share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Espagne des validos (1598-1645)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Espagne des validos (1598-1645)

L'Espagne des validos (1598-1645)

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Espagne des validos (1598-1645)"

L'histoire de l'Espagne au XVIIe siècle est marquée, du point de vue de la gouvernance étatique, par un changement spectaculaire qui, dans ce volume, va retenir l'essentiel de notre attention. Alors que le XVIe siècle a vu s'exercer le pouvoir personnel de monarques – Charles Quint et Philippe II – dotés d'une très forte personnalité et possédant le goût de la gestion des affaires de l'Etat, l'époque qui commence en 1598 avec l'accession au trône de Philippe III voit émerger rapidement la figure du favori : le privado ou valido – le premier terme étant bien plus répandu à l'époque –, qui s'élève au niveau du roi jusqu'à parfois le dominer. Si les souverains précédents étaient, au fil de la complexification de la machine administrative d'Etat, entourés d'un nombre sans cesse plus grand de conseillers, dont certains, par les hautes responsabilités qui leur étaient confiées, l'ampleur de leur tâche et leur hauteur de vue, pourraient être appelés « ministres », aucun n'a joui d'un pouvoir personnel égal à celui du duc de Lerma ou du comte duc d'Olivares. Ce recueil reprend les principaux éléments du dossier : les questions du discours politique de la « décadence », en particulier à travers les écrits des arbitristes et les projets de réforme qui tentent d'inverser le cours des choses. Tout ceci s'inscrivant dans un cadre socio-économique déterminant. Sont aussi étudiés la figure et le parcours des deux validos mayores avec, pour Lerma, une attention particulière portée à ce qui restera sa triste prouesse : l'expulsion des morisques. Le personnage plus complexe d'Olivares et son action sont examinés en détail : rapport avec la Couronne d'Aragon, politique extérieure, intervention dans le domaine des arts. Enfin, deux études se penchent sur la figure du favori telle qu'elle apparaît dans les oeuvres de Quevedo.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 240  pages
  • Dimensions :  1.8cmx15.8cmx23.8cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Ellipses Marketing Paru le
  • Collection : Capes/Agrégation Espagnol
  • ISBN :  2729852891
  • EAN13 :  9782729852894
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'histoire de l'Espagne au XVIIe siècle est marquée, du point de vue de la gouvernance étatique, par un changement spectaculaire qui, dans ce volume, va retenir l'essentiel de notre attention. Alors que le XVIe siècle a vu s'exercer le pouvoir personnel de monarques – Charles Quint et Philippe II – dotés d'une très forte personnalité et possédant le goût de la gestion des affaires de l'Etat, l'époque qui commence en 1598 avec l'accession au trône de Philippe III voit émerger rapidement la figure du favori : le privado ou valido – le premier terme étant bien plus répandu à l'époque –, qui s'élève au niveau du roi jusqu'à parfois le dominer. Si les souverains précédents étaient, au fil de la complexification de la machine administrative d'Etat, entourés d'un nombre sans cesse plus grand de conseillers, dont certains, par les hautes responsabilités qui leur étaient confiées, l'ampleur de leur tâche et leur hauteur de vue, pourraient être appelés « ministres », aucun n'a joui d'un pouvoir personnel égal à celui du duc de Lerma ou du comte duc d'Olivares. Ce recueil reprend les principaux éléments du dossier : les questions du discours politique de la « décadence », en particulier à travers les écrits des arbitristes et les projets de réforme qui tentent d'inverser le cours des choses. Tout ceci s'inscrivant dans un cadre socio-économique déterminant. Sont aussi étudiés la figure et le parcours des deux validos mayores avec, pour Lerma, une attention particulière portée à ce qui restera sa triste prouesse : l'expulsion des morisques. Le personnage plus complexe d'Olivares et son action sont examinés en détail : rapport avec la Couronne d'Aragon, politique extérieure, intervention dans le domaine des arts. Enfin, deux études se penchent sur la figure du favori telle qu'elle apparaît dans les oeuvres de Quevedo.