share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le théâtre soviétique durant le dégel, 1953-1964

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le théâtre soviétique durant le dégel, 1953-1964

Le théâtre soviétique durant le dégel, 1953-1964

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le théâtre soviétique durant le dégel, 1953-1964"

Art synthétique en prise directe sur l'actualité, le théâtre en URSS a enregistré, tel un sismographe, les changements de tous ordres qui se sont produits de 1953 à 1964, sous Krouchtchev, dans la période dite du dégel. Désireux de tirer un trait sur la période stalinienne, les metteurs en scène tentent de renouer avec des racines honorables : c'est ainsi que sortent de l'oubli les anciens maîtres, Meyerhold, Taïrov et Vakhtangov, et les grands écrivains, Boulgakov, Dostoïevski ou Schwartz, tandis qu'une nouvelle génération d'auteurs, de metteurs en scène et d'acteurs renouvelle les genres comiques et satiriques, et que sont représentées les comédies de Maïakovski, portant ainsi un coup fatal à l'optimisme inconditionnel du réalisme socialiste. Cette mise en place de nouveaux codes éthiques et esthétiques coïncide avec une ouverture vers la culture occidentale. Les tournées de Peter Brook, du T.N.P. ou du Berliner Ensemble favorisent la diversification des modes de création - l'abandon de l'hégémonie de Stanislavski - et le décloisonnement des spécialités - l'instauration d'un véritable va-et-vient entre théâtre et cinéma. 1964, date du limogeage de Krouchtchev, est aussi celle de la nomination de Lioubimov à la Taganka, d'Efros au théâtre du Komsomol de Lénine. Ils seront avec Efremov, Tovstonogov et Akimov les principaux hommes de théâtre des années suivantes, résistant au travail de sape de la censure qui ne leur laissera pas de répit. Plus qu'une simple parenthèse heureuse dans l'histoire de l'URSS, le dégel constitue une période de référence, riche d'enseignements artistiques, esthétiques et politiques. S'arracher à l'alternance épuisante, voire stérilisante, des permissions et des interdits : telle est la leçon que semblent avoir tiré les hommes de théâtre aguerris par la mise à l'épreuve des années cinquante et soixante.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 368  pages
  • Dimensions :  3.0cmx22.0cmx28.0cm
  • Poids : 1596.6g
  • Editeur :   Cnrs Editions 
  • Collection : Arts du spectacle
  • ISBN :  222204703X
  • EAN13 :  9782222047032
  • Classe Dewey :  792.094 709046
  • Langue : Français

D'autres livres de Marie-Christine Autant-Mathieu

La ligne des actions physiques

Le " Système ", mis au point par Stanislavski durant toute sa " vie dans l'art ", reste une référence pour les praticiens de théâtre du monde entier. Pourtant la partie consacrée à l'approche du rôle par les actions physiques, bien connue de Brecht ou de Grotowski, évoquée par Antoine [...

Le Théâtre d'Art de Moscou : Ramifications, voyages

Jusqu'à la perestroïka, en Union soviétique, les travaux sur, le Théâtre d'Art de Moscou, sur son rayonnement à l'intérieur et à l'extérieur des frontières, versaient invariablement dans l'hagiographie de ses pères fondateurs K. Stanislavski et V. Nemirovitch-Dantchenko. Aussi, pour relir...

Mikhaïl Tchekhov / Michael Chekhov : De Moscou à Hollywood, du théâtre au cinéma

Acteur, metteur en scène, théoricien et pédagogue, Mikhaïl Tchekhov (Saint-Pétersbourg, 1891 - Hollywood, 1955) est l'une des figures clés du théâtre du XXe siècle. Sa virtuosité scénique a fait l'admiration non seulement de son maître Stanislavski ou de Meyerhold, mais aussi de Max Rein...

Voir tous les livres de Marie-Christine Autant-Mathieu

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Art synthétique en prise directe sur l'actualité, le théâtre en URSS a enregistré, tel un sismographe, les changements de tous ordres qui se sont produits de 1953 à 1964, sous Krouchtchev, dans la période dite du dégel. Désireux de tirer un trait sur la période stalinienne, les metteurs en scène tentent de renouer avec des racines honorables : c'est ainsi que sortent de l'oubli les anciens maîtres, Meyerhold, Taïrov et Vakhtangov, et les grands écrivains, Boulgakov, Dostoïevski ou Schwartz, tandis qu'une nouvelle génération d'auteurs, de metteurs en scène et d'acteurs renouvelle les genres comiques et satiriques, et que sont représentées les comédies de Maïakovski, portant ainsi un coup fatal à l'optimisme inconditionnel du réalisme socialiste. Cette mise en place de nouveaux codes éthiques et esthétiques coïncide avec une ouverture vers la culture occidentale. Les tournées de Peter Brook, du T.N.P. ou du Berliner Ensemble favorisent la diversification des modes de création - l'abandon de l'hégémonie de Stanislavski - et le décloisonnement des spécialités - l'instauration d'un véritable va-et-vient entre théâtre et cinéma. 1964, date du limogeage de Krouchtchev, est aussi celle de la nomination de Lioubimov à la Taganka, d'Efros au théâtre du Komsomol de Lénine. Ils seront avec Efremov, Tovstonogov et Akimov les principaux hommes de théâtre des années suivantes, résistant au travail de sape de la censure qui ne leur laissera pas de répit. Plus qu'une simple parenthèse heureuse dans l'histoire de l'URSS, le dégel constitue une période de référence, riche d'enseignements artistiques, esthétiques et politiques. S'arracher à l'alternance épuisante, voire stérilisante, des permissions et des interdits : telle est la leçon que semblent avoir tiré les hommes de théâtre aguerris par la mise à l'épreuve des années cinquante et soixante.