share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Communauté, Tome 1 : Entretiens

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Communauté, Tome 1 : Entretiens

La Communauté, Tome 1 : Entretiens

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La Communauté, Tome 1 : Entretiens"

    Mai 68 ! Et après ? En racontant la création et l'évolution d une communauté, qui s'est dès le départ appuyée sur une activité économique en marge du consumérisme, Tanquerelle témoigne d'une aventure unique et hors norme qui a, au fil du temps, défié l'utopie de cette époque. À la manière d'Étienne Davodeau pour Les Mauvaises Gens, armé d'un magnétophone et de ses crayons, il a recueilli le témoignage de son beau-père, Yann Benoît, l'un des fondateurs de cette communauté. S'ouvre entre Yann et Hervé un dialogue mouvant, dont ce récit est le témoin. Un livre-entretien qui plonge au coeur de ceux qui, il y a quelque quarante ans, ont voulu vivre différemment. Hervé Tanquerelle revient sur la génèse du projet... Autant je n'ai jamais douté du fond, autant la forme me posait problème. L'idée d'entretiens avec mon beau-père permettait à la fois de rester au plus près du vécu tout en confrontant le point de vue de deux générations. Mais elle comportait aussi la difficulté de rendre attrayant une simple conversation autour d'une table. Le principe des « flash-back » traités différemment au lavis et venant ponctuer notre dialogue, m'est vite venu comme une évidence. Mais le problème est que j'en revenais toujours à ces deux personnages parlant autour d'une table. C'est au fil des pages que l'idée de jouer avec ceux-ci, comme par exemple, en les faisant voler ou bien en les représentant comme des géants, s'est imposée d'elle-même. Je crois que ce projet m'aura beaucoup appris, dans tous les sens du terme. Mai 68, Yann est un jeune étudiant qui croit en ses idées et se bat pour une vie choisie. Quatre ans plus tard, avec une bande d'amis, il travaille dans l'atelier de sérigraphie de son père. Ils ont entre 20 et 25 ans et souhaitent tous s'installer à la campagne, avec femmes et enfants. Faute de mieux, ils achètent une ancienne minoterie abandonnée, avec moulin et maisons. Et c'est ce lieu qui engendre l'idée de communauté et la possibilité de mettre en pratique leur credo proclamé avec force un certain mois de mai : travailler sans patron et subvenir aux besoins de chacun. Cette idéologie anti-consumériste va enfin pouvoir prouver par l'exemple qu'elle n'est pas une utopie ! Et la minoterie devient une communauté ! Une communauté authentique, en ce sens qu'elle est différente de l'image fantasmée du mouvement communautaire de l'époque, loin du slogan flower power : sex, drug and rock and roll. Bon, pour commencer, il y a du pain sur la planche, il faut bosser ! D'abord à la rénovation, voire à la reconstruction du moulin et des bâtiments. Personne ne s'y connaît en travaux, mais tout le monde est motivé et grâce aux modes d'emploi et en n'hésitant pas à mettre la main dans le plâtre, la minoterie est bientôt habitable. L'atelier de sérigraphie est prestement installé et peut se mettre à tourner. C'est important, car c est l'activité économique de la communauté. Mais pour garantir son autonomie, il faut aussi cultiver la terre et devenir éleveur. Et pour apprendre à le faire, rien de tel que d'aller à la rencontre des paysans du coin et de vaincre leurs a priori à l'égard de la communauté, afin de bénéficier de leurs savoir-faire et expérience. Et ça marche ! Les liens se tissent et bientôt canards, poulets, cochons, chèvres, brebis et autres lapins gambadent sur les terres de la minoterie. Et puis, en parallèle, chacun laisse s'exprimer ses envies, ses impulsions et c'est ainsi que se développe spontanément une activité artisanale:tissage, poterie, menuiserie, bijoux... On ne pense pas rentabilité, on fait. Et ça marche encore ! Deux ans après leur arrivée, la minoterie imprime son premier catalogue !

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 173  pages
    • Dimensions :  2.0cmx17.8cmx22.8cm
    • Poids : 598.7g
    • Editeur :   Futuropolis Paru le
    • Collection : BAND DESS ADULT
    • ISBN :  2754801618
    • EAN13 :  9782754801614
    • Classe Dewey :  800
    • Langue : Français

    D'autres livres de  Hervé Tanquerelle

    Le Legs de l'Alchimiste

    Joachim Overbeck, Maître Helvétius, Léonora Von Stock, Monsieur de Saint Loup… Ces personnages ont vécu à des périodes différentes du XIXe et du XXe siècle. Le lien entre eux est une bague pas comme les autres, qui offre à celui qui la porte la compagnie d’un esprit malin. Malin, pas...

