share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pour une psychanalyse de l'alcoolisme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pour une psychanalyse de l'alcoolisme

Pour une psychanalyse de l'alcoolisme

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pour une psychanalyse de l'alcoolisme"

Les malades alcooliques sont réputés aussi mal " analysables " que les pires toxicomanes. Après Freud, Abraham, Ferenczi et quelques pionniers dont les travaux se trouvent ici commentés, peu de psychanalystes ont publié leurs expériences ou leurs réflexions cliniques et théoriques sur des cas trop décevants. Au silence des alcooliques répond celui de nombreux analystes. A partir du compte rendu de leurs entretiens avec des malades alcooliques et de l'analyse des sentiments d'hostilité ou de frustration narcissique qu'ils ont ressentis en leur présence, A. de Mijolla et S.A. Shentoub, psychanalystes membres de la Société psychanalytique de Paris, tentent d'éclairer les meurtrissures cachées qui poussent certains êtres à se détruire en buvant encore et encore, jusqu'à la mort. Un plaidoyer pour une " psychanalyse de l'alcoolisme ", souvent considérée de nos jours aussi impossible que le paraissait, au début du siècle dernier, celle des psychoses.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 540  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.0cmx17.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : Petite Bibliothèque Payot
  • ISBN :  2228899119
  • EAN13 :  9782228899116
  • Classe Dewey :  157.6
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain de Mijolla

Psychanalyse

Ce " Fondamental " de psychanalyse est destiné en premier au étudiants qui souhaitent connaître les principes fondamentaux de la psychanalyse, étudiants en psychologie, essentiellement, mais aussi en lettres, en philosophie, sciences humaines et médecine. Il s'adresse également à tous les psy...

Freud et la France, 1885-1945

Ce livre raconte d' une façon originale, année par année, l' accueil que les Français ont réservé à Freud, depuis son stage chez Jean-Martin Charcot jusqu à la fin de la guerre de 1939-1945. De nombreux documents sont cités, certains exposant les critiques apportées à ses théories, d' au...

Voir tous les livres de Alain de Mijolla

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les malades alcooliques sont réputés aussi mal " analysables " que les pires toxicomanes. Après Freud, Abraham, Ferenczi et quelques pionniers dont les travaux se trouvent ici commentés, peu de psychanalystes ont publié leurs expériences ou leurs réflexions cliniques et théoriques sur des cas trop décevants. Au silence des alcooliques répond celui de nombreux analystes. A partir du compte rendu de leurs entretiens avec des malades alcooliques et de l'analyse des sentiments d'hostilité ou de frustration narcissique qu'ils ont ressentis en leur présence, A. de Mijolla et S.A. Shentoub, psychanalystes membres de la Société psychanalytique de Paris, tentent d'éclairer les meurtrissures cachées qui poussent certains êtres à se détruire en buvant encore et encore, jusqu'à la mort. Un plaidoyer pour une " psychanalyse de l'alcoolisme ", souvent considérée de nos jours aussi impossible que le paraissait, au début du siècle dernier, celle des psychoses.