share_book
Envoyer cet article par e-mail

Impérialisme et démocratie à Athènes : Inscriptions de l'Epoque classique (c.500-317 av. J.C.)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Impérialisme et démocratie à Athènes : Inscriptions de l'Epoque classique (c.500-317 av. J.C.)

Impérialisme et démocratie à Athènes : Inscriptions de l'Epoque classique (c.500-317 av. J.C.)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Impérialisme et démocratie à Athènes : Inscriptions de l'Epoque classique (c.500-317 av. J.C.)"

    Aux Ve et IVe siècles, Athènes connut une période extraordinaire de son histoire, marquée par deux phénomènes complémentaires et indissociablement liés l'un à l'autre, l'impérialisme et la démocratie. Née sur le champ de bataille de Marathon, la volonté de domination des Athéniens sur l'ensemble du monde grec se manifesta sans aucun scrupule et ne cessa de hanter les esprits, même dans les moments de doute. En parallèle, la cité se dota d'institutions de plus en plus démocratiques, marquées par un sévère contrôle des prérogatives des magistrats et une stricte limitation des ambitions de l'aristocratie. Jusqu'à ce que la poussée macédonienne, sous les coups de boutoir de Philippe, d'Alexandre et de leurs successeurs, bride pour jamais les ambitions internationales d'Athènes et abolisse la démocratie ancestrale. Pendant que la cité affirmait sa suprématie militaire un peu partout en Grèce, les Athéniens mirent en scène leur propre histoire en faisant graver des stèles de marbre rappelant les traités passés avec les alliés-sujets, en publiant les lois et décrets votés par le peuple, en multipliant les dédicaces, tant publiques que privées, aux dieux. L'agora, l'acropole, les sanctuaires se couvrirent peu à peu d'inscriptions, irremplaçables documents pour comprendre une histoire en train de se faire. Ce sont ces textes, reflétant l'image d'une cité sûre d'elle même et dominatrice, qui sont ici traduits et commentés.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 342  pages
    • Dimensions :  2.0cmx16.0cmx23.2cm
    • Poids : 557.9g
    • Editeur :   Armand Colin Paru le
    • Collection : U
    • ISBN :  2200269285
    • EAN13 :  9782200269289
    • Classe Dewey :  930
    • Langue : Français

    D'autres livres de Patrice Brun

    Le monde grec à l'époque classique

    La période classique (Ve-IVe siècles) est la plus célèbre de l’histoire de la Grèce, la plus célébrée aussi. Elle a exercé une véritable fascination sur les siècles suivants grâce aux témoignages littéraires, architecturaux ou artistiques qu’elle a laissés à la postérité. [....

    L'âge du Fer en France : Premières villes, premiers Etats celtiques

    L'âge du Fer, qui correspond aux sept derniers siècles avant notre ère, marque la naissance des premières villes et des premiers États sur notre territoire. Le métal, qui donne son nom à la période, n'a joué qu'un rôle assez tardif durant ce moment essentiel où ont alterné phases de [...

    La bataille de Marathon

    490 avant notre ère, sans doute le 17 septembre, F 1 les troupes athéniennes sont victorieuses des armées de l'Empire perse dans la plaine de Marathon, à une quarantaine de kilomètres au nord d'Athènes. Point d'orgue de la première guerre médique, la bataille de Marathon a, dès l'Antiquité...

    Voir tous les livres de Patrice Brun

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Aux Ve et IVe siècles, Athènes connut une période extraordinaire de son histoire, marquée par deux phénomènes complémentaires et indissociablement liés l'un à l'autre, l'impérialisme et la démocratie. Née sur le champ de bataille de Marathon, la volonté de domination des Athéniens sur l'ensemble du monde grec se manifesta sans aucun scrupule et ne cessa de hanter les esprits, même dans les moments de doute. En parallèle, la cité se dota d'institutions de plus en plus démocratiques, marquées par un sévère contrôle des prérogatives des magistrats et une stricte limitation des ambitions de l'aristocratie. Jusqu'à ce que la poussée macédonienne, sous les coups de boutoir de Philippe, d'Alexandre et de leurs successeurs, bride pour jamais les ambitions internationales d'Athènes et abolisse la démocratie ancestrale. Pendant que la cité affirmait sa suprématie militaire un peu partout en Grèce, les Athéniens mirent en scène leur propre histoire en faisant graver des stèles de marbre rappelant les traités passés avec les alliés-sujets, en publiant les lois et décrets votés par le peuple, en multipliant les dédicaces, tant publiques que privées, aux dieux. L'agora, l'acropole, les sanctuaires se couvrirent peu à peu d'inscriptions, irremplaçables documents pour comprendre une histoire en train de se faire. Ce sont ces textes, reflétant l'image d'une cité sûre d'elle même et dominatrice, qui sont ici traduits et commentés.