share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jacques Chevallier, député-maire d'Alger : La dernière utopie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jacques Chevallier, député-maire d'Alger : La dernière utopie

Jacques Chevallier, député-maire d'Alger : La dernière utopie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jacques Chevallier, député-maire d'Alger : La dernière utopie"

S'il est un nom qui soulève encore des réactions passionnées chez ceux qui ont vécu les dernières années de l'Algérie française, c'est bien celui de Jacques Chevallier. Député-maire d'Alger, Secrétaire d'Etat aux Armées puis Ministre de la Défense dans le gouvernement Mendes France, ce personnage haut en couleurs a été un des rares à chercher désespérément la meilleure façon de maintenir l'Algérie sous influence française, alors que l'indépendance commençait à paraître comme inéluctable. Libéral, ouvert au dialogue, profondément humain, il fut à la fois rejeté par les tenants du système français et par les combattants algériens engagés sur la voie de la coupure définitive avec la Métropole. Mais c'est à lui que firent appel le Général Salan et le chef de l'OAS Jean-Jacques Susini pour élaborer les accords FLN-OAS qui tendaient à préserver les intérêts des Européens dans une Algérie indépendante. Un homme profondément attaché à son pays, représentatif d'une époque où les valeurs établies faisaient place, dans la violence, à l'ère mondiale de la décolonisation.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 206  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.0cmx20.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Riveneuve éditions Paru le
  • ISBN :  2360130021
  • EAN13 :  9782360130023
  • Classe Dewey :  965.030 92
  • Langue : Français

D'autres livres de Michèle Barbier

Place au cirque

On les voit l'hiver dans les villages, les banlieues, et l'été au bord des plages... Ces petits cirques de famille n'ont pas de grande enseigne, mais viennent décorer les places de leurs chapiteaux aux dimensions modestes. D'eux, on ne connaît que les spectacles : le clown au nez rouge, à la ve...

Ces merveilleux fous du cirque

S'il existe un spectacle familial suscitant le rêve, riche en exploits, s'adressant à toutes les tranches d'âge, toutes les sensibilités et toutes les conditions sociales, c'est bien le cirque ! Mais sous une apparence enchanteresse existe un monde méconnu, fait de lumières et de passions, nou...

Voir tous les livres de Michèle Barbier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

S'il est un nom qui soulève encore des réactions passionnées chez ceux qui ont vécu les dernières années de l'Algérie française, c'est bien celui de Jacques Chevallier. Député-maire d'Alger, Secrétaire d'Etat aux Armées puis Ministre de la Défense dans le gouvernement Mendes France, ce personnage haut en couleurs a été un des rares à chercher désespérément la meilleure façon de maintenir l'Algérie sous influence française, alors que l'indépendance commençait à paraître comme inéluctable. Libéral, ouvert au dialogue, profondément humain, il fut à la fois rejeté par les tenants du système français et par les combattants algériens engagés sur la voie de la coupure définitive avec la Métropole. Mais c'est à lui que firent appel le Général Salan et le chef de l'OAS Jean-Jacques Susini pour élaborer les accords FLN-OAS qui tendaient à préserver les intérêts des Européens dans une Algérie indépendante. Un homme profondément attaché à son pays, représentatif d'une époque où les valeurs établies faisaient place, dans la violence, à l'ère mondiale de la décolonisation.