share_book
Envoyer cet article par e-mail

La perfection, c'est la charité : Vie chrétienne et vie religieuse dans l'Eglise du Christ

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La perfection, c'est la charité : Vie chrétienne et vie religieuse dans l'Eglise du Christ

La perfection, c'est la charité : Vie chrétienne et vie religieuse dans l'Eglise du Christ

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La perfection, c'est la charité : Vie chrétienne et vie religieuse dans l'Eglise du Christ"

On trouvera ici la première traduction intégrale fondée sur le texte critique de l'édition Léonine de trois livres peu connus de saint Thomas d'Aquin. Echelonnés sur une quinzaine d'années de 1256 à 1271, ils jalonnent l'histoire de la faculté de théologie à l'université de Paris à cette époque. Nouvellement arrivés dans la capitale et encore dans la fraîcheur de leur vocation, les ordres mendiants n'y sont pas les bienvenus. Acteurs de progrès intellectuels et de renouvellement religieux, ils se heurtent à l'hostilité quasi générale des autorités déjà en place qui multiplient contre eux les pires calomnies. Aux côtés des franciscains, saint Bonaventure notamment, Thomas, le dominicain, revendique donc pour lui et ses frères le droit d'enseigner et de prêcher ainsi que celui de mener un style de vie religieuse inédit jusqu'alors. Dans le premier de ces trois livres, Contre les ennemis du culte de Dieu et de l'état religieux, le Maître d'Aquin mène le combat contre Guillaume de Saint-Amour qui, sans trop de nuances, voyait les religieux comme des envoyés de l'Antichrist, écrivant contre eux un libelle qui fit quelque bruit : Les Périls des derniers temps. Un autre interlocuteur, Gérard d'Abbeville, s'en prenait (pas toujours sans raison) aux méthodes de recrutement des nouveaux ordres. C'est à lui qu'est destiné l'un de ces trois ouvrages : Contre l'enseignement de ceux qui détournent de l'état religieux. Entre ces deux livres, saint Thomas a trouvé le temps d'écrire une pure merveille (le mot n'est pas trop fort) : La Perfection de la vie spirituelle, dont on ne saurait trop recommander la lecture. Entraîné dans la polémique malgré lui, Thomas reste ici égal à lui-même et transcende vite le débat. Ce qui avait commencé comme une misérable querelle de clocher universitaire se révèle rapidement avoir une dimension ecclésiale et spirituelle tout à fait inattendue. Malgré des titres qui ne font plus recette, ces livres ne parlent pas seulement des religieux, mais bien de ce qu'il y a de plus profond dans la foi chrétienne : le Christ et son Eglise dont on découvre au passage la face défigurée et à qui il faut redonner son vrai visage ; le Christ et ce qu'il faut faire pour mener à sa suite la vie évangélique en compagnie des premiers disciples. " La vie spirituelle consiste principalement dans la charité ; celui qui n'a pas la charité ne compte spirituellement pour rien. C'est pourquoi l'Apôtre écrit : "Si je n'ai pas la charité, je ne suis rien." À parler absolument donc, une personne sera parfaite en vie spirituelle si elle est parfaite en charité... L'Apôtre attribue la perfection principalement à la charité quand il ajoute : "Par-dessus tout, ayez la charité ; c'est en elle que se noue la perfection." "

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 921  pages
  • Dimensions :  5.2cmx18.4cmx22.8cm
  • Poids : 1578.5g
  • Editeur :   Cerf Paru le
  • Collection : OEUVRES THOMAS
  • ISBN :  2204089745
  • EAN13 :  9782204089746
  • Classe Dewey :  241.4
  • Langue : Français

D'autres livres de Thomas d'Aquin

Contre Averroès

Quand, en 1270, Thomas d'Aquin rédige le De l'unité de l'intellect, il lui reste à peine quatre ans à vivre. C'est une oeuvre de combat qui engage une bataille dont le Moyen Age lui-même ne verra pas la fin : la lutte contre l'averroïsme. Depuis trois ans, Bonaventure tonne contre les [.......

Prix : 123 DH

Textes sur la morale

Selon Etienne Gilson (1884-1978) " la fin que vise tout historien de la philosophie, c'est de remettre ses lecteurs, le plus tôt et le plus sûrement possible, entre les mains des grands philosophes ". C'est sans doute dans cette intention qu'il a réuni dans ce volume les textes essentiels de [...

Somme contre les gentils, livre I : Dieu

" Notre intention étant de rechercher par la voie de la raison ce que la raison humaine peut découvrir de Dieu, vient en premier l'étude de ce qui convient à Dieu en lui-même. " Démonstration de l'existence de Dieu, principes de théologie négative, doctrine de l'analogie et des noms [.......

Voir tous les livres de Thomas d'Aquin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

On trouvera ici la première traduction intégrale fondée sur le texte critique de l'édition Léonine de trois livres peu connus de saint Thomas d'Aquin. Echelonnés sur une quinzaine d'années de 1256 à 1271, ils jalonnent l'histoire de la faculté de théologie à l'université de Paris à cette époque. Nouvellement arrivés dans la capitale et encore dans la fraîcheur de leur vocation, les ordres mendiants n'y sont pas les bienvenus. Acteurs de progrès intellectuels et de renouvellement religieux, ils se heurtent à l'hostilité quasi générale des autorités déjà en place qui multiplient contre eux les pires calomnies. Aux côtés des franciscains, saint Bonaventure notamment, Thomas, le dominicain, revendique donc pour lui et ses frères le droit d'enseigner et de prêcher ainsi que celui de mener un style de vie religieuse inédit jusqu'alors. Dans le premier de ces trois livres, Contre les ennemis du culte de Dieu et de l'état religieux, le Maître d'Aquin mène le combat contre Guillaume de Saint-Amour qui, sans trop de nuances, voyait les religieux comme des envoyés de l'Antichrist, écrivant contre eux un libelle qui fit quelque bruit : Les Périls des derniers temps. Un autre interlocuteur, Gérard d'Abbeville, s'en prenait (pas toujours sans raison) aux méthodes de recrutement des nouveaux ordres. C'est à lui qu'est destiné l'un de ces trois ouvrages : Contre l'enseignement de ceux qui détournent de l'état religieux. Entre ces deux livres, saint Thomas a trouvé le temps d'écrire une pure merveille (le mot n'est pas trop fort) : La Perfection de la vie spirituelle, dont on ne saurait trop recommander la lecture. Entraîné dans la polémique malgré lui, Thomas reste ici égal à lui-même et transcende vite le débat. Ce qui avait commencé comme une misérable querelle de clocher universitaire se révèle rapidement avoir une dimension ecclésiale et spirituelle tout à fait inattendue. Malgré des titres qui ne font plus recette, ces livres ne parlent pas seulement des religieux, mais bien de ce qu'il y a de plus profond dans la foi chrétienne : le Christ et son Eglise dont on découvre au passage la face défigurée et à qui il faut redonner son vrai visage ; le Christ et ce qu'il faut faire pour mener à sa suite la vie évangélique en compagnie des premiers disciples. " La vie spirituelle consiste principalement dans la charité ; celui qui n'a pas la charité ne compte spirituellement pour rien. C'est pourquoi l'Apôtre écrit : "Si je n'ai pas la charité, je ne suis rien." À parler absolument donc, une personne sera parfaite en vie spirituelle si elle est parfaite en charité... L'Apôtre attribue la perfection principalement à la charité quand il ajoute : "Par-dessus tout, ayez la charité ; c'est en elle que se noue la perfection." "