share_book
Envoyer cet article par e-mail

Eden, Eden, Eden

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Eden, Eden, Eden

Eden, Eden, Eden

  (Auteur)


Prix : 119,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Eden, Eden, Eden"

Le grand désert, ses zones vivrières, pastorales, pétrolières, nucléaires, frontalières. La guerre, le viol de vivants et de morts, un crime passionnel, des incestes, la faim. Un bordel de femmes pour les soldats, un bordel de garçons pour les ouvriers ; contigus et communicants : quelques heures d'une exaltation sexuelle sans précédent. Epouses, fiancées, soeurs, libres, installées sur les limites du territoire prostitutionnel, surveillent, commentent la perte, en des orifices stériles, du sperme reproducteur. Plus loin, en fin de journée, sur le sol incertain d'un commencement de steppe, deux corps de rencontre (mais ne sont-ils pas mère et fils ?) et leurs "annexes", un bébé et un singe pour la femme errante, son esclave pour le nomade adolescent, reconstituent, encerclés par le mouvement hostile des choses avant la nuit, la gesticulation du couple d'après la chute, le premier accouplement, le premier alphabet. L'état de terreur absolue. Longtemps placé sous censure, Eden, Eden, Eden, comme d'autres grands classiques de notre littérature, laisse entendre, au travers d'une mise en scène éclatante de la "monstruosité" (bonheur dans : le rire de l'innocent que l'on souille et qui ne le sait pas.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 279  pages
  • Dimensions :  1.2cmx12.6cmx18.2cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Gallimard-Jeunesse Paru le
  • Collection : L'Imaginaire
  • ISBN :  2070702782
  • EAN13 :  9782070702787
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Guyotat

Formation

Ce récit raconte la formation sensorielle, affective, intellectuelle et métaphysique d'un enfant né au tout début de la Deuxième Guerre mondiale, en France, dans un village du Sud-Est, dans une famille ancienne, catholique, et sans fortune. Je l'ai écrit comme la plupart de mes textes, à [...

Carnets de bord : Volume 1, 1962-1969

L'oeuvre maintenant reconnue, étudiée, admirée de Pierre Guyotat en dissimule une autre, secrète quoique de dimension considérable (ce volume est le premier d'une série) et d'une importance littéraire qu'on ne tardera pas à mesurer. Cette oeuvre " parallèle " tient du journal (brèves évoc...

Coma

" Jadis, enfant, lorsque l'Été résonne et sent et palpite de partout, mon corps en même temps que mon moi commence de s'y circonscrire et donc de le former : le "bonheur" de vivre, d'éprouver, de prévoir déjà, le démembre, tout ce corps éclate, les neurones vont vers ce qui les sollicite, ...

Arrière-fond

Suite à Formation (2007) qui n'est pas du " souvenir d'enfance " comme on l'a quelquefois écrit, mais le récit de formation d'un enfant qui pense pouvoir consacrer sa vie à la création, j'ai voulu concentrer mes forces de mémoire, d'empathie et de poésie sur la quinzième année de mon âge. ...

Voir tous les livres de Pierre Guyotat

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le grand désert, ses zones vivrières, pastorales, pétrolières, nucléaires, frontalières. La guerre, le viol de vivants et de morts, un crime passionnel, des incestes, la faim. Un bordel de femmes pour les soldats, un bordel de garçons pour les ouvriers ; contigus et communicants : quelques heures d'une exaltation sexuelle sans précédent. Epouses, fiancées, soeurs, libres, installées sur les limites du territoire prostitutionnel, surveillent, commentent la perte, en des orifices stériles, du sperme reproducteur. Plus loin, en fin de journée, sur le sol incertain d'un commencement de steppe, deux corps de rencontre (mais ne sont-ils pas mère et fils ?) et leurs "annexes", un bébé et un singe pour la femme errante, son esclave pour le nomade adolescent, reconstituent, encerclés par le mouvement hostile des choses avant la nuit, la gesticulation du couple d'après la chute, le premier accouplement, le premier alphabet. L'état de terreur absolue. Longtemps placé sous censure, Eden, Eden, Eden, comme d'autres grands classiques de notre littérature, laisse entendre, au travers d'une mise en scène éclatante de la "monstruosité" (bonheur dans : le rire de l'innocent que l'on souille et qui ne le sait pas.