share_book
Envoyer cet article par e-mail

Liszt transcripteur ou la charité bien ordonnée suivi de Schubert et l'infini, à l'horizon, le désert

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Liszt transcripteur ou la charité bien ordonnée suivi de Schubert et l'infini, à l'horizon, le désert

Liszt transcripteur ou la charité bien ordonnée suivi de Schubert et l'infini, à l'horizon, le désert

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Liszt transcripteur ou la charité bien ordonnée suivi de Schubert et l'infini,..."

En transcrivant les oeuvres des autres, Liszt a montré que la musique n'est fixée dans aucun état ; qu'en passant de main en main, d'époque en époque, elle est susceptible de revêtir d'autres formes, de changer, de se transformer, de muter ; qu'elle s'inscrit dans un processus qui ne connaît pas de terme. " Je ne peins pas l'être, disait Montaigne, je peins le passage. " Mais pourquoi Liszt s'est-il livré à ces innombrables arrangements, transcriptions, adaptations ? Voilà la question. Et tout Liszt est dans la réponse. L'infini, c'est l'inachevé comme l'inabouti : c'est presque l'indéfini. D'où vient ce sentiment très particulier de tendresse, de fraternité, que l'auditeur éprouve pour Schubert, et pour lui seulement ? Et pourquoi ce compositeur génial a-t-il abandonné en chemin tant d'oeuvres qui promettaient des merveilles ? Tout cela se rejoint et ne forme peut-être qu'une seule interrogation : l'inachèvement est-il un symptôme ou une réponse ? Et d'abord, une oeuvre est-elle jamais achevée ? " Je peins le passage... " Les deux ouvrages réunis ici ont paru en 1986 et 1988. Au-delà du portrait des deux compositeurs, et des solutions apportées aux problèmes qu'ils posent, c'est tout l'art des sons qui est mis en question. Deux êtres, deux pratiques, deux morales, deux techniques - mais une seule réalité : la musique ne s'arrête jamais.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 205  pages
  • Dimensions :  1.8cmx11.6cmx21.0cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Actes Sud Paru le
  • Collection : Serie musique
  • ISBN :  2742754636
  • EAN13 :  9782742754632
  • Classe Dewey :  780.922
  • Langue : Français

D'autres livres de Jacques Drillon

Face à face

" Mon beau-fils Antoine n'avait que cinq ans lorsque je l'ai connu ; je n'eus pas un regard pour lui. Il est mort vingt courtes années plus tard ; le temps pour moi d'apprendre à lui dire bonjour. ...

Prix : 75 DH

Liszt, transcripteur, ou, La charité bien ordonnée

Sur les six cent soixante-dix-huit oeuvres de Liszt répertoriées exactement par Humphrey Searle, trois cent cinquante et une le sont au titre des transcriptions, adaptations, paraphrases, arrangements, bref, des pièces qui ne sont pas, au départ, " originales " : plus de la moitié ! Précisons ...

Voir tous les livres de Jacques Drillon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En transcrivant les oeuvres des autres, Liszt a montré que la musique n'est fixée dans aucun état ; qu'en passant de main en main, d'époque en époque, elle est susceptible de revêtir d'autres formes, de changer, de se transformer, de muter ; qu'elle s'inscrit dans un processus qui ne connaît pas de terme. " Je ne peins pas l'être, disait Montaigne, je peins le passage. " Mais pourquoi Liszt s'est-il livré à ces innombrables arrangements, transcriptions, adaptations ? Voilà la question. Et tout Liszt est dans la réponse. L'infini, c'est l'inachevé comme l'inabouti : c'est presque l'indéfini. D'où vient ce sentiment très particulier de tendresse, de fraternité, que l'auditeur éprouve pour Schubert, et pour lui seulement ? Et pourquoi ce compositeur génial a-t-il abandonné en chemin tant d'oeuvres qui promettaient des merveilles ? Tout cela se rejoint et ne forme peut-être qu'une seule interrogation : l'inachèvement est-il un symptôme ou une réponse ? Et d'abord, une oeuvre est-elle jamais achevée ? " Je peins le passage... " Les deux ouvrages réunis ici ont paru en 1986 et 1988. Au-delà du portrait des deux compositeurs, et des solutions apportées aux problèmes qu'ils posent, c'est tout l'art des sons qui est mis en question. Deux êtres, deux pratiques, deux morales, deux techniques - mais une seule réalité : la musique ne s'arrête jamais.