share_book
Envoyer cet article par e-mail

Cènes et banquets de Venise

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Cènes et banquets de Venise

Cènes et banquets de Venise

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Cènes et banquets de Venise"

La passion de l'art culinaire et le goût de la peinture peuvent parfois se rejoindre à merveille. Ainsi, de la Renaissance au XIIIe siècle, Venise a pris autant de plaisir à organiser de fabuleux banquets qu'à les voir représentés par ses plus grands peintres : Véronèse, le Tintoret, Tiepolo et bien d'autres. Au début du XVIe siècle, la peinture privilégie le caractère religieux et austère de la Cène à Emmaüs. Puis elle s'oriente vers des représentations plus laïques et profanes. La bonne chère l'emporte vite sur les préoccupations sacrées. Avec une prédilection pour les Noces de Cana, miracle de la métamorphose de l'eau en vin. Les peintres vénitiens font ainsi du premier miracle du Christ une opulente et prosaïque tablée. Jusqu'a la Dernière Cène qui se transforme en véritable banquet. Dans ce parcours pictural et gourmand, Alain Buisine affiche l'effective présence du promeneur qui goûte et savoure les richesses de la Sérénissime comme un de ces plats typiques que proposent encore les trattoria des quartiers populaires.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 174  pages
  • Dimensions :  1.6cmx14.0cmx20.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Zulma Paru le
  • Collection : Litterature
  • ISBN :  2843040906
  • EAN13 :  9782843040900
  • Classe Dewey :  704.949
  • Langue : Français

D'autres livres de Alain Buisine

Dictionnaire amoureux et savant des couleurs de Venise

Dans cet étonnant dictionnaire, Alain Buisine envisage chacune des couleurs de Venise dans son histoire, ses codes politiques et culturels, ses dimensions vestimentaires, et bien sûr, dans sa beauté propre. Car la couleur investit tout à Venise, aussi bien la peinture que les coiffures féminine...

Eugène atget ou la melancolie en photographie

Alain Buisine propose une promenade très libre (et cependant théorique) dans l'imaginaire photographique d'Eugène Atget. Tout se passe chez Atget comme si l'homme et le réel (en particulier la ville avec ses rues désertes et ses intérieurs vides) s'excluaient mutuellement, comme si le portrait...

Voir tous les livres de Alain Buisine

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La passion de l'art culinaire et le goût de la peinture peuvent parfois se rejoindre à merveille. Ainsi, de la Renaissance au XIIIe siècle, Venise a pris autant de plaisir à organiser de fabuleux banquets qu'à les voir représentés par ses plus grands peintres : Véronèse, le Tintoret, Tiepolo et bien d'autres. Au début du XVIe siècle, la peinture privilégie le caractère religieux et austère de la Cène à Emmaüs. Puis elle s'oriente vers des représentations plus laïques et profanes. La bonne chère l'emporte vite sur les préoccupations sacrées. Avec une prédilection pour les Noces de Cana, miracle de la métamorphose de l'eau en vin. Les peintres vénitiens font ainsi du premier miracle du Christ une opulente et prosaïque tablée. Jusqu'a la Dernière Cène qui se transforme en véritable banquet. Dans ce parcours pictural et gourmand, Alain Buisine affiche l'effective présence du promeneur qui goûte et savoure les richesses de la Sérénissime comme un de ces plats typiques que proposent encore les trattoria des quartiers populaires.