share_book
Envoyer cet article par e-mail

Alasdair MacIntyre : une biographie intellectuelle. Introduction aux critiques contemporaines du libéralisme

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Alasdair MacIntyre : une biographie intellectuelle. Introduction aux critiques contemporaines du libéralisme

Alasdair MacIntyre : une biographie intellectuelle. Introduction aux critiques contemporaines du libéralisme

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Alasdair MacIntyre : une biographie intellectuelle. Introduction aux critiques contemporaines du..."

Au XXe siècle, le libéralisme a fait l'objet de deux vagues de critiques successives : le communisme et le fascisme. Dans les années trente, prises en étau par ces deux menaces, les démocraties libérales semblaient condamnées à brève échéance. Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'alliance des libéraux et des communistes a triomphé du fascisme. Ensuite, les adversaires de la propriété privée ont perdu la Guerre froide. Le libéralisme reste aujourd'hui seul en lice. Les conflits du XXe siècle ont prouvé que le régime qu'on dénonçait en son début comme le plus faible s'est avéré le plus fort. Mais les questions soulevées par fascistes et communistes demeurent. " Quelle place le libéralisme accorde-t-il à la grandeur, à la beauté ? ", demandent les uns. " Quelle place pour la justice ? ", demandent les autres. Ces points d'interrogation résonnent encore. Sous le consensus apparent, un travail de sape s'opère. En 1945 et en 1989, le libéralisme n'aurait-il vaincu que par défaut ? Les corps sont satisfaits, car le confort et la sécurité règnent en maîtres. L'âme est inquiète. Membre du Parti Communiste de Grande-Bretagne à la fin des années quarante, militant de la Nouvelle Gauche dix ans plus tard, trotskiste dans la première moitié des années soixante, MacIntyre a émigré aux Etats-Unis en 1969, où il a renoncé à tout engagement politique. D'abord influencé par le jeune Marx et par le second Wittgenstein, il se tourne vers Aristote au début des années soixante-dix. A chacune de ces étapes contrastées, MacIntyre a placé au coeur de sa réflexion ce que le libéralisme tient aux marges de la politique : l'âme, la communauté et la vérité. Une constante se dégage ainsi, sous le chaos apparent. MacIntyre entend établir qu'en l'absence d'une véritable spiritualité libérale, on ne saurait accorder au libéralisme la haute main sur tous les aspects de l'existence sans nous mutiler, nous priver de buts ou de finalités.E. P-S

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 164  pages
  • Dimensions :  1.8cmx17.2cmx27.4cm
  • Poids : 1478.7g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Leviathan
  • ISBN :  2130549292
  • EAN13 :  9782130549291
  • Classe Dewey :  191
  • Langue : Français

D'autres livres de Emile Perreau-Saussine

Catholicisme et démocratie

Au cours des deux derniers siècles, l'Eglise catholique a été confrontée à un régime politique dont elle n'avait pas prévu le triomphe et auquel elle était mal préparée pour cette raison même : la démocratie libérale. Comment a-t-elle procédé à son aggiornamento, comment a-t-elle ...

Voir tous les livres de Emile Perreau-Saussine

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Au XXe siècle, le libéralisme a fait l'objet de deux vagues de critiques successives : le communisme et le fascisme. Dans les années trente, prises en étau par ces deux menaces, les démocraties libérales semblaient condamnées à brève échéance. Lors de la Seconde Guerre mondiale, l'alliance des libéraux et des communistes a triomphé du fascisme. Ensuite, les adversaires de la propriété privée ont perdu la Guerre froide. Le libéralisme reste aujourd'hui seul en lice. Les conflits du XXe siècle ont prouvé que le régime qu'on dénonçait en son début comme le plus faible s'est avéré le plus fort. Mais les questions soulevées par fascistes et communistes demeurent. " Quelle place le libéralisme accorde-t-il à la grandeur, à la beauté ? ", demandent les uns. " Quelle place pour la justice ? ", demandent les autres. Ces points d'interrogation résonnent encore. Sous le consensus apparent, un travail de sape s'opère. En 1945 et en 1989, le libéralisme n'aurait-il vaincu que par défaut ? Les corps sont satisfaits, car le confort et la sécurité règnent en maîtres. L'âme est inquiète. Membre du Parti Communiste de Grande-Bretagne à la fin des années quarante, militant de la Nouvelle Gauche dix ans plus tard, trotskiste dans la première moitié des années soixante, MacIntyre a émigré aux Etats-Unis en 1969, où il a renoncé à tout engagement politique. D'abord influencé par le jeune Marx et par le second Wittgenstein, il se tourne vers Aristote au début des années soixante-dix. A chacune de ces étapes contrastées, MacIntyre a placé au coeur de sa réflexion ce que le libéralisme tient aux marges de la politique : l'âme, la communauté et la vérité. Une constante se dégage ainsi, sous le chaos apparent. MacIntyre entend établir qu'en l'absence d'une véritable spiritualité libérale, on ne saurait accorder au libéralisme la haute main sur tous les aspects de l'existence sans nous mutiler, nous priver de buts ou de finalités.E. P-S