share_book
Envoyer cet article par e-mail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PAR CAPITALISATION : DROIT ET FISCALITE

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PAR CAPITALISATION : DROIT ET FISCALITE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PAR CAPITALISATION : DROIT ET FISCALITE

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PAR CAPITALISATION : DROIT ET FISCALITE"

Incontestablement, le présent et l'avenir des régimes de retraite prévoyance constituent aujourd'hui une des préoccupations majeures des Français. Succédant à une trop longue période d'insouciance caractérisée par une présentation en trompe l'oeil des bilans financiers de ces régimes, l'opinion publique a enfin pris conscience de l'urgence de mesures radicales. Remarquons que la révélation des difficultés à vaincre ne s'est faite que sous la menace d'un quasi dépôt de bilan des systèmes de protection sociale. Il semble que, jusqu'à maintenant, nos dirigeants n'aient jamais eu le courage politique de mettre clairement les assurés face à leurs responsabilités. Dans ces conditions, l'intérêt d'observer l'état de notre protection sociale à travers la science du droit, pourrait-il prêter flan à la critique en prétendant qu'il s'agit là d'une approche réductrice de la problématique à étudier ? La réponse négative à cette interrogation ne fait aucun doute. Si le droit ne crée ou ne précède pas une société, en revanche, il en est l'exacte traduction. Dans le cas précis du sujet qui nous intéresse, la prétendue cohérence du cadre juridique dans lequel se développe notre protection sociale impliquerait une protection elle-même cohérente dans son étendue, son objet et son financement. Or, force est de constater qu'au moment de l'introduction de la capitalisation en complément de la répartition en tant que pilier financier de la protection sociale, aucune autorité ne s'est véritablement souciée de canaliser et harmoniser les règles de droit qui vont servir de support à cette nouvelle organisation. En fait, le droit traduit ici un développement anarchique de la protection sociale privé d'esprit visionnaire. L'intérêt de l'étude est de mettre en valeur les dysfonctionnements des mécanismes juridiques de la protection, eux-mêmes révélateurs de l'absence de concept global de cette protection sociale, particulièrement dans les modalités de son financement.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Dimensions :  1.4cmx15.2cmx23.6cm
  • Poids : 639.6g
  • Editeur :   Lgdj Paru le
  • Collection : d'études sur le droit des assurances
  • ISBN :  2275005153
  • EAN13 :  9782275005157
  • Classe Dewey :  368.3
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean Bigot

Traité de Droit des assurances : Tome 1, Entreprises et organismes d'assurance

La 3e édition de ce volume, entièrement refondue et augmentée, fait le point sur les réformes récemment intervenues à la suite de la directive européenne 2009/138 du 25 novembre 2009 relative aux conditions d'accès et d'exercice des activités d'assurance, et de l'ordonnance numéro 2010-76 ...

Risques et assurances construction

30 ans après l'adoption de la loi Spinetta, l'assurance construction, où en est-on ? Quels sont les apports des retouches législatives et jurisprudentielles qui ont façonné le régime actuel ? Comment interpréter la réforme mise en place par l'ordonnance du 8 juin 2005 Que faut-il attendre du...

L'intermédiation d'assurance

L'INTERMEDIATION. La notion d'intermédiation. Les accords d'intermédiation. L'intermédiation et le droit économique. LES INTERMEDIAIRES D'ASSURANCE. Notions générales. Les agents généraux d'assurance. Les courtiers d'assurance. LES RESPONSABILITES LIEES A L'INTERMEDIATION. La responsabilité...

Voir tous les livres de Jean Bigot

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Incontestablement, le présent et l'avenir des régimes de retraite prévoyance constituent aujourd'hui une des préoccupations majeures des Français. Succédant à une trop longue période d'insouciance caractérisée par une présentation en trompe l'oeil des bilans financiers de ces régimes, l'opinion publique a enfin pris conscience de l'urgence de mesures radicales. Remarquons que la révélation des difficultés à vaincre ne s'est faite que sous la menace d'un quasi dépôt de bilan des systèmes de protection sociale. Il semble que, jusqu'à maintenant, nos dirigeants n'aient jamais eu le courage politique de mettre clairement les assurés face à leurs responsabilités. Dans ces conditions, l'intérêt d'observer l'état de notre protection sociale à travers la science du droit, pourrait-il prêter flan à la critique en prétendant qu'il s'agit là d'une approche réductrice de la problématique à étudier ? La réponse négative à cette interrogation ne fait aucun doute. Si le droit ne crée ou ne précède pas une société, en revanche, il en est l'exacte traduction. Dans le cas précis du sujet qui nous intéresse, la prétendue cohérence du cadre juridique dans lequel se développe notre protection sociale impliquerait une protection elle-même cohérente dans son étendue, son objet et son financement. Or, force est de constater qu'au moment de l'introduction de la capitalisation en complément de la répartition en tant que pilier financier de la protection sociale, aucune autorité ne s'est véritablement souciée de canaliser et harmoniser les règles de droit qui vont servir de support à cette nouvelle organisation. En fait, le droit traduit ici un développement anarchique de la protection sociale privé d'esprit visionnaire. L'intérêt de l'étude est de mettre en valeur les dysfonctionnements des mécanismes juridiques de la protection, eux-mêmes révélateurs de l'absence de concept global de cette protection sociale, particulièrement dans les modalités de son financement.