share_book
Envoyer cet article par e-mail

Cinquante ans de modernité musicale : De Darmstadt à l'Ircam

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Cinquante ans de modernité musicale : De Darmstadt à l'Ircam

Cinquante ans de modernité musicale : De Darmstadt à l'Ircam

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Cinquante ans de modernité musicale : De Darmstadt à l'Ircam"

Cet ouvrage aborde pour la première fois dans son ensemble, en trois vastes épisodes, une phase restreinte, mais cruciale, de l'histoire musicale insérée entre deux pôles institutionnels, les Cours de Vacances de Darmstadt créés en 1946 et l'IRCAM inauguré dans le cadre du Centre Georges Pompidou en 1974. Oserait-on dire que les années comprises entre ces dates soient l'indice d'un temps perdu attendant sa reconquête ? Relisant son texte, l'auteur en a parfois eu confusément l'impression. Mais alors le dernier quart du siècle serait-il l'amorce d'un temps retrouvé ? En 1950, quand on s'enfonçait dans l'expérimentation, alors que Stockhausen en appelait à une fabula rasa, il eut la sagesse de prévoir qu'elle n'aurait qu'un temps, opinion que rejoignit Michel Philippot. Leur prévision s'est-elle vérifiée ? La musique vit-elle aujourd'hui un temps messianique ? Peut-être un temps retrouvé n'est-il jamais qu'une expérience individuelle tant pour le créateur que pour l'auditeur. Une crise a été vaincue par les grandes oeuvres qui l'ont marquée. Mais l'industrie culturelle voudrait que cet effort soit ignoré, n'admettant dans son vocabulaire comme " musique " que les produits standards qu'elle écoule massivement sur le marché mondial. Face à cette agressivité calculée, ce livre se veut un témoignage fort, dépourvu de velléité de propagande en faveur d'une histoire moins banale, celle qui prolonge Debussy et Mahler.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 1024  pages
  • Dimensions :  5.6cmx21.2cmx29.2cm
  • Poids : 2599.1g
  • Editeur :   Editions Mardaga Paru le
  • Collection : Musique-Musicologie
  • ISBN :  2870098286
  • EAN13 :  9782870098288
  • Classe Dewey :  780
  • Langue : Français

D'autres livres de Célestin Deliège

Sources et ressources d'analyses musicales : Journal d'une démarche

Ce volume réunit des essais théoriques et critiques portant sur quelques grammaires musicales de base du système tonal, de l'harmonie atonale et d'autres types de structures qui apparaissent transitoires entre ces deux pôles dans l'histoire de la musique du XXe siècle. Cet ensemble d'essais fai...

Voir tous les livres de Célestin Deliège

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Cet ouvrage aborde pour la première fois dans son ensemble, en trois vastes épisodes, une phase restreinte, mais cruciale, de l'histoire musicale insérée entre deux pôles institutionnels, les Cours de Vacances de Darmstadt créés en 1946 et l'IRCAM inauguré dans le cadre du Centre Georges Pompidou en 1974. Oserait-on dire que les années comprises entre ces dates soient l'indice d'un temps perdu attendant sa reconquête ? Relisant son texte, l'auteur en a parfois eu confusément l'impression. Mais alors le dernier quart du siècle serait-il l'amorce d'un temps retrouvé ? En 1950, quand on s'enfonçait dans l'expérimentation, alors que Stockhausen en appelait à une fabula rasa, il eut la sagesse de prévoir qu'elle n'aurait qu'un temps, opinion que rejoignit Michel Philippot. Leur prévision s'est-elle vérifiée ? La musique vit-elle aujourd'hui un temps messianique ? Peut-être un temps retrouvé n'est-il jamais qu'une expérience individuelle tant pour le créateur que pour l'auditeur. Une crise a été vaincue par les grandes oeuvres qui l'ont marquée. Mais l'industrie culturelle voudrait que cet effort soit ignoré, n'admettant dans son vocabulaire comme " musique " que les produits standards qu'elle écoule massivement sur le marché mondial. Face à cette agressivité calculée, ce livre se veut un témoignage fort, dépourvu de velléité de propagande en faveur d'une histoire moins banale, celle qui prolonge Debussy et Mahler.