    Lucha Libre, Intégrale Tome 1 :

    La première intégrale de Lucha Libre, c'est un objet massif de plus de 300 pages que vous n'aurez pas honte de lire dans le métro. Et si quelqu'un vous fait malgré tout une remarque, vous pouvez également vous servir de ce livre pour lui écraser la tronche. Frappez fort....

    Lucha Libre, Tome 4 : I wanna be your Luchadorito

    Retrouvez la suite des aventures des Luchadores Five, la fin de Tequila et des Tikitis, de nouvelles histoires du Profesor Furia et des Luchadoritos, ainsi qu'une histoire sur les origines de Tequila. Comment va-t-on faire tenir tout ça dans un numéro ? On ne sait pas encore, mais on aime vivre da...

    Le Gang des postiches

    Hervé Tanquerelle est né à Nantes en 1972 où il vit encore. Après l'école Émile Cohl de Lyon. il se lance dans une carrière professionnelle avec La ballade du petit pendu, à L'Association. Il participe ensuite au Comix 2000, puis dessine Le legs de l'alchimiste, texte d'Hubert (5 tomes), Pr...

    Voir tous les livres de  Hervé Tanquerelle

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Mai 68 ! Et après ? En racontant la création et l'évolution d une communauté, qui s'est dès le départ appuyée sur une activité économique en marge du consumérisme, Tanquerelle témoigne d'une aventure unique et hors norme qui a, au fil du temps, défié l'utopie de cette époque. À la manière d'Étienne Davodeau pour Les Mauvaises Gens, armé d'un magnétophone et de ses crayons, il a recueilli le témoignage de son beau-père, Yann Benoît, l'un des fondateurs de cette communauté. S'ouvre entre Yann et Hervé un dialogue mouvant, dont ce récit est le témoin. Un livre-entretien qui plonge au coeur de ceux qui, il y a quelque quarante ans, ont voulu vivre différemment. Hervé Tanquerelle revient sur la génèse du projet... Autant je n'ai jamais douté du fond, autant la forme me posait problème. L'idée d'entretiens avec mon beau-père permettait à la fois de rester au plus près du vécu tout en confrontant le point de vue de deux générations. Mais elle comportait aussi la difficulté de rendre attrayant une simple conversation autour d'une table. Le principe des « flash-back » traités différemment au lavis et venant ponctuer notre dialogue, m'est vite venu comme une évidence. Mais le problème est que j'en revenais toujours à ces deux personnages parlant autour d'une table. C'est au fil des pages que l'idée de jouer avec ceux-ci, comme par exemple, en les faisant voler ou bien en les représentant comme des géants, s'est imposée d'elle-même. Je crois que ce projet m'aura beaucoup appris, dans tous les sens du terme. Mai 68, Yann est un jeune étudiant qui croit en ses idées et se bat pour une vie choisie. Quatre ans plus tard, avec une bande d'amis, il travaille dans l'atelier de sérigraphie de son père. Ils ont entre 20 et 25 ans et souhaitent tous s'installer à la campagne, avec femmes et enfants. Faute de mieux, ils achètent une ancienne minoterie abandonnée, avec moulin et maisons. Et c'est ce lieu qui engendre l'idée de communauté et la possibilité de mettre en pratique leur credo proclamé avec force un certain mois de mai : travailler sans patron et subvenir aux besoins de chacun. Cette idéologie anti-consumériste va enfin pouvoir prouver par l'exemple qu'elle n'est pas une utopie ! Et la minoterie devient une communauté ! Une communauté authentique, en ce sens qu'elle est différente de l'image fantasmée du mouvement communautaire de l'époque, loin du slogan flower power : sex, drug and rock and roll. Bon, pour commencer, il y a du pain sur la planche, il faut bosser ! D'abord à la rénovation, voire à la reconstruction du moulin et des bâtiments. Personne ne s'y connaît en travaux, mais tout le monde est motivé et grâce aux modes d'emploi et en n'hésitant pas à mettre la main dans le plâtre, la minoterie est bientôt habitable. L'atelier de sérigraphie est prestement installé et peut se mettre à tourner. C'est important, car c est l'activité économique de la communauté. Mais pour garantir son autonomie, il faut aussi cultiver la terre et devenir éleveur. Et pour apprendre à le faire, rien de tel que d'aller à la rencontre des paysans du coin et de vaincre leurs a priori à l'égard de la communauté, afin de bénéficier de leurs savoir-faire et expérience. Et ça marche ! Les liens se tissent et bientôt canards, poulets, cochons, chèvres, brebis et autres lapins gambadent sur les terres de la minoterie. Et puis, en parallèle, chacun laisse s'exprimer ses envies, ses impulsions et c'est ainsi que se développe spontanément une activité artisanale:tissage, poterie, menuiserie, bijoux... On ne pense pas rentabilité, on fait. Et ça marche encore ! Deux ans après leur arrivée, la minoterie imprime son premier catalogue !