share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le bois des auriottes les gens de la paulée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le bois des auriottes les gens de la paulée

Le bois des auriottes les gens de la paulée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le bois des auriottes les gens de la paulée"

Ce jour-là, on enterre la mère du Glaude, le patriarche du clan Theuvenot. Marinette, Émilie et Maurice reviennent ainsi à La Paulée pour l'honorer, mais non sans appréhender l'accueil réservé par le village. Ici, les perspectives de paix restent bien éloignées du quotidien. Rien n'a changé et pourtant tout est différent... " Pendant des années, la vie vous fout la paix. Ça se passe tout seul... Et pis... ". Les événements s'étaient précipités, en Europe et à la ferme. En Europe, on avait cru que la guerre allait éclater, mais finalement, à Munich, on avait préservé la paix. À la ferme... ça n'avait pas été la paix. Ah ben non, alors ! D'abord la Marinette était partie, laissant tomber son mari, le Lucien, pour courir le guilledou avec son beau-frère, le Maurice... Ensuite il y avait eu le déshonneur de sa petite-fille, l'Émilie, se hiquant avec le Jean-Bernard sans se rendre compte que cette ordure de Titisse Remeder les regardait faire, et comme ça tout le village avait appris la chose... (...) Tout ça en l'espace de moins de deux semaines...

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 475  pages
  • Dimensions :  2.4cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Editions De Borée Paru le
  • Collection : Terre de poche
  • ISBN :  2812902868
  • EAN13 :  9782812902864
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

D'autres livres de Hugues Douriaux

Les temps d'orage les gens de la paulée

Eté 1941. A la Paulée, la vie continue. Marienette gère les affaires en l'absence de son mari, Lucien, prisonnier de guerre. Mais, alors que son horizon semble s'éclaircir, Jean-Bernard, l'amoureux de sa fille Emilie, s'engage dans la LVF aux côtés des troupes allemandes. Les temps d'orage gro...

La saison des vendanges

En cette année 1938 chez les Theuvenot, la saison des vendanges approche et rien ne semble la différencier des précédentes. Rien ? Pas si sûr. Tandis que Lucien assiste avec impuissance à la déliquescence de son couple, son frère Maurice multiplie les frasques retentissantes dans le pays. Et...

Voir tous les livres de Hugues Douriaux

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce jour-là, on enterre la mère du Glaude, le patriarche du clan Theuvenot. Marinette, Émilie et Maurice reviennent ainsi à La Paulée pour l'honorer, mais non sans appréhender l'accueil réservé par le village. Ici, les perspectives de paix restent bien éloignées du quotidien. Rien n'a changé et pourtant tout est différent... " Pendant des années, la vie vous fout la paix. Ça se passe tout seul... Et pis... ". Les événements s'étaient précipités, en Europe et à la ferme. En Europe, on avait cru que la guerre allait éclater, mais finalement, à Munich, on avait préservé la paix. À la ferme... ça n'avait pas été la paix. Ah ben non, alors ! D'abord la Marinette était partie, laissant tomber son mari, le Lucien, pour courir le guilledou avec son beau-frère, le Maurice... Ensuite il y avait eu le déshonneur de sa petite-fille, l'Émilie, se hiquant avec le Jean-Bernard sans se rendre compte que cette ordure de Titisse Remeder les regardait faire, et comme ça tout le village avait appris la chose... (...) Tout ça en l'espace de moins de deux semaines...