share_book
Envoyer cet article par e-mail

Quelque chose à déclarer

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Quelque chose à déclarer

Quelque chose à déclarer

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Quelque chose à déclarer"

    D'où vient votre amour de la France, monsieur Barnes ? Oh, ais-je coutume de répondre, mes parents enseignaient tous les deux le français ; j'allais en vacances en France avec eux ; j'ai enseigné pendant un an dans un collège catholique à Rennes (où mon conservatisme culinaire s'effrita) ; mon écrivain préféré est Flaubert ; beaucoup de mes points de référence intellectuels sont français et ainsi de suite. Cela fait l'affaire comme réponse, mais c'est trop " lisse " pour être véridique... La véritable déclaration d'amour de Julian Bannes pour la France voici, au fil de dix-sept chapitres plus succulents les uns que les autres, qui se dégustent lentement pour prolonger le plaisir. C'est un amour indéfectible qui touche à tous les domaines : la cuisine (même si au début les tomates à la vinaigrette, cela a été dur, ainsi que le rosbif vraiment saignant) ; le sport (fan du Tour de France Barnes est allé sur le mont Ventoux, en mémoire du pauvre Tom Simpson) ; la chanson (quand on aime Brel, c'est pour la vie) la peinture (voir entre autres les superbes piges sur Courbet) ; le cinéma (Truffaut ou Godard faut-il choisir ?) et bien sûr, la littérature : Flaubert toujours, George Sand, Mallarmé, Baudelaire... Et tant d'autres, artistes, intellectuels, paysans, dont Julian Barnes adore parler avec tendresse et humour

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 428  pages
    • Dimensions :  2.8cmx14.2cmx19.8cm
    • Poids : 680.4g
    • Editeur :   Mercure De France Paru le
    • Collection : Bibliothèque étrangère
    • ISBN :  2715223471
    • EAN13 :  9782715223479
    • Classe Dewey :  944
    • Langue : Français

    D'autres livres de Julian Barnes

    Quelque chose à déclarer

    Dix-sept chapitres dans lesquels J. Barnes déclare son amour pour la France, un amour indéfectible qui touche tous les domaines, depuis la cuisine, en passant par le sport, la chanson jusqu'à la ...

    Prix : 95 DH
    La table citron

    C'était son congé annuel. Ses deux jours de permission. Il s'était fait couper les cheveux comme d'hab, avait fait nettoyer son blazer comme d'hab. Il était un homme ordonné, avec des désirs et des plaisirs ordonnés. Même si ces plaisirs n'étaient plus aussi intenses qu'ils l'avaient été....

    Prix : 80 DH

    Rien à craindre

    Faut-il avoir peur de la mort ? Dans ce livre, qui n'est ni un roman, ni un essai, ni une autobiographie, Julian Barnes interroge ses amis de toujours - de Montaigne à Jules Renard - mais aussi ses parents et son frère, un des plus grands spécialistes d'Aristote. Tous ont beaucoup de choses à di...

    Prix : 84 DH

    Voir tous les livres de Julian Barnes

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    D'où vient votre amour de la France, monsieur Barnes ? Oh, ais-je coutume de répondre, mes parents enseignaient tous les deux le français ; j'allais en vacances en France avec eux ; j'ai enseigné pendant un an dans un collège catholique à Rennes (où mon conservatisme culinaire s'effrita) ; mon écrivain préféré est Flaubert ; beaucoup de mes points de référence intellectuels sont français et ainsi de suite. Cela fait l'affaire comme réponse, mais c'est trop " lisse " pour être véridique... La véritable déclaration d'amour de Julian Bannes pour la France voici, au fil de dix-sept chapitres plus succulents les uns que les autres, qui se dégustent lentement pour prolonger le plaisir. C'est un amour indéfectible qui touche à tous les domaines : la cuisine (même si au début les tomates à la vinaigrette, cela a été dur, ainsi que le rosbif vraiment saignant) ; le sport (fan du Tour de France Barnes est allé sur le mont Ventoux, en mémoire du pauvre Tom Simpson) ; la chanson (quand on aime Brel, c'est pour la vie) la peinture (voir entre autres les superbes piges sur Courbet) ; le cinéma (Truffaut ou Godard faut-il choisir ?) et bien sûr, la littérature : Flaubert toujours, George Sand, Mallarmé, Baudelaire... Et tant d'autres, artistes, intellectuels, paysans, dont Julian Barnes adore parler avec tendresse et humour