share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Chine est un cheval

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Chine est un cheval

La Chine est un cheval

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Chine est un cheval"

" La Chine est un cheval et l'univers une idée " est une citation de Zhuangzi (350-275 av. J.-C.) dans laquelle il tourne en ridicule les paradoxes sophistes, et en particulier le plus célèbre d'entre eux, le fameux " un cheval blanc n'est pas un cheval " de Gongsun Long. À travers le pastiche de l'argumentation sophiste, c'est le langage humain en tant que tel que le philosophe entend disqualifier. Tout jugement, dans la mesure où il est jugement, est l'expression d'une subjectivité qui opère un découpage arbitraire dans le réel. Le langage, produit et support de l'intelligence, ne peut rendre compte d'une réalité continue et fluide qu'en termes de discontinuité. Au lieu de tenter de retrouver la totalité dans l'unité, les hommes ne s'occupent que d'établir des distinctions. Or sitôt que se trouvent isolées dans le réel des entités discrètes et distinctes, ayant des contours et des qualités, celles-ci deviennent justiciables de la loi de l'avoir et appellent l'appropriation. Aussi ces essais entendent-ils se placer sous la bannière du cheval blanc de Zhuangzi et d'en faire un cheval de bataille contre cette activité discriminatrice de la pensée et du langage dont les méfaits se font plus que jamais sentir aujourd'hui. Le lieu de cette adéquation est tout d'abord la Chine. Alors que l'empire du Milieu a toujours été posé dans le discours occidental dominant comme l'Autre absolu de l'Occident, il n'est ici considéré que comme un moment singulier et significatif d'une histoire universelle.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 156  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.4cmx20.8cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Maurice Nadeau Paru le
  • ISBN :  2862312169
  • EAN13 :  9782862312163
  • Classe Dewey :  500
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean Levi

Les sept traités de la guerre

Voici révélée, pour la première fois au lecteur français, l'intégralité des grands traités stratégiques chinois. On trouvera rassemblés ici les sept traités (dont le célèbre Sun-tzu), qui constituaient la matière des examens militaires sous les Song du nord et qui ont formé la [......

Confucius

La pensée de Confucius (551-479 av. J.-C.) a profondément marqué la civilisation de la Chine, du Japon, de la Corée et du Vietnam. Malgré les aléas de l'histoire, son influence y est encore prépondérante. Très attaché aux valeurs anciennes et au maintien des rites, le philosophe vécut à ...

Propos intempestifs sur le Tchouang-tseu : Du meurtre de chaos à la révolte des singes

Telle est la profondeur des fables chinoises. Leur signification se trouve toujours en dehors des mots qui la portent. Elles disent et ne disent pas. Elles suggèrent toujours autre chose que le sens explicite parce que justement elles n'expriment rien d'autre qu'un récit laconique. On peut donc le...

Réflexions chinoises : Lettrés, stratèges et excentriques de Chine

Dans cet essai brillant qui se présente comme une promenade en compagnie d'un guide éclairé, Jean Levi aborde de grandes questions comme la relation maître-disciple, la transmission, la traduction ou encore la philosophie comme mode d'expression littéraire, tout en présentant d'importantes fig...

Voir tous les livres de Jean Levi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" La Chine est un cheval et l'univers une idée " est une citation de Zhuangzi (350-275 av. J.-C.) dans laquelle il tourne en ridicule les paradoxes sophistes, et en particulier le plus célèbre d'entre eux, le fameux " un cheval blanc n'est pas un cheval " de Gongsun Long. À travers le pastiche de l'argumentation sophiste, c'est le langage humain en tant que tel que le philosophe entend disqualifier. Tout jugement, dans la mesure où il est jugement, est l'expression d'une subjectivité qui opère un découpage arbitraire dans le réel. Le langage, produit et support de l'intelligence, ne peut rendre compte d'une réalité continue et fluide qu'en termes de discontinuité. Au lieu de tenter de retrouver la totalité dans l'unité, les hommes ne s'occupent que d'établir des distinctions. Or sitôt que se trouvent isolées dans le réel des entités discrètes et distinctes, ayant des contours et des qualités, celles-ci deviennent justiciables de la loi de l'avoir et appellent l'appropriation. Aussi ces essais entendent-ils se placer sous la bannière du cheval blanc de Zhuangzi et d'en faire un cheval de bataille contre cette activité discriminatrice de la pensée et du langage dont les méfaits se font plus que jamais sentir aujourd'hui. Le lieu de cette adéquation est tout d'abord la Chine. Alors que l'empire du Milieu a toujours été posé dans le discours occidental dominant comme l'Autre absolu de l'Occident, il n'est ici considéré que comme un moment singulier et significatif d'une histoire universelle.