share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le procès de Bordeaux. : Les Malgré-Nous et le drame d'Oradour

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le procès de Bordeaux. : Les Malgré-Nous et le drame d'Oradour

Le procès de Bordeaux. : Les Malgré-Nous et le drame d'Oradour

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le procès de Bordeaux. : Les Malgré-Nous et le drame d'Oradour"

    Fallait-il intenter ainsi ce procès ? Devait-on provoquer le déchirement de la France ? Ne s'agissait-il pas d'une bombe à retardement laissée par le nazisme qui touchait le pays huit ans après le massacre, et qu'il aurait mieux valu désamorcer au lieu de la faire exploser ? Le 12 janvier 1953, s'ouvrait à Bordeaux le procès dit " d'Oradour-sur-Glane " - ce village martyr du Limousin dont les habitants furent exécutés par des troupes SS en juin 1944. Sur le banc des accusés, aucun donneur d'ordre de l'affreux massacre, mais de simples exécutants - parmi eux treize incorporés de force français d'Alsace, dont une majorité n'avait pas tiré un coup de feu et était âgée, à l'époque des faits, de moins de dix-huit ans. Le juriste Jean-Laurent Vonau, ayant puisé aux meilleures sources, pour beaucoup inédites, restitue avec rigueur l'histoire de ce procès impossible. Entre le Limousin criant vengeance, ignorant le drame de l'incorporation de force, et l'Alsace ayant le sentiment d'être, une nouvelle fois, livrée à elle-même, la justice eut bien du mal à se frayer un chemin.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 255  pages
    • Dimensions :  2.2cmx15.6cmx22.0cm
    • Poids : 358.3g
    • Editeur :   La Nuée Bleue Paru le
    • ISBN :  2716505888
    • EAN13 :  9782716505888
    • Classe Dewey :  940.54050944662
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean-Laurent Vonau

    L'épuration en Alsace : La face méconnue de la Libération 1944-1953

    La face méconnue de la Libération. 1944-1953. Cette enquête sur les traîtres et les lampistes dévoile la face cachée de la libération de l Alsace. Un best-seller....

    Voir tous les livres de Jean-Laurent Vonau

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Fallait-il intenter ainsi ce procès ? Devait-on provoquer le déchirement de la France ? Ne s'agissait-il pas d'une bombe à retardement laissée par le nazisme qui touchait le pays huit ans après le massacre, et qu'il aurait mieux valu désamorcer au lieu de la faire exploser ? Le 12 janvier 1953, s'ouvrait à Bordeaux le procès dit " d'Oradour-sur-Glane " - ce village martyr du Limousin dont les habitants furent exécutés par des troupes SS en juin 1944. Sur le banc des accusés, aucun donneur d'ordre de l'affreux massacre, mais de simples exécutants - parmi eux treize incorporés de force français d'Alsace, dont une majorité n'avait pas tiré un coup de feu et était âgée, à l'époque des faits, de moins de dix-huit ans. Le juriste Jean-Laurent Vonau, ayant puisé aux meilleures sources, pour beaucoup inédites, restitue avec rigueur l'histoire de ce procès impossible. Entre le Limousin criant vengeance, ignorant le drame de l'incorporation de force, et l'Alsace ayant le sentiment d'être, une nouvelle fois, livrée à elle-même, la justice eut bien du mal à se frayer un chemin.