share_book
Envoyer cet article par e-mail

La vie, la santé, l'amour sont précaires. Pourquoi le travail ne le serait-il pas? : Faut-il brûler le Code du travail ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La vie, la santé, l'amour sont précaires. Pourquoi le travail ne le serait-il pas? : Faut-il brûler le Code du travail ?

La vie, la santé, l'amour sont précaires. Pourquoi le travail ne le serait-il pas? : Faut-il brûler le Code du travail ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La vie, la santé, l'amour sont précaires. Pourquoi le travail ne le serait-il..."

    " La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? " proclame Laurence Parisot, présidente du Medef. Nicolas Sarkozy est ovationné par le Medef lorsqu'il défend une " rupture " avec le " modèle social français ". Ensemble ils veulent mettre à bas le droit du travail et généraliser la précarité. Madame Parisot veut même changer l'article 34 de la Constitution française pour enlever aux élus du peuple le pouvoir de légiférer souverainement sur le droit du travail et la protection sociale. Elle défend un système corporatiste où domineraient employeurs et actionnaires, au détriment des salariés. Ce livre analyse la déconstruction de 150 ans d'histoire républicaine et sociale. Avec l'instauration du CNE, qui permet de licencier sans motif, le rétablissement de l'apprentissage pour les jeunes à 14 ans, MM. Villepin et Larcher avaient mis en chantier la réécriture des 3 851 articles du Code du travail, à droits très allégés. Leurs buts ? Mettre à mal le CDI, le droit du licenciement, la durée légale du travail, le droit de grève, les droits syndicaux, l'inspection du travail... Mais la formidable mobilisation des jeunes et des salariés contre le CPE, appuyée par une écrasante majorité de l'opinion, les a contraints à reporter leur projet après la présidentielle. Si la droite gagnait avec Nicolas Sarkozy en 2007, communautarisme et corporatisme seraient les deux mamelles de " la France d'après ". À tous les citoyens de découvrir l'ampleur de cette menace. A la gauche de défendre une véritable alternative.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 287  pages
    • Dimensions :  2.4cmx14.0cmx22.4cm
    • Poids : 358.3g
    • Editeur :   Jean-Claude Gawsewitch Paru le
    • Collection : Coup de gueule
    • ISBN :  2350130665
    • EAN13 :  9782350130668
    • Classe Dewey :  344.440 1
    • Langue : Français

    D'autres livres de Gérard Filoche

    Une vraie retraite à 60 ans, c'est possible

    Le gouvernement actuel remet en cause, pour tous les salariés, la retraite à 60 ans, et penche vers une retraite à 62, 63 voire 65 ou 67 ans à terme, alors qu'il veut porter le nombre d annuités de cotisations vers 42, voire 44 annuités et plus. Les paramètres qui servent de base au calcul...

    Les nouveaux carnets d'un inspecteur du travail

    Dynamique, elle travaille beaucoup. Les directeurs l'apprécient. Forcément, elle reste tard le soir et souvent les samedis et dimanches. Mais au bout de huit années, ça devient dur. Les affaires de la boîte vont de mieux en mieux, l'argent rentre pour les boss, mais la paie ne suit pas pour les...

    Carnets d'un inspecteur du travail

    Elle part de chez elle à 7 h 30 du matin, elle revient vers 23 heures, mais sa journée ne compte que 6 heures payées au Smic. Qui est-ce ? Une caissière à temps partiel. 35 heures, c'est la durée de travail légale hebdomadaire. 48 heures, c'est la durée maxima d'ordre public. Quelle est la d...

    Voir tous les livres de Gérard Filoche

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    " La vie, la santé, l'amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? " proclame Laurence Parisot, présidente du Medef. Nicolas Sarkozy est ovationné par le Medef lorsqu'il défend une " rupture " avec le " modèle social français ". Ensemble ils veulent mettre à bas le droit du travail et généraliser la précarité. Madame Parisot veut même changer l'article 34 de la Constitution française pour enlever aux élus du peuple le pouvoir de légiférer souverainement sur le droit du travail et la protection sociale. Elle défend un système corporatiste où domineraient employeurs et actionnaires, au détriment des salariés. Ce livre analyse la déconstruction de 150 ans d'histoire républicaine et sociale. Avec l'instauration du CNE, qui permet de licencier sans motif, le rétablissement de l'apprentissage pour les jeunes à 14 ans, MM. Villepin et Larcher avaient mis en chantier la réécriture des 3 851 articles du Code du travail, à droits très allégés. Leurs buts ? Mettre à mal le CDI, le droit du licenciement, la durée légale du travail, le droit de grève, les droits syndicaux, l'inspection du travail... Mais la formidable mobilisation des jeunes et des salariés contre le CPE, appuyée par une écrasante majorité de l'opinion, les a contraints à reporter leur projet après la présidentielle. Si la droite gagnait avec Nicolas Sarkozy en 2007, communautarisme et corporatisme seraient les deux mamelles de " la France d'après ". À tous les citoyens de découvrir l'ampleur de cette menace. A la gauche de défendre une véritable alternative.