share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le contemplateur et les idées. : Modèles de la science divine, du néoplatonisme au XVIIIème siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le contemplateur et les idées. : Modèles de la science divine, du néoplatonisme au XVIIIème siècle

Le contemplateur et les idées. : Modèles de la science divine, du néoplatonisme au XVIIIème siècle

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le contemplateur et les idées. : Modèles de la science divine, du néoplatonisme au XVIIIème siècle"

Ce volume porte sur la connaissance du monde par Dieu - donc sur le dépassement de la Métaphysique d'Aristote. Plusieurs modèles y apparaissent. Pour le premier, Dieu, en se connaissant lui-même, connaît toutes choses, parce qu'il en est la cause (du Liber de Causis à Thomas d'Aquin). Puis l'idée devient un objet représentatif visé par la pensée divine (Duns Scot, Ockham). Aux temps modernes (de Vazquez à Malebranche et Bayle), la cohérence du possible s'impose avec une telle force que Dieu semble devenir le spectateur du monde plutôt que son metteur en scène. Au coeur de cette histoire, c'est le statut même des vérités objectives et de la science qui est problématisé. De multiples approches, unifiées par le corpus étudié et orientées par des structures communes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 338  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Librairie Philosophique Vrin Paru le
  • Collection : Bibliothèque d'histoire de la philosophie
  • ISBN :  2711615669
  • EAN13 :  9782711615667
  • Classe Dewey :  212.7
  • Langue : Français

D'autres livres de Olivier Boulnois

Être et représentation

Au seuil du XIVe siècle se produit une mutation philosophique radicale. La notion de représentation se généralise pour exprimer le statut du signe, la ressemblance des images et la saisie du concept. La connaissance ne se réduit plus à ses causes sensibles, mais s'étend aux objets que [......

Généalogies du sujet : De saint Anselme à Malebranche

L'invention du concept de subjectivité revient à Kant. Mais celui-ci l'attribue à Descartes, coupable d'avoir pris le sujet de la pensée pour une substance. De Hegel à Heidegger, toute l'historiographie a été victime de ce tour de passe-passe. Il se trouve même des historiens pour chercher a...

Au delà de l'image : Une archéologie du visuel au Moyen Age (Ve-XVIe siècle)

À quoi bon des images ? Peuvent-elles nous faire accéder à l'essentiel ? Pour explorer ces questions, ce livre analyse les différentes théories formulées pendant un long Moyen Âge, qui va d'Augustin au Concile de Trente. Les concepts de trace, de symbole, de ressemblance, d'image mentale, de ...

Voir tous les livres de Olivier Boulnois

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce volume porte sur la connaissance du monde par Dieu - donc sur le dépassement de la Métaphysique d'Aristote. Plusieurs modèles y apparaissent. Pour le premier, Dieu, en se connaissant lui-même, connaît toutes choses, parce qu'il en est la cause (du Liber de Causis à Thomas d'Aquin). Puis l'idée devient un objet représentatif visé par la pensée divine (Duns Scot, Ockham). Aux temps modernes (de Vazquez à Malebranche et Bayle), la cohérence du possible s'impose avec une telle force que Dieu semble devenir le spectateur du monde plutôt que son metteur en scène. Au coeur de cette histoire, c'est le statut même des vérités objectives et de la science qui est problématisé. De multiples approches, unifiées par le corpus étudié et orientées par des structures communes.