share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire de l'atheisme, les incroyants dans le monde occidental desorigines a nos jours

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire de l'atheisme, les incroyants dans le monde occidental desorigines a nos jours

Histoire de l'atheisme, les incroyants dans le monde occidental desorigines a nos jours

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Histoire de l'atheisme, les incroyants dans le monde occidental desorigines a nos jours"

Voilà ce que l'on appelle un pavé ! Et pourtant, il fallait bien cela, car, ainsi que le souligne Georges Minois, la littérature traitant de l'athéisme compte pour quantité négligeable face à l'abondance d'ouvrages propageant la "bonne nouvelle". Les religions, qui sont par essence des phénomènes de masse, se doivent de chercher à rallier les hommes à leur cause, quitte à manier le bâton (l'évangélisation par l'épée) et la carotte (la promesse d'un visa pour le Paradis), tandis que les athées gardent généralement leurs convictions pour eux. Citant en exergue la célèbre phrase de Nietzsche, Georges Minois annonce la mauvaise nouvelle : "Dieu est mort"... avant d'admettre que le combat est loin d'être terminé. Son livre pourra donc servir aux athées de manuel de survie en milieu hostile. Avant de proclamer sa croyance ou son incroyance, encore faut-il en effet être en mesure d'appréhender le concept même de Dieu. Or, bon nombre d'athées ne le sont que par paresse d'esprit, allant jusqu'à tenter de se rabibocher avec Dieu au seuil de la mort en acceptant l'intervention d'un prêtre. Ce n'était peut-être pas le but poursuivi par Georges Minois, mais son impressionnant travail de recherche contribue à dissiper l'image de l'impie frustre et grossier radicalement incapable de saisir la portée de la question au profit de celle de l'athée réfutant sur de solides bases le concept de Dieu. --Hervé SK Guégano

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 671  pages
  • Dimensions :  3.8cmx14.4cmx23.6cm
  • Poids : 979.8g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • ISBN :  2213601305
  • EAN13 :  9782213601304
  • Classe Dewey :  211.809
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Voilà ce que l'on appelle un pavé ! Et pourtant, il fallait bien cela, car, ainsi que le souligne Georges Minois, la littérature traitant de l'athéisme compte pour quantité négligeable face à l'abondance d'ouvrages propageant la "bonne nouvelle". Les religions, qui sont par essence des phénomènes de masse, se doivent de chercher à rallier les hommes à leur cause, quitte à manier le bâton (l'évangélisation par l'épée) et la carotte (la promesse d'un visa pour le Paradis), tandis que les athées gardent généralement leurs convictions pour eux. Citant en exergue la célèbre phrase de Nietzsche, Georges Minois annonce la mauvaise nouvelle : "Dieu est mort"... avant d'admettre que le combat est loin d'être terminé. Son livre pourra donc servir aux athées de manuel de survie en milieu hostile. Avant de proclamer sa croyance ou son incroyance, encore faut-il en effet être en mesure d'appréhender le concept même de Dieu. Or, bon nombre d'athées ne le sont que par paresse d'esprit, allant jusqu'à tenter de se rabibocher avec Dieu au seuil de la mort en acceptant l'intervention d'un prêtre. Ce n'était peut-être pas le but poursuivi par Georges Minois, mais son impressionnant travail de recherche contribue à dissiper l'image de l'impie frustre et grossier radicalement incapable de saisir la portée de la question au profit de celle de l'athée réfutant sur de solides bases le concept de Dieu. --Hervé SK Guégano