share_book
Envoyer cet article par e-mail

Journal inutile, tome 2 : 1973 - 1976

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Journal inutile, tome 2 : 1973 - 1976

Journal inutile, tome 2 : 1973 - 1976

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Journal inutile, tome 2 : 1973 - 1976"

Après Jules Renard, Léautaud, Gide et Claudel, c'est à Paul Morand d'entrer dans la caste des grands diaristes contemporains avec les trente-deux cahiers de ce Journal inutile écrit entre 1968, date de sa seconde et victorieuse candidature à l'Académie française (de Gaulle avait annulé la première), et sa mort en 1976. Le diplomate dandy des années vingt et trente, ami de Proust, a cédé la place, dans ce Journal, à un sportsman vétéran en deuil de l'Europe. C'est d'un journal après-coup qu'il s'agit, une longue et amère méditation sur la France post-gaullienne. Étranger mais attentif au changement du décor social et intellectuel, il y jette un œil las et blasé, se regarde vieillir ainsi que ses proches, pallie le désenchantement par une fringale de lectures et de souvenirs évoqués entre soi, fréquente des lieux qui ne sont pour lui que des cadres vides qu'il emplit de souvenirs, d'impressions fugaces. Face à un monde qu'il réfute, à un corps qui vieillit, Morand se dope aux souvenirs qui sont les grands moments du Journal. Les évocations de Proust, Montherlant, Claudel, Chardonne sont les fils rouges qui courent dans ces deux forts volumes (voir volume 1) grevés néanmoins par certaines saillies antisémites et homophobes. Reste le style Morand : la prose souple et exacte, lyrique et concise de celui, selon Céline, qui faisait "jazzer la langue". "Il n'intéressera personne, ne sera pas lu…", déclarait Morand. Pas sûr. Un inédit capital pour l'intelligence de la sensibilité littéraire française contemporaine. --François Angelier

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • Dimensions :  4.4cmx14.2cmx19.8cm
  • Poids : 898.1g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Les cahiers de la NRF
  • ISBN :  2070759857
  • EAN13 :  9782070759859
  • Langue : Français

D'autres livres de Paul Morand

L'allure de Chanel

Paul Morand faisait partie des proches de Chanel. Son dernier livre, écrit à partir des conversations qu'il eut avec la modiste, restitue, dans la langue étincelante de ce grand conteur, l'insaisissable Coco Chanel. Nous suivons, racontées à la première personne, son enfance chez des tantes ...

Prix : 71 DH
Hécate et ses chiens

" Il me suffisait de voir Clotilde roucoulante et courte d'haleine, projetée hors d'elle-même, tout son corps démonté, les mouvements de sa tête, de ses hanches sautant comme par ressorts, Clotilde possédée dans mes bras par quelque chose qui n'était pas moi, pour me mettre en déroute. ...

Prix : 67 DH

L'homme pressé

Pierre gâche tout, l'amitié, l'amour, la paternité, par sa hâte fébrile à précipiter le temps. A cette allure vertigineuse, il ne goûte plus ce qui fait le prix de la vie, ni les moments d'intimité que sa femme Hedwige lui ménage, ni la poésie des choses. Il se consume et consume les [...

Voir tous les livres de Paul Morand

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Après Jules Renard, Léautaud, Gide et Claudel, c'est à Paul Morand d'entrer dans la caste des grands diaristes contemporains avec les trente-deux cahiers de ce Journal inutile écrit entre 1968, date de sa seconde et victorieuse candidature à l'Académie française (de Gaulle avait annulé la première), et sa mort en 1976. Le diplomate dandy des années vingt et trente, ami de Proust, a cédé la place, dans ce Journal, à un sportsman vétéran en deuil de l'Europe. C'est d'un journal après-coup qu'il s'agit, une longue et amère méditation sur la France post-gaullienne. Étranger mais attentif au changement du décor social et intellectuel, il y jette un œil las et blasé, se regarde vieillir ainsi que ses proches, pallie le désenchantement par une fringale de lectures et de souvenirs évoqués entre soi, fréquente des lieux qui ne sont pour lui que des cadres vides qu'il emplit de souvenirs, d'impressions fugaces. Face à un monde qu'il réfute, à un corps qui vieillit, Morand se dope aux souvenirs qui sont les grands moments du Journal. Les évocations de Proust, Montherlant, Claudel, Chardonne sont les fils rouges qui courent dans ces deux forts volumes (voir volume 1) grevés néanmoins par certaines saillies antisémites et homophobes. Reste le style Morand : la prose souple et exacte, lyrique et concise de celui, selon Céline, qui faisait "jazzer la langue". "Il n'intéressera personne, ne sera pas lu…", déclarait Morand. Pas sûr. Un inédit capital pour l'intelligence de la sensibilité littéraire française contemporaine. --François Angelier