur ?      Cette question lancinante ne trouvera de réponse que bien des années après, lorsqu’ Henri découvrira les circonstances de sa naissance dans le journal intime de sa mère, petite couturière entreprenante et courageuse, prise au piège de sa sincérité et victime de l’opprobre dont les filles mères en ces temps-là étaient accablées.