share_book
Envoyer cet article par e-mail

La détresse, aux sources de l'éthique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La détresse, aux sources de l'éthique

La détresse, aux sources de l'éthique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "La détresse, aux sources de l'éthique"

    L'expérience de la souffrance semble de celles qui, comme la faim, sont immédiatement données. Freud montre au contraire dans Esquisse pour une psychologie scientifique (1895) que l'accès à un tel éprouvé, qui s'ouvre sur l'émotion qualifiée de « souffrance », ne peut avoir lieu sans « l'être proche », qui reconnaît cette souffrance. Ainsi, c'est l'exigence éthique de l'attention portée à l'être souffrant qui rend possible l'expérience de la souffrance, c'est-à-dire sa reconnaissance et sa verbalisation éventuelle. Sans l'être proche, l'état de détresse, qui correspond à l'expérience originaire du réel, déboucherait sur une anesthésie hébétée, tels l'hospitalisme ou certains états psychotiques. Les conséquences de cette analyse sont considérables :le psychisme est un ensemble de processus de structuration rendant nécessaire la présence de l'autre, ce que l'on sait bien depuis Lacan, mais qui est souvent négligé dans l'apport qu'on attribue à Freud ; l'autre apparaît dans une dualité dramatique, puisqu'étant celui qui peut reconnaître et éventuellement réparer la souffrance, il est aussi celui qui peut renier l'enfant quand il répond à sa souffrance par un cri de détresse ; enfin, l'expérience de la souffrance place le jeune enfant au seuil du jugement (c'est à partir de la dualité première où plonge la souffrance que se construit la possibilité de l'attribution, du jugement).

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • Dimensions :  2.8cmx14.2cmx20.4cm
    • Poids : 399.2g
    • Editeur :   Seuil Paru le
    • Collection : PHILO.GENER.
    • ISBN :  2021030164
    • EAN13 :  9782021030167
    • Classe Dewey :  100
    • Langue : Français

    D'autres livres de Monique Schneider

    Le paradigme féminin

    La définition ablative du féminin - " sexe auquel manque le morceau estimé par-dessus tout " - domine la construction freudienne au point de faire oublier les déclarations inaugurales qui campent un Freud crypto-féministe, faisant sienne la " protestation " adressée par les femmes à la civili...

    Généalogie du masculin

    "L'anatomie, c'est le destin", tel est le maître mot de la tradition patriarcale dans laquelle s'inscrit Freud, et qui ne retient du masculin que la verticalité, emblème du pouvoir. Or, en réduisant la masculinité à son symbole, on relègue la vulnérabilité, la peau, la chair, le viscéral d...

    Voir tous les livres de Monique Schneider

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'expérience de la souffrance semble de celles qui, comme la faim, sont immédiatement données. Freud montre au contraire dans Esquisse pour une psychologie scientifique (1895) que l'accès à un tel éprouvé, qui s'ouvre sur l'émotion qualifiée de « souffrance », ne peut avoir lieu sans « l'être proche », qui reconnaît cette souffrance. Ainsi, c'est l'exigence éthique de l'attention portée à l'être souffrant qui rend possible l'expérience de la souffrance, c'est-à-dire sa reconnaissance et sa verbalisation éventuelle. Sans l'être proche, l'état de détresse, qui correspond à l'expérience originaire du réel, déboucherait sur une anesthésie hébétée, tels l'hospitalisme ou certains états psychotiques. Les conséquences de cette analyse sont considérables :le psychisme est un ensemble de processus de structuration rendant nécessaire la présence de l'autre, ce que l'on sait bien depuis Lacan, mais qui est souvent négligé dans l'apport qu'on attribue à Freud ; l'autre apparaît dans une dualité dramatique, puisqu'étant celui qui peut reconnaître et éventuellement réparer la souffrance, il est aussi celui qui peut renier l'enfant quand il répond à sa souffrance par un cri de détresse ; enfin, l'expérience de la souffrance place le jeune enfant au seuil du jugement (c'est à partir de la dualité première où plonge la souffrance que se construit la possibilité de l'attribution, du jugement).