share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'anglicanisme : ses origines, ses conflits : Du schisme d'Henri VIII à la bataille de la Boyne

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'anglicanisme : ses origines, ses conflits : Du schisme d'Henri VIII à la bataille de la Boyne

L'anglicanisme : ses origines, ses conflits : Du schisme d'Henri VIII à la bataille de la Boyne

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'anglicanisme : ses origines, ses conflits : Du schisme d'Henri VIII à la..."

Luther et Calvin ont réussi là où les pré-réformateurs (Pierre Valdès, John Wycliffe, Jan Hus) avaient échoué, non seulement en raison de la montée des sentiments nationalistes mais aussi en raison de la préparation des esprits par la diffusion des idéaux de l'humanisme chrétien prônés par Giovanni Pic de la Mirandole, Desiderius Erasme et Thomas More. En Angleterre, ce ne sont pas des théologiens dogmatiques mais des politiques pragmatiques, monarques et parlementaires, qui ont conduit la réforme protestante. Les guerres de religion y ont opposé les anglicans aux puritains et en Ulster, la haine antipapiste, allumée par les bûchers de Marie Tudor (Bloody Mary) bouillonne encore de nos jours, anachroniquement, lors des commémorations d'une certaine bataille de la Boyne.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 258  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx21.2cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   L'harmattan Paru le
  • Collection : Religions et spiritualité
  • ISBN :  2296016529
  • EAN13 :  9782296016521
  • Classe Dewey :  283
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Paul Moreau

Les avatars du protestantisme aux Etats-Unis de 1607 à 2007

Avec ce troisième ouvrage, l'auteur achève une histoire des disputes théologiques et des conflits armés du christianisme de l'an 30 à l'an 2007. Au dix-septième siècle, les communautés d'immigrants importèrent en Amérique le pluralisme confessionnel des îles Britanniques et de l'Europe co...

Un pasteurien sous les tropiques : (1963-2000)

C'est lors d'une partie de pêche, sur le quai d'un petit port breton, que l'auteur, âgé de neuf ans, croisa son destin en la personne du savant pasteurien Georges Girard, découvreur du vaccin contre la peste et ancien directeur de l'Institut Pasteur de Madagascar. Comme lui, Jean-Paul Moreau ira...

Voir tous les livres de Jean-Paul Moreau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Luther et Calvin ont réussi là où les pré-réformateurs (Pierre Valdès, John Wycliffe, Jan Hus) avaient échoué, non seulement en raison de la montée des sentiments nationalistes mais aussi en raison de la préparation des esprits par la diffusion des idéaux de l'humanisme chrétien prônés par Giovanni Pic de la Mirandole, Desiderius Erasme et Thomas More. En Angleterre, ce ne sont pas des théologiens dogmatiques mais des politiques pragmatiques, monarques et parlementaires, qui ont conduit la réforme protestante. Les guerres de religion y ont opposé les anglicans aux puritains et en Ulster, la haine antipapiste, allumée par les bûchers de Marie Tudor (Bloody Mary) bouillonne encore de nos jours, anachroniquement, lors des commémorations d'une certaine bataille de la Boyne.