share_book
Envoyer cet article par e-mail

Louons maintenant les grands hommes : Alabama : Trois familles de métayers en 1936

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Louons maintenant les grands hommes : Alabama : Trois familles de métayers en 1936

Louons maintenant les grands hommes : Alabama : Trois familles de métayers en 1936

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Louons maintenant les grands hommes : Alabama : Trois familles de métayers en 1936"

    James Agee, après avoir fait ses études à Harvard, a été chargé par le groupe de presse "Time-Life" d'un reportage de six semaines sur les Blancs pauvres de l'Alabama. Accompagné de Walker Evans - qui deviendra le plus célèbre photographe américain -, ils vont au sein de trois familles tenter d'approcher la vérité. Mais qu'est-ce que la vérité d'un homme, d'une société ? N'est-elle pas insaisissable ? Agee nous le fait percevoir. L'intention première est donc un compte rendu. Mais la personnalité fiévreuse de l'auteur va tirer de la vie la plus humble son expression la plus haute. C'est une protestation contre la réalité, une déchirure, une brûlure intérieure qui inspirent ces portraits dont la tonalité, des plus singulières, bouscule la tradition sociologique. Comment cette pauvreté sans retour et ces détresses intérieures sont-elles possibles

    Détails sur le produit

    • Reliure : Poche
    • 472  pages
    • Dimensions :  2.6cmx11.0cmx17.0cm
    • Poids : 322.1g
    • Editeur :   Pocket Paru le
    • Collection : Pocket
    • ISBN :  226612787X
    • EAN13 :  9782266127875
    • Classe Dewey :  305.56
    • Langue : Français

    D'autres livres de James Agee

    Le vagabond d'un nouveau monde

    Une bombe atomique explose sans avertissement. Ses effets dépassent les attentes de ceux qui l'ont lancée. Il n'y a plus aucun être vivant sur la planète ; le Pouvoir qui régissait la civilisation jusqu'alors est anéanti. Il y a cependant un survivant, le Vagabond. Ainsi commence le projet de ...

    Brooklyn existe : Sud-est de l'île : carnet de route

    En 1939, James Agee fut chargé par la revue Fortune d'écrire un article sur Brooklyn pour un numéro spécial consacré à New York. Son projet, rejeté à cause d'une divergence artistique, resta inédit jusqu'en 1968. Traversant le quartier depuis les brownstones des hauteurs qui dominent le pon...

    Voir tous les livres de James Agee

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    James Agee, après avoir fait ses études à Harvard, a été chargé par le groupe de presse "Time-Life" d'un reportage de six semaines sur les Blancs pauvres de l'Alabama. Accompagné de Walker Evans - qui deviendra le plus célèbre photographe américain -, ils vont au sein de trois familles tenter d'approcher la vérité. Mais qu'est-ce que la vérité d'un homme, d'une société ? N'est-elle pas insaisissable ? Agee nous le fait percevoir. L'intention première est donc un compte rendu. Mais la personnalité fiévreuse de l'auteur va tirer de la vie la plus humble son expression la plus haute. C'est une protestation contre la réalité, une déchirure, une brûlure intérieure qui inspirent ces portraits dont la tonalité, des plus singulières, bouscule la tradition sociologique. Comment cette pauvreté sans retour et ces détresses intérieures sont-elles possibles