share_book
Envoyer cet article par e-mail

Timor-Oriental : non-assistance à un peuple en danger

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Timor-Oriental : non-assistance à un peuple en danger

Timor-Oriental : non-assistance à un peuple en danger

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Timor-Oriental : non-assistance à un peuple en danger"

" Nous avons souffert durant de très longues années. Aujourd'hui, alors que l'indépendance est enfin à notre portée, nous devons penser à ceux qui sont morts pour notre liberté. Car nos morts sont les vrais héros de notre lutte. Peuple du Timor-Oriental, ils ont voulu te tuer. Mais tu es encore là, pleurant et souffrant, mais vivant. Ce futur vous appartient enfin et l'indépendance est entre vos mains ". Lors qu'il retrouve son pays en octobre 1999 après sept ans de détention, Xanana Gusmao, le chef de la résistance timoraise, lance ainsi une nouvelle fois un message d'espoir à ses compatriotes. Quelques semaines auparavant, le Timor-Oriental a connu ses premières élections depuis 1975 et a choisi l'indépendance, malgré la répression indonésienne. La tragédie du Timor-Oriental, que le Congrès juif américain a dénoncé comme " le plus grand génocide de cette moitié de siècle après la Shoah ", a pris fin à l'aube du troisième millénaire. Mais le drame timorais a surtout mis en exergue l'hypocrisie des diplomaties occidentales et le dysfonctionnement des Nations Unies. Ce que la dictature indonésienne lui a refusé au lendemain de la décolonisation avortée du Portugal en 1974, le peuple timorais l'a obtenu par la foi. Pendant que l'écrasante majorité du peuple indonésien était elle-même obligée de se taire dans son propre pays et prenait régulièrement des risques insensés pour ébranler le régime, l'Occident pactisait avec les généraux indonésiens pour réduire au silence le Timor-Oriental. Hormis le fait que cette tragédie marque incontestablement les errements de la politique internationale, le bourbier timorais, comme les autorités indonésiennes l'ont dénommé, ne peut que rappeler, par certains aspects, la guerre du Vietnam. Les militaires indonésiens pensaient qu'ils soumettraient le peuple du Timor-Oriental en quelques semaines. Vingt-quatre ans plus tard, ils sont obligés de se retirer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 224  pages
  • Dimensions :  1.6cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   L'harmattan 
  • Collection : Points Sur l'Asie
  • ISBN :  2738491944
  • EAN13 :  9782738491947
  • Classe Dewey :  959.86
  • Langue : Français

D'autres livres de Alexandre Messager

Khanh, Dung et Nghiep vivent au Vietnam

Khanh, Dung et Nghiep habitent au Vietnam, le " pays du dragon ". Après plusieurs déçennies de guerres meurtrières, le Vietnam est aujourd'hui un pays en pleine expansion, entre modernité et tradition. Khanh est un jeune garçon de Hanoi, la capitale du Vietnam. Son père et sa mère sont [....

Mehmet, Hatice et Hozan vivent en Turquie

Mehmet, Hatice et Hozan vivent en Turquie, à la croisée de l'Orient et de l'Occident. Berceau de l'Empire ottoman qui s'étendait des Balkans jusqu'à l'Afrique du Nord, la Turquie est devenue au xxe siècle une puissance moderne et laïque ; elle poursuit sa transformation et se rapproche de [...

Aoki, Hayo et Kenji vivent au Japon

Sujet : Aoki vit à Tokyo, Hayo à Kyoto et Kenji à Hiroshima. A travers chaque enfant nous découvrons quelques facettes de la culture japonaise tels que l'écriture, l'art floral, la cérémonie du thé et le jeu de go. Commentaire : La collection "enfants d'ailleurs" se propose de faire [.......

Ahmed, Dewi et Wayan vivent en Indonésie

Sujet : Autour de trois enfants d'une dizaine d'années, c'est la découverte de l'Indonésie qui est proposée dans ce livre. Ahmed est musulman, vit à Jakarta, va à l'école et aide son papa qui a un restaurant de spécialités populaires. Dewi appartient à un peuple où les femmes règnent sur...

Voir tous les livres de Alexandre Messager

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

" Nous avons souffert durant de très longues années. Aujourd'hui, alors que l'indépendance est enfin à notre portée, nous devons penser à ceux qui sont morts pour notre liberté. Car nos morts sont les vrais héros de notre lutte. Peuple du Timor-Oriental, ils ont voulu te tuer. Mais tu es encore là, pleurant et souffrant, mais vivant. Ce futur vous appartient enfin et l'indépendance est entre vos mains ". Lors qu'il retrouve son pays en octobre 1999 après sept ans de détention, Xanana Gusmao, le chef de la résistance timoraise, lance ainsi une nouvelle fois un message d'espoir à ses compatriotes. Quelques semaines auparavant, le Timor-Oriental a connu ses premières élections depuis 1975 et a choisi l'indépendance, malgré la répression indonésienne. La tragédie du Timor-Oriental, que le Congrès juif américain a dénoncé comme " le plus grand génocide de cette moitié de siècle après la Shoah ", a pris fin à l'aube du troisième millénaire. Mais le drame timorais a surtout mis en exergue l'hypocrisie des diplomaties occidentales et le dysfonctionnement des Nations Unies. Ce que la dictature indonésienne lui a refusé au lendemain de la décolonisation avortée du Portugal en 1974, le peuple timorais l'a obtenu par la foi. Pendant que l'écrasante majorité du peuple indonésien était elle-même obligée de se taire dans son propre pays et prenait régulièrement des risques insensés pour ébranler le régime, l'Occident pactisait avec les généraux indonésiens pour réduire au silence le Timor-Oriental. Hormis le fait que cette tragédie marque incontestablement les errements de la politique internationale, le bourbier timorais, comme les autorités indonésiennes l'ont dénommé, ne peut que rappeler, par certains aspects, la guerre du Vietnam. Les militaires indonésiens pensaient qu'ils soumettraient le peuple du Timor-Oriental en quelques semaines. Vingt-quatre ans plus tard, ils sont obligés de se retirer.